« Dans un partenariat, je ne suis pas là pour un one shot »

« Dans un partenariat, je ne suis pas là pour un one shot »

Au moment de choisir mes partenaires, ma priorité va systématiquement vers les 2 critères suivants : 1/ partagent-ils mes valeurs, accorde-t-on le même degré d’importance aux mêmes choses ? Et ce d’autant plus que 2/ mon objectif consiste chaque fois à vouloir viser la collaboration à (très) long terme. 

Ce qui précède sonne comme une évidence lorsque l’on parle de « partenaires » : dans le mot « partenariat », le long terme et l’envie de construire « crescendo » sont induits selon moi. 

On dira ce qu’on veut, rien ne remplace un rapide passage par l’étymologie, « partenaires » signifiant « joint heir » (ou « lié par héritage ») et « part tenour », du latin « tenere » qui donnera le « ténor », celui qui tient. C’est limpide. 

Encore faut-il les identifier en vue d’une première rencontre… 

Au moment de faire la connaissance des sociétés qui m’ont été recommandées (je me suis donc d’abord renseigné à leur sujet, sachant que si je les ai trouvées en dehors de mon réseau, je demande des références, des gens à contacter – je rappelle : je ne suis pas là pour un « one shot » et je souhaite que cela dure), je plante le décor en insistant lourdement sur les critères 1/ et 2/ mentionnés ci-avant. Je parle de ce qui m’importe, etc. et je propose très souvent de commencer à travailler ensemble sur un petit « case », un premier dossier de plus petite importance. 

Avancer de la sorte permet de « filtrer » facilement (ceux qui sont là pour engranger « vite fait » ne restent pas longtemps) et de commencer sur une collaboration « ad minima » qui permet à chacun de voir comment l’autre procède, avance, est détailliste ou plutôt l’inverse, avait surtout fait une bonne impression de départ pour finir par faiblir rapidement en efficacité et prise(s) d’initiative(s), etc. 

Accepter de perdre un peu pour mieux gagner ensuite

Une autre façon de me dire qu’un fournisseur/ société mérite l’appellation de « partenaire » consiste à voir dans quelle mesure l’autre est, ou non, prêt à partir vers un déséquilibre momentané de la relation « win-win » dans laquelle on se trouvait jusque-là, sachant que cela lui sera rendu à la première occasion. 

C’est aussi là que je me surprends à être le premier des deux disposé, de façon intuitive et très naturelle, ou pas, à perdre un peu/ beaucoup de mon intérêt/ gain au profit de l’autre partie, avec la conviction profonde qu’un juste retour des choses se passera à court, moyen ou parfois même long terme. 

D’autres éléments à ne pas négliger lorsqu’un « partenariat » s’engage, ce sont l’humour et le plaisir de travailler ensemble. Lorsque l’on a pris tous ces risques pour se lancer dans la vie d’entrepreneur, qu’on est en perpétuelle remise en question et que les échecs se ruminent bien plus longtemps que le temps que l’on se donne pour fêter dignement ses petites et grandes victoires, n’est-ce pas primordial de se donner toutes les chances de (très) bien s’entourer au-delà de sa propre équipe, et ce notamment en choisissant de vrais « partenaires » ? 

Sur le même sujet
Parole d'entrepreneur
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELARUS PRESIDENTIAL ELECTIONS PROTEST

    Biélorussie: «Les gens étaient allongés, comme un tapis vivant, dans une mare de sang», un journaliste témoigne

  2. Photo News

    Ligue des champions: un véritable choc de titans entre Messi et Lewandowski

  3. Dans la banlieue lausannoise notamment, certains renards ont carrément appris à utiliser les chatières pour pénétrer dans les maisons et faire des raids nocturnes sur la nourriture à portée de main.

    Les animaux des villes sont plus malins que ceux des champs

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: quand Littré dézinguait le «Dictionnaire» de l’Académie

    La parution du Dictionnaire de l’Académie, en 1694, met de nombreuses pendules à l’heure du Quai Conti. Désormais, il devient inconvenant de publier en France un ouvrage traitant de la langue française sans faire acte d’allégeance – assumé ou feint – à cette bible. Cette soumission est d’actualité durant tout le XVIIIe siècle, pendant lequel l’Académie a publié le plus grand nombre d’éditions de son Dictionnaire, entre 1718 (2e édition) et 1798 (5e édition). Cette déférence va être battue en brèche au XIXe siècle, celui qui a vu la naissance de la lexicographie française moderne, incarnée par Emile Littré et Pierre Larousse.

    Une révérence mise à mal

    Dès la première édition de son Dictionnaire, l’Académie française a posé des choix méthodologiques fondamentaux, toujours d’actualité, mais qui ont entraîné une insatisfaction grandissante des lecteurs devenus exigeants en matière d’information linguistique...

    Lire la suite

  • Le masque à Bruxelles, entre symbole et incertitude

    Comment le monde a changé ». Tel est le titre du dossier que Le Soir proposait ce mardi, mettant sous la loupe les changements imprimés par le coronavirus à la planète, du vivre-ensemble à la géopolitique en passant par la science.

    Bruxelles aussi a changé, c’est peu de l’écrire. La capitale appréciée des expats pour son doux désordre impose depuis mercredi le port du masque dans l’espace public, jusqu’aux confins de sa Région. Le seuil des 50 contaminations par 100.000 habitants a été...

    Lire la suite