Voici les 5 freins qui empêchent les femmes de faire carrière

Voici les 5 freins qui empêchent les femmes de faire carrière

A Bruxelles, seulement 1 femme sur 2 travaille1. Du côté de la Flandre et de la Wallonie, elles sont un peu plus nombreuses, mais ce chiffre reste trop faible. Pour 5 raisons.  

# 1 Les femmes pensent que concilier vie personnelle et professionnelle est impossible. 

Et à juste titre ! Il est incroyable de constater que certaines écoles belges sont parfois fermées le mercredi après-midi, sans possibilité de garderie ou d’activité extra-scolaire. 

Même s’il est parfois agréable de mettre sa carrière entre parenthèses quelques années lorsque les enfants sont en bas âge, les femmes doivent garder à l’œil que le retard de pension s’en suivra quoiqu’il arrive. La pension moyenne d'une femme indépendante est largement inférieure à celle d’un homme, passant du simple au triple (331,87 euros pour les femmes contre 1087,63 euros pour les hommes). 

Les femmes rechignent à prendre des postes à responsabilités car elles ont peur de culpabiliser : et si on me demandait d’assister à des réunions tardives, je délaisserais ainsi mes enfants ou ma famille ? 

# 2 Elles sont peur de ne pas y arriver financièrement 

Sur les 218.172 femmes indépendantes à titre principal en Belgique, 38% ont envisagé de mettre un terme à leur activité au cours des douze derniers mois, principalement à cause de l'insécurité financière. Elles s'inquiètent majoritairement de la faible pension qu'elles percevront plus tard2. Viennent ensuite leurs peurs de ne pas arriver à payer l’école des enfants, l’Erasmus des grands, le loyer, les soins de santé… 

# 3 Les femmes manquent de confiance en elles 

Le complexe de l'impostrice3 illustre bien leur manque de confiance : il est lié à la peur de réussir et empêche les femmes de libérer pleinement leur potentiel. Inconsciemment convaincues que leur succès n’est pas mérité ou est dû à l’intervention d’une autre personne. Les femmes sont plus sujettes que les hommes à ce complexe (70% d’entre elles). Chez WoWo, ce frein est le premier et le plus fort, selon elles. 

# 4 Elles pensent qu’elles manquent de formation. 

38% des femmes belges pensent avoir les ressources nécessaires pour lancer leur propre affaire, contrairement à 60% des Américaines ou 82% des Indiennes.4 Selon les femmes interrogées au sein de la WoWo Community, elles souhaitent être formées au digital, à la gestion financière et la gestion d’équipe. 

# 5 Les femmes ne se sentent pas assez entourées pour accomplir leur projet 

Chez WoWo Community, la première raison pour laquelle les femmes nous rejoignent est la suivante : elles souhaitent rencontrer des femmes qui vivent le même quotidien qu’elles en partageant les mêmes valeurs (propres à chaque cercle). Par exemple, parler des solutions possibles pour embaucher ou se faire aider, de comment mieux gérer son temps, de leur prospection sur les réseaux sociaux… 

Le point positif dans tout cela ? Les choses évoluent !  

Depuis 2004, il y a 34% de femmes indépendantes en plus !5

Les cercles comme WoWo Community, Jump, Beabee, Women in Business, ou FAR leur proposent des rendez-vous pour s’entraider et des formations pour faire chauffer leurs cerveaux ! Le rôle principal de ces cercles est de mettre en avant des rôles modèles féminins : « Si d’autres femmes l’ont fait, vous pouvez le faire aussi ! » 

1 SPF Économie 2014 – Baromètre au féminin 

2 Étude menée par l'assureur-vie NN, en collaboration avec Indiville et avec le soutien du Syndicat neutre pour indépendants (SNI menée auprès de 1.948 Belges en 2018 (dont 1007 femmes entrepreneures) 

3 Le terme est inventé par les psychologues cliniques Pauline Rose Clance et Suzanne A. Imes en 1978. 

4 Amway Global Report 2018 – 44 pays – 48.000 femmes 

5 Inasti 2014 

Sur le même sujet
Avis d'expertStarter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ce 10 avril, le président iranien Rohani s’était félicité de l’avancement du programme d’enrichissement des centrifugeuses à Natanz. C’était quelques heures avant l’explosion sur la base nucléaire...

    Proche-Orient: un attentat sur la base de Natanz en Iran relance les tensions avec Israël

  2. d-20201215-GKCXJ8 2020-12-15 15_13_09

    Carte blanche: «La taxe kilométrique à Bruxelles tient la route»

  3. A la fois bricoleur, réparateur, artisan et recycleur, Geoffrey Abbas a fondé la coopérative Namufacture et ouvert une boutique dans le centre-ville de la capitale wallonne.

    La Namufacture valorise des déchets pour décorer votre intérieur

La chronique
  • La chronique «Alternatives»: La nuance, cette provocation

    Le titre du livre est provocateur dans sa modération : Le courage de la nuance.

    A une époque où toutes les radicalités font prime, où même les murmures doivent être de rage et les soupirs d’exaspération, on ne saurait être plus à contre-pied. C’est-à-dire, au fond, plus subversif.

    Quand il devient banal d’envoyer des grenades, c’est l’appel à la nuance qui explose comme une bombe. L’auteur, Jean Birnbaum (le patron, accessoirement, du supplément « Livres » du quotidien Le Monde) ose donc la seule provocation qui soit susceptible, aujourd’hui, de faire scandale : l’appel à s’émanciper des binarismes de plomb qui transforment notre espace intello-médiatique en une arène de guerre civile.

    Hurler, non ! Nuancer. Se libérer des carcans. Interpeller ses propres certitudes. Renvoyer dos à dos Eric Zemmour et Edwy Plenel. Etre capable d’ouvrir des fenêtres qui permettent de sortir de l’auto-enfermement.

    Birnbaum nous offre trois modèles...

    Lire la suite

  • Covid: regarder la réalité en face, arrêter la course aux illusions

    C’est un texte important que nous publions ce lundi, par son contenu et ses signataires. Nathan Clumeck, Marius Gilbert et Leila Belkhir sont trois scientifiques respectés dans cette crise. Depuis le début de la pandémie, ils se sont singularisés par leur volonté de dire aux citoyens ce qui était, sans hurler au loup, sans charlatanisme et en veillant à ne servir aucun discours ou enjeu politique.

    Le texte qu’ils se sont décidé à écrire et à signer ce week-end a été mûrement réfléchi. Ils savent que...

    Lire la suite