La Break-Box veut surfer sur la vague du bien-être au travail

La Break-Box veut surfer sur la vague du bien-être au travail

Absentéisme, stress, burn-out... Autant de fléaux dont l’impact sur la productivité des employés n’est plus à démontrer. Rien d’étonnant dès lors que le bien-être se retrouve propulsé au centre des préoccupations des entreprises et que les solutions fleurissent sur le marché pour tenter de l’améliorer.  

En Belgique, c’est le cas de la Break-Box, lancée par Nikos Kouremetis, un entrepreneur lui-même victime d’un épuisement dû au travail. « La Break-Box, c’est un caisson de relaxation, un abri où se retrancher. Elle permet d’avoir, au sein de l’entreprise et de la collectivité, un endroit où l’on peut se retrouver seul avec soi-même, où personne ne nous voit et où on peut se mettre en mode “off”, se laisser aller.  Rêvasser, faire une micro-sieste, se faire masser, etc., explique-t-il. On y reste 10 à 20 minutes. C’est un temps que l’on se donne pour se régénérer et ainsi être plus performant par après. » 

Un équipement pensé sur mesure  

L’idée selon lui est venue d’un constat simple : « dans une entreprise, quel est le seul endroit socialement accepté où vous pouvez être seul avec vous-même pendant 10 minutes ? Les toilettes ! On est au XXe siècle, il faut changer ça. »  

Equipée d’un simple matelas massant, de musique et de lumières, ou au contraire d’un véritable fauteuil de massage high tech, la Break-Box a été pensée par des psychiatres, des psychologues, et des spécialistes en luminothérapie, musicothérapie et ergonomie. Engagement du fabricant : une création made in Belgium, autant pour ses têtes pensantes que pour sa construction, et un accès rendu possible à tous, y compris aux plus grands gabarits et aux claustrophobes. 

Un marché à créer 

On ne saura rien des objectifs commerciaux fixés par l’entreprise, si ce n’est que la Break-Box compte bien s’exporter rapidement à l’étranger. En attendant, seul l’Institut des Sacrés-Cœurs à Waterloo s’est laissé convaincre. En avril, l’institution a équipé une pièce de l’école avec la Break-Box et deux fauteuils de massage. Le directeur de l’époque explique que « dans l’école, on a un trop grand nombre d’élèves et de professeurs par rapport à l’espace dont on dispose, donc je m’étais dit qu’il fallait trouver un système où les professeurs pourraient déconnecter quand ils le souhaitent. La Break-Box a directement eu du succès. » Les professeurs profitent de leurs heures de fourche pour s’y rendre quelques minutes, seuls ou avec un collègue. « Quand on a besoin d’un moment de break, on va là-bas et ça nous fait du bien », témoigne l’un d’eux.  

Force est de constater cependant qu’installer une Break-Box ne se fait pas sans un certain nombre d'efforts.  L’équipement n'étant pas tout à fait fermé, en profiter pleinement requiert d’y dédier tout un local. Un local suffisamment grand sachant qu’une Break-Box prend environ 3m² de surface au sol. Sans oublier l’investissement financier évidemment : 10 à 12.000 euros pour une box.

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’idée d’un «passeport vaccination» permettant de voyager librement a d’abord été lancée par le Premier ministre grec, le conservateur Mitsotakis.

    Coronavirus: un «passeport vaccinal»? L’UE planche sur un outil pour la médecine, pas (encore?) sur un sésame

  2. Dans cette école primaire d’Edegem, les enfants n’ont pu entrer dans les locaux que pour se faire tester, de même que leurs parents.

    Coronavirus: même coupée du monde, une commune n’évitera pas le virus

  3. La directrice générale du Fonds monétaire international Kristalina Georgieva.

    Kristalina Georgieva: «Inversons la divergence dangereuse entre pays riches et pays pauvres»

La chronique
  • Bruxelles, capitale par défaut?

    Bruxelles lésée par la clé de répartition des fonds européens ? Ecrire cela, ce serait, a-t-on entendu, passer à côté de l’essentiel, la qualité des projets pour la reprise et la résilience. En clair, ce ne sont pas les chiffres qui comptent… On se demande, dès lors, pourquoi les chefs des gouvernements de ce Royaume ont entamé la négociation précisément par sa composante budgétaire et ses calculs d’apothicaires. Oser regretter une part trop maigre pour les Bruxellois(es), ce serait, a-t-on aussi lu, faire fi des « effets retours ». Ceux-là mêmes qu’on nous vend à chaque réforme fiscale, qui compensent tout euro concédé aux contribuables par un euro récupéré, dans l’activité économique, pour les caisses de l’Etat ? Non, pas ceux-là. Pas non plus cet effet multiplicateur que doit induire, par ses réalisations, la manne de l’Union européenne. On nous vend ici les effets « localisés ». Un nouveau récit politique dans le fédéralisme belge. Il était une fois la Région bruxelloise, qui reçoit non seulement son enveloppe, 395 millions sur 5,9 milliards, mais qui est aussi la seule entité du pays à « ...

    Lire la suite

  • Ne pas faire de la troisième vague un raz-de-marée de mal-être

    Moins 1,5 % de produit intérieur brut, en moyenne, pour le reste de ce siècle… C’est selon l’OCDE, le risque que court l’économie mondiale en raison de l’impact de l’épidémie sur la scolarité. Une mauvaise nouvelle de plus ? Pas si sûr… Si l’on excepte le cas particulier du printemps où dans le monde entier les écoles ont fermé leurs portes, la situation belge est moins préoccupante que celle de nombreux pays d’Europe. Les trois Communautés du pays – ouvertement soutenues par le pouvoir fédéral – ont fait le choix de maintenir...

    Lire la suite