La Break-Box veut surfer sur la vague du bien-être au travail

La Break-Box veut surfer sur la vague du bien-être au travail

Absentéisme, stress, burn-out... Autant de fléaux dont l’impact sur la productivité des employés n’est plus à démontrer. Rien d’étonnant dès lors que le bien-être se retrouve propulsé au centre des préoccupations des entreprises et que les solutions fleurissent sur le marché pour tenter de l’améliorer.  

En Belgique, c’est le cas de la Break-Box, lancée par Nikos Kouremetis, un entrepreneur lui-même victime d’un épuisement dû au travail. « La Break-Box, c’est un caisson de relaxation, un abri où se retrancher. Elle permet d’avoir, au sein de l’entreprise et de la collectivité, un endroit où l’on peut se retrouver seul avec soi-même, où personne ne nous voit et où on peut se mettre en mode “off”, se laisser aller.  Rêvasser, faire une micro-sieste, se faire masser, etc., explique-t-il. On y reste 10 à 20 minutes. C’est un temps que l’on se donne pour se régénérer et ainsi être plus performant par après. » 

Un équipement pensé sur mesure  

L’idée selon lui est venue d’un constat simple : « dans une entreprise, quel est le seul endroit socialement accepté où vous pouvez être seul avec vous-même pendant 10 minutes ? Les toilettes ! On est au XXe siècle, il faut changer ça. »  

Equipée d’un simple matelas massant, de musique et de lumières, ou au contraire d’un véritable fauteuil de massage high tech, la Break-Box a été pensée par des psychiatres, des psychologues, et des spécialistes en luminothérapie, musicothérapie et ergonomie. Engagement du fabricant : une création made in Belgium, autant pour ses têtes pensantes que pour sa construction, et un accès rendu possible à tous, y compris aux plus grands gabarits et aux claustrophobes. 

Un marché à créer 

On ne saura rien des objectifs commerciaux fixés par l’entreprise, si ce n’est que la Break-Box compte bien s’exporter rapidement à l’étranger. En attendant, seul l’Institut des Sacrés-Cœurs à Waterloo s’est laissé convaincre. En avril, l’institution a équipé une pièce de l’école avec la Break-Box et deux fauteuils de massage. Le directeur de l’époque explique que « dans l’école, on a un trop grand nombre d’élèves et de professeurs par rapport à l’espace dont on dispose, donc je m’étais dit qu’il fallait trouver un système où les professeurs pourraient déconnecter quand ils le souhaitent. La Break-Box a directement eu du succès. » Les professeurs profitent de leurs heures de fourche pour s’y rendre quelques minutes, seuls ou avec un collègue. « Quand on a besoin d’un moment de break, on va là-bas et ça nous fait du bien », témoigne l’un d’eux.  

Force est de constater cependant qu’installer une Break-Box ne se fait pas sans un certain nombre d'efforts.  L’équipement n'étant pas tout à fait fermé, en profiter pleinement requiert d’y dédier tout un local. Un local suffisamment grand sachant qu’une Break-Box prend environ 3m² de surface au sol. Sans oublier l’investissement financier évidemment : 10 à 12.000 euros pour une box.

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Netanyahou, tout sourire lors de sa conférence de presse, devient le troisième Premier ministre israélien à normaliser les liens de son pays avec un Etat arabe.

    Israël normalise ses relations avec les Emirats au prix de l’annexion

  2. Quel que soit le scénario adopté, les enfants de maternelle devront tous aller à l’école cinq jours sur cinq.

    Enseignement: la rentrée s’apprête à en voir de toutes les couleurs

  3. BELARUS PRESIDENTIAL ELECTIONS PROTEST

    Biélorussie: «Les gens étaient allongés, comme un tapis vivant, dans une mare de sang», un journaliste témoigne

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: quand Littré dézinguait le «Dictionnaire» de l’Académie

    La parution du Dictionnaire de l’Académie, en 1694, met de nombreuses pendules à l’heure du Quai Conti. Désormais, il devient inconvenant de publier en France un ouvrage traitant de la langue française sans faire acte d’allégeance – assumé ou feint – à cette bible. Cette soumission est d’actualité durant tout le XVIIIe siècle, pendant lequel l’Académie a publié le plus grand nombre d’éditions de son Dictionnaire, entre 1718 (2e édition) et 1798 (5e édition). Cette déférence va être battue en brèche au XIXe siècle, celui qui a vu la naissance de la lexicographie française moderne, incarnée par Emile Littré et Pierre Larousse.

    Une révérence mise à mal

    Dès la première édition de son Dictionnaire, l’Académie française a posé des choix méthodologiques fondamentaux, toujours d’actualité, mais qui ont entraîné une insatisfaction grandissante des lecteurs devenus exigeants en matière d’information linguistique...

    Lire la suite

  • Le masque à Bruxelles, entre symbole et incertitude

    Comment le monde a changé ». Tel est le titre du dossier que Le Soir proposait ce mardi, mettant sous la loupe les changements imprimés par le coronavirus à la planète, du vivre-ensemble à la géopolitique en passant par la science.

    Bruxelles aussi a changé, c’est peu de l’écrire. La capitale appréciée des expats pour son doux désordre impose depuis mercredi le port du masque dans l’espace public, jusqu’aux confins de sa Région. Le seuil des 50 contaminations par 100.000 habitants a été...

    Lire la suite