La Break-Box veut surfer sur la vague du bien-être au travail

La Break-Box veut surfer sur la vague du bien-être au travail

Absentéisme, stress, burn-out... Autant de fléaux dont l’impact sur la productivité des employés n’est plus à démontrer. Rien d’étonnant dès lors que le bien-être se retrouve propulsé au centre des préoccupations des entreprises et que les solutions fleurissent sur le marché pour tenter de l’améliorer.  

En Belgique, c’est le cas de la Break-Box, lancée par Nikos Kouremetis, un entrepreneur lui-même victime d’un épuisement dû au travail. « La Break-Box, c’est un caisson de relaxation, un abri où se retrancher. Elle permet d’avoir, au sein de l’entreprise et de la collectivité, un endroit où l’on peut se retrouver seul avec soi-même, où personne ne nous voit et où on peut se mettre en mode “off”, se laisser aller.  Rêvasser, faire une micro-sieste, se faire masser, etc., explique-t-il. On y reste 10 à 20 minutes. C’est un temps que l’on se donne pour se régénérer et ainsi être plus performant par après. » 

Un équipement pensé sur mesure  

L’idée selon lui est venue d’un constat simple : « dans une entreprise, quel est le seul endroit socialement accepté où vous pouvez être seul avec vous-même pendant 10 minutes ? Les toilettes ! On est au XXe siècle, il faut changer ça. »  

Equipée d’un simple matelas massant, de musique et de lumières, ou au contraire d’un véritable fauteuil de massage high tech, la Break-Box a été pensée par des psychiatres, des psychologues, et des spécialistes en luminothérapie, musicothérapie et ergonomie. Engagement du fabricant : une création made in Belgium, autant pour ses têtes pensantes que pour sa construction, et un accès rendu possible à tous, y compris aux plus grands gabarits et aux claustrophobes. 

Un marché à créer 

On ne saura rien des objectifs commerciaux fixés par l’entreprise, si ce n’est que la Break-Box compte bien s’exporter rapidement à l’étranger. En attendant, seul l’Institut des Sacrés-Cœurs à Waterloo s’est laissé convaincre. En avril, l’institution a équipé une pièce de l’école avec la Break-Box et deux fauteuils de massage. Le directeur de l’époque explique que « dans l’école, on a un trop grand nombre d’élèves et de professeurs par rapport à l’espace dont on dispose, donc je m’étais dit qu’il fallait trouver un système où les professeurs pourraient déconnecter quand ils le souhaitent. La Break-Box a directement eu du succès. » Les professeurs profitent de leurs heures de fourche pour s’y rendre quelques minutes, seuls ou avec un collègue. « Quand on a besoin d’un moment de break, on va là-bas et ça nous fait du bien », témoigne l’un d’eux.  

Force est de constater cependant qu’installer une Break-Box ne se fait pas sans un certain nombre d'efforts.  L’équipement n'étant pas tout à fait fermé, en profiter pleinement requiert d’y dédier tout un local. Un local suffisamment grand sachant qu’une Break-Box prend environ 3m² de surface au sol. Sans oublier l’investissement financier évidemment : 10 à 12.000 euros pour une box.

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ostende a accueilli beaucoup de monde ce week-end. Des mesures sont déjà prises pour passer un bon week-end du 15 août.

    Forte affluence et bagarre: comment la Côte s’est barricadée en 24 heures

  2. Le site archéologique est déserté par les visiteurs étrangers.

    Pompéi somnole en attendant les touristes disparus

  3. SOCCER JPL DAY 01 KV MECHELEN VS RSC ANDERLECHT

    Les bulletins des Mauves à Malines: Doku a pris sa revanche, Zulj n’a pas saisi sa chance

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Par BAUDOUIN LOOS

    L’effroyable drame du 4 août met les Libanais face à leurs responsabilités

    Comment les Libanais se relèveront-ils de l’incroyable déflagration qui a ravagé leur capitale le 4 août à 18 h 07 ? Aux violents tourments de ce pays naguère surnommé « la petite Suisse du Moyen-Orient » – la guerre civile (1975-1990), les interventions israéliennes (1978, 1982, 2005), l’occupation syrienne (1976-2005), l’irruption de plus d’un million de réfugiés syriens (2012-2020) – succède soudain une double et monstrueuse explosion causée mardi par 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées par négligence et...

    Lire la suite