Quel est le meilleur pays où s’installer quand on a moins de 35 ans ?

Quel est le meilleur pays où s’installer quand on a moins de 35 ans ?

Le Working Millennial Index, publié par le cabinet de recrutement britannique Silver Swan, a établi le classement des lieux où il fait le meilleur vivre et travailler quand on a moins de 35 ans. Et, surprise, le vainqueur est... l’Allemagne ! 

Le pays totalise 27 points sur 30. Son principal point fort : le rapport entre des salaires moyens élevés (2.268 euros) et des loyers particulièrement bas (725 euros en moyenne), laissant à cette population de quoi largement subvenir à ses besoins et se divertir.  Mais attention, cela ne fait pas de l’Allemagne le choix numéro 1 des jeunes pour autant. 

Le rêve australien 

Pour parvenir à ce classement, l’index combine 6 critères : le taux de chômage, le salaire moyen, le degré de réussite des startups, les loyers, les divertissements disponibles, et l’attractivité de la destination auprès des Millennials.  

Et sur ce dernier point, force est de constater que l’Allemagne est loin d’arriver en tête. Avec un score de 4 sur 5, elle est devancée par 12 autres pays, notamment par la Nouvelle-Zélande, l’Australie, le Canada, ou encore la Suède. Les 4 qui viennent compléter le top 5 de ce classement. 

Working Millennial Index

 

Ce n’est pas la première étude à le souligner, c’est l’Australie qui jouit de la meilleure image auprès des jeunes, surtout en termes de mode de vie, alors que la Nouvelle-Zélande, elle, ressort comme le pays où monter sa boîte serait le plus facile. 

Et la Belgique dans tout ça ? 

Carton rouge pour la Belgique. Dans cet index, notre pays ne pointe qu’à la 44e place, derrière la plupart des Etats d’Europe de l’Est, la Russie, ou encore le Sri Lanka. Principales faiblesses : un gros déficit d’image auprès des jeunes – le royaume ne recueille qu’un seul point dans cette catégorie - et des possibilités de divertissement jugées trop limitées. 

Même si, comme souvent, le classement n’est pas sans écueils. Le niveau de taxation par exemple n’est jamais pris en compte, rendant l’estimation du pouvoir d’achat et donc la comparaison des niveaux de vie très difficiles d’un pays à l’autre. Evidemment, si c’était le cas, la Belgique n’en sortirait certainement pas grandie. Il n’est pas exclu en revanche qu’un focus sur certaines villes plutôt que sur l’ensemble du territoire ait pu changer la donne. Si la météo reste la même partout, le degré de divertissement, les loyers et même le taux chômage varient, eux, fortement entre Charleroi, Bruxelles et Anvers par exemple.

Sur le même sujet
Mode de vie
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Il n’y a pas actuellement deux centres de dépistage où le fonctionnement du testing est identique. © Belga / Eric Lalmand

    Coronavirus: il suffira (bientôt) d’un SMS pour se faire tester

  2. Les dégâts ont été indescriptibles dans la capitale du Liban.

    Beyrouth: comment le nitrate d’ammonium peut se transformer en dangereux explosif

  3. Le président Bouchez s’astreint à un certain silence ne donnant plus d’interview et ne se répandant plus sur les réseaux sociaux. Histoire d’éviter toute polémique dommageable. © Pierre-Yves Thienpont

    Négociations fédérales: les libéraux soignent leurs bleus, attendant de revenir au jeu

La chronique
  • Lettre d’Europe: pour le climat, un objectif de papier mais des mesures insuffisantes en Belgique

    Comme la plupart des pays d’Europe, la Belgique connaîtra une forte baisse de ses émissions de gaz à effet de serre suite au ralentissement économique causé par la crise du Covid-19. Selon le Bureau du Plan, organisme indépendant d’intérêt public qui réalise des études et de la prospective, elles devraient plonger de 13 % entre 2019 et 2020. Mais le répit sera de courte durée : elles devraient ensuite se redresser. A tel point que, selon les experts du Plan, la baisse enregistrée entre 2019 et 2025 ne devrait être finalement que de 5 %.

    Si elle se vérifie, cette trajectoire ne permettra pas à la Belgique d’atteindre son objectif de réduction : -35 % par rapport à 2005 dans le secteur non-industriel (non-ETS, en jargon). Mais les prévisions du Plan ont ceci de particulier qu’elles sont réalisées « à politiques inchangées ». Les experts n’intègrent dans leurs calculs que les décisions prises et en...

    Lire la suite

  • Ras-le-bol? Est-ce vraiment bien le moment?

    L’adhésion à la lutte contre le Covid est-elle en train de filer entre les doigts des autorités politiques et sanitaires ? Pas de sondage encore, mais des impressions recueillies ici et là, une fatigue lancinante, un ras-le-bol qui va crescendo alors que paradoxalement la pandémie rebondit.

    Face au Covid, la communication politique et scientifique est cruciale.

    Elle doit convaincre du bien-fondé de l’effort collectif et individuel. Mais à quoi servent...

    Lire la suite