Introvertis : soyez extravertis et vous serez plus heureux !

Introvertis : soyez extravertis et vous serez plus heureux !

L'extraversion est plutôt la norme dans le monde du travail aux États-Unis -  nation bavarde - et la littérature ne manque pas pour s'interroger sur le phénomène de l'introversion. Rien d'étonnant à ce que l'Université de Californie mène elle aussi son enquête sur le sujet. 

La recette miracle ? 

Cela s’est passé à Riverside : 123 participants se déclarant introvertis ont été amenés à jouer... les extravertis, durant une semaine. La semaine suivante, tous étaient priés de revenir à leur personnalité naturelle. Résultat ? Les introvertis qui se font violence semblent plus épanouis, face à leurs proches, mais aussi dans le cadre professionnel. 

Pour la directrice de recherche, Sonja Lyubomirsky, « modifier son comportement social est un objectif réalisable pour bon nombre d'introvertis et cette expérience d'extraversion améliore leur bien-être. » Tout en émettant quelques réserves : « les recherches ont été menées auprès d'étudiants, qui sont plus malléables en termes comportementaux. » Les scientifiques doivent également analyser les effets à longs termes de l'extraversion forcée.  

Des conclusions discutables 

Serait-on plus heureux - donc plus efficace dans le monde du travail - en se forçant à être extraverti ? Pas si sûr. Nous avons soumis l'étude à une coach de vie et formatrice, Nanou Hubeau.  

Elle ne balaie pas les conclusions d'un revers de la main, mais tient à nuancer cette affirmation. « C'est un peu léger. Réducteur aussi. C'est évident que ce type d'expérience peut mener à une sensation de bien-être temporaire. Comme quand on parle d'un problème à des amis au lieu de tout garder pour toi. On se sent mieux juste après. Libéré. Sans un travail de fond, tout cela n'a aucun sens. » 

L'introversion est aussi une force 

La formatrice rappelle le prisme très américain de l'étude : « notamment quand on parle du caractère assertif de l'individu. C'est celui qui fonce et qui dit les choses. Chez nous, l'assertivité est un concept plus nuancé. On n'est ni paillasson ni hérisson. On traite les autres comme on se traite soi-même. C'est d'ailleurs le défaut de nombre d'extravertis. Dire les choses sans filtre, sans tact, sans respect. Et donc se retrouver seul. »  

L'introversion serait-elle même une qualité, voire une force ? « C'est évident. Surtout dans le cadre du boulot, mais pas que. On dit en PNL (programmation neuro-linguistique, ndlr) que celui qui écoute est celui qui maîtrise. J'ai connu un patron particulièrement introverti qui, en réunion, écoutait chacun pour ensuite présenter une synthèse. C'est une force extraordinaire. » 

Se forcer, à petite dose 

Que dire à un introverti tenté par l'expérience ? « Déjà, je lui demanderais si la personne se sent mal. Souvent, l'introversion est liée à l'image de soi. Un travail de confiance en soi peut être fait. Car oui, il y a des effets négatifs, notamment la somatisation. » Dans ce cas, Nanou Hubeau préconise quelques sorties émancipatrices de sa zone de confort. « Je fais cela dans les ateliers de confiance en soi et c'est toujours passionnant. Je propose, par exemple, dans un dîner avec des amis, de prendre la parole en premier et dire un truc drôle. Quitte à se planter. Ce n'est pas grave. Cela aide à, petit à petit, se forcer jusqu'à ce que cela devienne naturel ».  

Comme une plongée dans un petit bassin avant la grande profondeur, l'effort doit être dosé pour être intégré et libérateur. « Parfois, il y a des miracles, mais il ne faut pas compter dessus. »  

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Paul Magnette et Alexander De Croo

    La Vivaldi a un accord de gouvernement et un Premier ministre

  2. ARGENTINA HEALTH PANDEMIC CORONAVIRUS

    Coronavirus: la Belgique franchit le seuil de 10.000 décès

  3. USA PRESIDENTIAL DEBATE

    Etats-Unis: une foire d’empoigne entre Trump et Biden en guise de premier débat

La chronique
  • La Lettre d’Ivan De Vadder: Le ton de l’opposition

    Faire de l’opposition au parlement n’est pas toujours affaire d’enfant de chœur. Dans les années 80, en tant que chef de l’opposition, le socialiste Louis Tobback compara le Premier ministre Wilfried Martens à l’empereur romain Caligula (qui avait nommé son cheval consul), et qualifia le CVP, le parti de Martens, de « méduse ». C’est Wilfried Martens lui-même qui y revint dans ses mémoires : « Rarement l’affrontement entre majorité et opposition n’a été aussi prononcé que pendant mon cinquième règne ». Puis d’ajouter : « Tobback en particulier s’est contenté d’une rhétorique d’opposition dure comme de l’acier, qui m’a souvent écorné. Les nombreuses “appellations affectueuses” avec lesquelles il a dépeint ma personne, ont fait rire tout le monde. » Martens lui-même ne mentionne pas les « appellations affectueuses » dans son texte, mais, heureusement pour les historiens, les inclut dans les notes : « Les appellations affectueuses que Louis Tobback m’a léguées, incluaient “mouche à merde”, “charlatan”, “Caligula”, et “...

    Lire la suite

  • Covid au travail: un flou très embarrassant

    Face à une crise dont on ne répétera jamais assez le caractère exceptionnel, voire imprévisible, il reste de bon ton de faire preuve de retenue dès lors qu’on est amené à jauger la qualité de la réponse qui y fut apportée. D’autant que, même s’il doit lui aussi pleurer de nombreux décès, notre pays n’a globalement pas trop à rougir de la manière dont cette pandémie fut gérée : nos soins de santé ont tenu le coup, nos enfants ont repris le chemin de l’école, notre économie, rapidement et massivement subsidiée, commence à redémarrer....

    Lire la suite