Emprunter à sa famille et à ses amis pour se lancer : les pour et les contre

Emprunter à sa famille et à ses amis pour se lancer : les pour et les contre

La pratique est vieille comme le monde et, malgré le développement des plateformes de financement en ligne, elle reste plus que jamais d’actualité. Le Love money ou les 3F (pour Family, Friends and Fools). En clair, l’argent prêté par l’entourage, familial ou non, pour financer le démarrage d’une start-up. Certains entrepreneurs sautent sur l’opportunité, alors que d’autres préfèrent s’en passer. Alors, qu’en penser ? 

Les pour 

  1. De l’argent facile 

Eh oui, qui de mieux que papa, maman ou des copains pour croire en vous ? Au stade de l’idéation, un porteur de projet n’a souvent rien d’autre que sa personnalité à montrer... et son idée. Pas de produit et encore moins de rentrées financières pour attester de la validité de cette idée. 

C’est la raison pour laquelle, comme le montre cette étude, les fonds d’investissement et les banques ne rentrent pas dans la danse aussi tôt. Quant aux business angels, ils requièrent de savoir vous vendre. 

Des investisseurs investis 

Votre famille et vos amis ne diront pas non, évidemment, à un retour sur leur investissement. Mais surtout, s’ils vous suivent c’est qu’ils vous aiment. Ils auront donc à cœur que votre start-up soit un succès, quitte à s’impliquer directement. Soutien moral, partage d’expérience, aide matérielle, bénévolat... ils sont souvent prêts à tout pour vous aider. 

  1. Des conditions flexibles 

Avec les proches, pas de « due diligence ». Il est peu probable en effet que votre famille ou vos amis contrairement à des business angels, enquêtent sur votre historique bancaire ou exigent des garanties avant de vous prêter leur argent. Quant aux conditions de remboursement et aux taux d’intérêt, ils ont toutes les chances d’être avantageux. 

Les contre 

  1. Querelles d’argent 

Dans les relations de business, c’est comme dans les relations de couples, l’argent n’est jamais un problème quand tout va bien. Mais quand tout va mal...  Si votre société traverse une mauvaise passe, une belle relation familiale ou amicale peut vite se détériorer. N’oublions pas que, d’aprèsGraydon, 1 société sur 3 fait faillite avant de souffler sa cinquième bougie. Et puisque vous êtes si proches de vos investisseurs, ils n’hésiteront pas à critiquer votre mode de gestion.  

  1. Les risques d’ingérence 

Le risque, c’est qu’en effet vos financeurs s’adjugent le droit d’intervenir dans le processus de décision de votre start-up. Problème : contrairement à des investisseurs professionnels, ils n’ont pas toujours les compétences pour le faire. Votre position peut alors devenir inconfortable. 

Les précautions à prendre 

Comme dans la vie privée, il n’y a pas de recette miracle pour faire de cette relation avec vos investisseurs un succès. Il n’empêche, quelques précautions peuvent vous permettre de mettre toutes les chances de votre côté. 

  1. Une communication claire 

Les clauses du « contrat » doivent être claires dès le début, voire même être mises par écrit. Quel rôle attribuez-vous à vos investisseurs ? Dans quels cas et quelles circonstances leur intervention est-elle souhaitée ? Quels sont les objectifs de la société et à quelle échéance ? Assurez-vous aussi qu’ils partagent votre vision et vos valeurs.   

  1. Des investisseurs comme les autres 

Bien sûr que vous vous connaissez bien et que la relation sera plus souple qu’avec des investisseurs classiques. Il n’empêche, un minimum de professionnalisme a du bon. Quoi qu’en disent vos parents ou amis, il est toujours préférable de prévoir un calendrier de remboursements et de leur verser des intérêts pour l’argent avancé1. Après tout, c’est un bon entraînement pour la suite de votre aventure. 

  1. Sélectionnez les meilleurs 

Si vous avez l’opportunité de choisir entre plusieurs investisseurs, faites abstraction de vos sentiments personnels. Préférez ceux qui seront les plus à même de vous apporter ce dont vous avez besoin pour lancer votre start-up et la faire grandir. Une expertise, une compétence que vous n’avez pas, ou un carnet d’adresses est toujours bon à prendre... 

 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir 

Sur le même sujet
Financement
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. REOUVERTURE DES TERRASSES DE L HORECA

    Réouverture des terrasses: « On se retrouve comme s’il n’y avait pas eu de confinement »

  2. BaroRelance

    Baromètre de la relance: une sortie de crise sous le signe de la modération salariale

  3. Les gestionnaires de salles de sport estiment avoir déjà perdu une partie de leur clientèle.

    Les oubliés du fond de la salle (de sport)

La chronique
  • La chronique Carta Academica: serons-nous du bon côté de l’histoire avec notre gestion des vaccins covid?

     

    Le développement rapide des vaccins covid est une réussite formidable. Il montre ce qui peut être accompli lorsque l’ingéniosité humaine, de solides connaissances et un savoir-faire en recherche médicale, et des capacités de production importantes du secteur privé sont soutenus par des subventions massives tout au long de la chaîne de recherche, développement, et fabrication.

    Toutefois, l’innovation est futile si les vaccins ne sont pas disponibles à grande échelle et de manière équitable. Un an après le début de la pandémie, plus d’un milliard de doses de vaccin ont été administrées dans le monde, dont 80 % dans seulement 10 pays. Moins de 20 millions de doses ont été inoculées sur l’ensemble du continent africain, pour 1,36 milliard d’...

    Lire la suite

  • Les nouvelles sont (enfin) bonnes: savourez!

    C’est un signe qui ne trompe pas : ce vendredi, les conversations commençaient par « et alors, tu es vacciné » mais se terminaient par « bonnes terrasses ! ». Il y avait encore mieux pour croire au bout du tunnel : entendre sur Bel RTL le ministre de la santé Frank Vandenbroucke dire qu’on pouvait « se réjouir », conclure au succès du premier défi de vaccination et surtout évoquer pour la première fois la possibilité d’« esquisser mardi, lors du Codeco, un plan de retour à la normale,...

    Lire la suite