Séduire un Business Angel (II) : les étapes à franchir

Séduire un Business Angel (II) : les étapes à franchir

Le questionnaire de présélection

Tout commence par l'introduction d'un dossier sur le site du réseau (http://www.beangels.eu). Il s'agit d'un questionnaire à remplir. Les startupers sont invités à répondre à treize questions. Qui sont les fondateurs ? Quelle est l'équipe ? Où se situe l'innovation ? Etc. «Ce sont des questions assez systématiques dans un processus d'analyse, explique Claire Munck, la CEO de Be Angels. Cela nous permet d'apprécier si une candidature est cohérente et claire. De même, on peut avoir une idée de la maturité du projet.» C'est l'équipe qui s'occupe de la gestion quotidienne de Be Angels, son secrétariat, qui valide ou non ces candidatures.

 

Le pitch en comité de sélection

Les entrepreneurs retenus sont ensuite invités à une présentation devant un comité de sélection. Celui-ci rassemble une dizaine de personnes : l'équipe de gestion, l'un ou l'autre membre expérimenté du réseau, voire des partenaires. C'est l'heure du pitch. «Les entrepreneurs ont 7 minutes pour convaincre et 7 autres minutes pour répondre à des questions. Tout est passé en revue : l'historique du projet, le produit/service, le business plan, le besoin de financement, etc. Une cote est alors attribuée. Si elle est suffisante, s'ouvre alors la troisième phase.»

Le pitch en forum d'investissement

Chaque mois, tous les membres du réseau Be Angels sont invités à une grande réunion. Une centaine d'investisseurs environ y participe. Ils vont écouter tous les entrepreneurs sélectionnés et, s'ils le désirent, marquer un intérêt pour l'un ou l'autre. Les startupers déballent à nouveau leurs pitchs. Le timing : 10 minutes d'allocution, 5 minutes de questions/réponses. L'assemblée peut impressionner. C'est pourquoi, pour donner plus de chances, l'équipe de gestion de Be Angels propose au préalable un coaching aux candidats. Cette formation coûte 500 euros HTVA. Si plusieurs Business Angels se déclarent séduits, on passe à la case suivante.

La négociation du deal

Une série de réunions -deux ou trois- est organisée entre les investisseurs intéressés et les entrepreneurs. «L'examen se fait encore plus précis, poursuit Claire Munck. On parle de Due Diligence : toutes les informations fournies sont vérifiées, le plan financier est passé au crible, etc.» Vient ensuite le moment d'arrêter le montant de la levée de fonds et la valorisation attendue de la start-up. Les deux sont liés, puisque les Angels se rémunèrent surtout sur les plus-values dégagées à la sortie. Pour faciliter la négociation, l'équipe de gestion joue un rôle d'intermédiaire, de Deal-Maker. Pour ce job, une commission de 3% à 5% sera prélevée sur l'argent levé. Enfin, une convention d'actionnaires scelle le deal par écrit. Au final, il y a beaucoup d'appelés et peu d'élus. Au réseau Be Angels, on reçoit 350 candidatures par an. Seulement 20 réussiront à décrocher des fonds !

 

Sur le même sujet
Financement
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite