« Je me méfie des promesses de clients potentiels »

« Je me méfie des promesses de clients potentiels »

« Il est 11h, je regarde par la fenêtre de l’auditoire de mon cours à Solvay en écoutant mon professeur d’entrepreneuriat nous raconter comment certains entrepreneurs lancent des startups et les font grandir, comment ils remettent en question les fondements de notre économie et font vaciller les plus grands groupes, comment ils sont le tissu économique à l’origine de notre croissance, créent des emplois et innovent constamment. Je me surprends à rêver, je rêve de mon projet : une boutique en ligne sur laquelle tous les produits sains seraient abordables et triés sur le volet pour n’offrir que le meilleur pour la santé.  

3 ans après, je suis à la tête de Kazidomi, mon entreprise, qui compte 22 employés et connait une croissance internationale retentissante alors que ce n’était qu’une idée il y a encore peu de temps. Comment passe-t-on de l’idée au concret ?  

Le moment où tout bascule  

Pour le comprendre, il est essentiel d’identifier la réelle première étape pour tout entrepreneur. Je ne parle pas des longues heures de recherches, d’analyse de marché, des interviews, du networking, des conférences, des focus groupes, etc.  

Je parle du moment où l’idée se transforme en quelque chose de concret, et c’est le moment où l’entrepreneur identifie son premier prospect, son premier client prêt à payer pour ses services. Il est évident que les modèles entrepreneuriaux d’aujourd’hui se sont complexifiés et que certaines startups se lancent aujourd’hui sans business modèles, mais cela n’est pas la règle et reste souvent déconseillé. L’entrepreneur ne tient en effet son concept que le jour où il peut enfin entrevoir la monétisation de son dur labeur.  

Pas seulement entrevoir d’ailleurs, mais percevoir. Je me méfie des promesses de clients potentiels. Si j’avais eu comme client toutes les personnes qui m’ont promis de passer commande, je compterais la moitié de Bruxelles dans ma clientèle. Malheureusement, les promesses ne payent pas les factures, et pire encore, elles induisent en erreur puisqu’elles amènent les entrepreneurs à penser, parfois à tort, qu’ils sont sur la bonne voie. Cette étape critique de trouver ses premiers clients, dans le jargon des entrepreneurs on l’appelle « démontrer de la traction », un appel, une aspiration, un mouvement de clients vers votre idée, qui démontre qu’elle répond à un réel besoin. Cette étape permet ensuite de trouver du financement, puisque l’entrepreneur a enfin en main la preuve que son idée est en fait un vrai concept.  

L'astuce qui fait toute la différence

Difficile cependant de trouver ses clients sans avoir concrétisé son idée, ce qui demande souvent des investissements, eux même hors d’atteinte sans avoir démontré de traction. Heureusement, les entrepreneurs ont trouvé la parade, et ils appellent ça le MVP (ou Minimum Viable Product en anglais), ce qui se décrirait comme une version préliminaire, un prototype de l’idée ou du service proposé, qui limite les investissements nécessaires, tout en permettant d’imiter quelque peu la proposition de valeur imaginée.  

A titre d’exemple, certains créent une page Facebook avant de créer un site de mise en relation, puisque cela est gratuit. On raconte également souvent l’anecdote humble du fondateur d’un site de vente en ligne de chaussures. Il avait posté les photos sans avoir les chaussures en inventaire et il allait en fait les acheter en magasin lorsque les clients passaient commande, simplement afin d’identifier s’il y avait un intérêt pour les achats de chaussures sur internet. Il s’est avéré que la réponse était affirmative. 

Chez Kazidomi, c’est exactement ce que nous avons fait, nous avons lancé un site très simple, mis en ligne par un ami développeur, et nous avons acheté une première liste très simple de 300 produits différents. Je me rappelle m’être dit que si ça ne se vendait pas j’aurais simplement de quoi manger pendant un an. Et puis les premiers clients sont arrivés. Ça prend du temps, de l’énergie, de la résilience, mais on finit par les trouver. Progressivement on améliore son concept, jusqu’à l’avoir assez travaillé pour se tourner vers des investisseurs. C’est avec ces premiers chiffres que nous avons pu les convaincre et commencer l’aventure. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Cloîtrée à Windsor depuis le début de la pandémie, la reine doit se sentir très seule après la disparition de la seule personne qui pouvait lui parler franchement, sans ambages, ni flagornerie.

    Le décès du prince Philip fera-t-il prendre un virage décisif à la monarchie britannique?

  2. «Agilité et flexibilité: ce sont mes mots clés. Ils me servent tous les jours», affirme Inge Neven.

    Inge Neven: «On doit réfléchir à tester certains assouplissements»

  3. d-20210330-GLZ62L 2021-04-08 15_55_51

    Vaccination en Belgique: les disparités Nord-Sud se creusent

La chronique
  • La chronique Carta Academica: La santé, la justice et la fraternité entre les peuples sont des droits universels que l’UES doit garantir

    Les vaccins contre la pandémie de covid continuent à alimenter la croyance que l’on sortira de la crise et que l’on pourra reprendre la croissance économique sur des bases renouvelées et durables. Cependant, cette croyance commence à se fissurer. Des centaines de millions de personnes sont déjà laissées de côté à cause de retards, manquements, pratiques illégales, rivalités et conflits dictés par les intérêts de survie des nombreux « Moi, d’abord » et par les logiques de puissance économique et de domination technologique. Les gens croient de moins en moins que les vaccins sauveront tout le monde, et les vaccinés craignent de plus en plus que leur immunité ne sera que de courte durée. En effet, l’industrie pharmaceutique se prépare à de nouvelles perspectives commerciales et financières prometteuses, la pandémie étant devenue endémique. Qui plus est, elle est en train de se transformer en source d’explosion de multiples variantes, l’...

    Lire la suite

  • Il faut repenser la société du covid

    Le Théâtre royal flamand de Bruxelles accueillera à partir du 26 avril cinquante spectateurs par soirée, qu’importent les mesures sanitaires alors en vigueur. De leur côté, plusieurs restaurateurs ont annoncé qu’ils serviront à table dès le 1er mai, même si la réouverture de l’horeca est postposée. Et l’on passe sur les boums clandestines ou non, la restauration à la sauvette, etc. Cette désobéissance qui relève de faits isolés – et non d’une lame de fond – ne peut être toutefois négligée.

    Il va...

    Lire la suite