Pourquoi les fake news sont-elles autant partagées ?

Pourquoi les fake news sont-elles autant partagées ?

Selon le Digital News Report de 2019, 55% des personnes sont inquiètes de ne pas pouvoir identifier si une information est vraie ou fausse sur internet. Si la majorité des personnes ont conscience de la problématique des fake news, celles-ci semblent pourtant se propager et devenir un des problèmes majeurs de notre époque. En voici cinq raisons.  

Une attention limitée  

Face au grand flux d’informations, les personnes sont moins attentives à ce qui est partagé. Plus une information est vue ou entendue, plus elle est considérée comme vraie. La répétition mène à l’idée de véracité. Ainsi, la simple lecture du titre renforcera la croyance dans le contenu de l’article sans même l’avoir lu. 

Un mauvais choix de canal d’information 

Même si les fake news ont débuté dans la presse papier, aujourd’hui elles sont bien plus répandues sur Internet. Toujours selon le Digital News Report de 2019, 66% des personnes déclarent utiliser leur smartphone pour accéder aux informations. De plus en plus s’informent via les réseaux sociaux. Or, ces derniers, Facebook en tête, sont le canal privilégié pour le relais de ces fausses informations. Les auteurs utilisent des formats qui attirent, accrochent le regard comme des images, des vidéos et des mèmes.  

La source de l’information 

D’après une étude menée par Media Insight Project en 2017, le réflexe est d’accorder plus d’attention à la personne qui partage l’information qu’à la source qui l’a écrite. Un article partagé par une personne de confiance (ami, famille, personnalité publique...) aura plus de chance d’être perçu comme exact que s’il était partagé par quelqu’un à qui l’on accorde peu de crédit.  

Le sentiment d’appartenance  

L’être humain est un être social. En partageant les informations d’un groupe, il aura le sentiment d’appartenir à ce groupe et d’être en accord avec sa façon de penser et ses idées. Remettre en cause les informations partagées, c’est mettre en doute le groupe. La confiance est telle qu’aucune vérification n’est faite et que l’information erronée est partagée. 

Les « vraies » fake news  

La fake news est pour certains devenue un art, dont le but est surtout de divertir. Le Gorafi, Nordpresse, The Onion… tous ont pour objectif de parodier l’actualité. Le problème, c’est que certaines personnes ne se rendent pas compte qu’il s’agit de fausses informations intentionnelles, les prennent pour véridiques et les partagent.  

Vincent Flibustier, le patron de Nordpresse lui-même, expliquait dans une interview pour Mr Mondialisation : « la majorité des gens qui partagent Nordpresse en première ligne savent ce qu’ils lisent. Ensuite, cela s’affiche dans le fil d’actu de leurs amis, puis des amis de leurs amis... et là, on tombe sur des gens qui ne pigent rien. » 

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. De l’usine à son destinataire, chaque dose de vaccin est suivie à la trace.

    De la boîte à pizzas à la carte de vaccination, une logistique inédite

  2. Les chaînes de restaurants attendent impatiemment le 9 juin pour, à nouveau, accueillir les consommateurs en intérieur.

    Les chaînes de restaurants ont, elles aussi, faim de reprise

  3. Bruxelles.

    Conflit israélo-palestinien: 3.000 personnes réunies à Bruxelles en soutien de la Palestine

La chronique
  • La chronique Carta Academica: stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure

    Depuis 2018, la répression de Pékin dans la région ouïghoure fait l’objet d’un traitement médiatique inédit, renforcé au cours des derniers mois du fait de l’intervention de personnalités politiques interpellées par un nombre croissant d’ONG, d’activistes et de membres de la diaspora ouïghoure. Cette mobilisation a abouti à la reconnaissance d’un génocide dans la région par les États-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas. Le Parlement néo-zélandais quant à lui a dénoncé dans une résolution votée début mai de graves abus contre les droits humains. La Belgique a également été amenée à se prononcer, mais les débats parlementaires ont dû être reportés suite à une cyberattaque massive du réseau de plusieurs institutions belges, dont la Chambre, lancée à peine deux heures avant une série d’auditions de chercheurs et spécialistes sollicités sur la question d...

    Lire la suite

  • Rythmes scolaires: un choix de société

    Trop souvent, ce sont les intérêts des adultes – qu’ils soient parents, enseignants ou animateurs – qui priment alors que ceux des enfants passent régulièrement à la trappe. Mais votre projet montre la voie. » François Testu, professeur à l’université de Tours, ne tarit pas d’éloges à l’égard de la future réforme des rythmes scolaires. Chronopsychologue, il fait partie de cette poignée de chercheurs en éducation qui prêchent dans le désert depuis des décennies. Avec deux convictions : d’une part, respecter les rythmes biologiques...

    Lire la suite