Faire un don, sans même dépenser d’argent ?

Faire un don, sans même dépenser d’argent ?

Soutenir des associations, cela passe souvent par un don d’argent ou du volontariat. Quand on n’a ni les moyens financiers ni le temps, il est difficile d’aider les causes qui nous tiennent à cœur. C’est de ce constat que sont partis les fondateurs de GiveActions. « On avait envie de se bouger pour la planète mais on ne savait pas quoi faire et on n’avait pas beaucoup d’argent. Faute de temps, difficile de faire du volontariat », explique Maxime Van der Meerschen, l’un des cofondateurs.  

Ils décident donc de créer un moyen d’apporter un soutien via une application, GiveActions. Le principe ? Regarder une publicité pour offrir un don à un projet défini. Des gens qui ne peuvent pas donner ou n’ont jamais fait de dons peuvent ainsi apporter leur contribution, en quelques minutes. « On s’adresse à un public relativement jeune, qui n’a pas l’habitude ou les moyens de faire un don classique. Et il y a la satisfaction liée à la donation », reprend le cofondateur.  

Un don qui ne prend que quelques minutes 

Peut-on cependant sauver la planète à partir de son téléphone ? « Ce n’est forcément pas suffisant, on permet de faire le premier geste. Sensibiliser à une première problématique. Notre but est aussi la mise en avant d’entreprises vertes et éthiques. On essaie de changer les habitudes des gens », continue-t-il.  

« On n’offre pas encore des dizaines de milliers d’euros mais on fait bouger les choses ». Récemment lancée officiellement, GiveActions a déjà permis de créer 600m² de réserves naturelles, de planter 150 arbres en Belgique ou encore d’offrir 20 repas à des sans-abris. Tout cela avec un peu plus de 1.500 utilisateurs uniques, et 110 par jour.  

Un autre type de don pour un autre public 

Et du côté des associations, comment est perçue cette aide ? « C’est un autre type de don et c’est très malin de la part de GiveActions », explique Chloé Thome, porte-parole de l’Îlot, une association pour aider les gens à sortir du sans-abrisme. « On a toujours du temps, en attendant le bus ou dans le métro pour regarder des vidéos et faire quelque chose de constructif. Cela permet de faire une bonne action très facilement et rapidement. »

Pour l’association, participer est d’ailleurs plus une question « d’awareness » que de dons financiers. « L’intérêt est en termes de visibilité et de communication car ce sont des petits montants. » Après deux campagnes pour offrir des repas, l’Îlot veut même aller plus loin. « On aimerait sortir du don de repas, même si c’est concret pour les gens. Car il y a d’autres moyens d’aider, comme offrir du coaching pour la recherche de logements par exemple. Mais est-ce que c’est assez ‘vendeur’ pour un donateur ? ». Une chose est sûre, la prochaine fois que vous entendrez quelqu’un dire « et nos sans-abris ? », vous pourrez au moins le renvoyer vers l’application GiveActions.   

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20210120-GKWJUD 2021-01-18 15_44_30

    Coronavirus: l’école ne joue pas un rôle majeur dans les transmissions… jusqu’ici

  2. La commissaire européenne à la Santé, la Chypriote Stella Kyriakides, n’a pas mâché ses mots.

    Vaccins: l’UE craint d’être menée en bateau par AstraZeneca

  3. Principales qualités des enquêteurs: la pugnacité et la créativité.

    Lutte contre la cybercriminalité: «Chez nous, le travail est illimité, jamais terminé»

La chronique
  • La chronique «Variations»: L’affaire Duhamel

    Un personnage se situe au cœur de tous les grands réseaux de la République. Intellectuel intégré, constitutionnaliste reconnu, Pythie de la gauche libérale qu’il a représentée au Parlement européen, mais apprécié de la droite modérée, incontournable figure tutélaire de Sciences Po, président du club « Le Siècle » véritable assemblée citoyenne de l’élite, chroniqueur à la télévision, animateur et concepteur d’une émission de prestige à la radio, programmé pour le Conseil Constitutionnel, au centre de tout ce qui compte, proche de tous ceux qui décident, conseiller des pouvoirs, amis de celles et ceux qui l’ont exercé, ne fut pas hostile à Nicolas Sarkozy, fut favorable à François Hollande, se rallia à Emmanuel Macron… Personnalité phare, donc.

    Et, soudain, parce que sa belle-fille a révélé dans un livre à succès que – ce qui jette un voile noir sur l’individu – il eut naguère des relations sexuelles avec son très jeune beau-fils (fille et fils du médiatique Bernard Kouchner dont il avait épousé la première épouse, elle-même intellectuelle émérite et reconnue), parce que, coup de...

    Lire la suite

  • Un virus, mais deux stratégies pour nos écoles

    Une vingtaine d’écoles viennent de fermer leurs portes en raison de la propagation du virus, engendrant une gamme de réactions qui oscillent entre raison et émotion. Bekkevoort, Welkenraedt, Etterbeek… : autant de communes accueillant des établissements scolaires que les mesures anticovid n’ont pas suffi à préserver.

    Ces derniers mois, le maintien coûte que coûte des cours dans l’enseignement obligatoire a tenu lieu de credo. Le premier confinement avait affecté toute une jeunesse. Il ne fallait...

    Lire la suite