Faire un don, sans même dépenser d’argent ?

Faire un don, sans même dépenser d’argent ?

Soutenir des associations, cela passe souvent par un don d’argent ou du volontariat. Quand on n’a ni les moyens financiers ni le temps, il est difficile d’aider les causes qui nous tiennent à cœur. C’est de ce constat que sont partis les fondateurs de GiveActions. « On avait envie de se bouger pour la planète mais on ne savait pas quoi faire et on n’avait pas beaucoup d’argent. Faute de temps, difficile de faire du volontariat », explique Maxime Van der Meerschen, l’un des cofondateurs.  

Ils décident donc de créer un moyen d’apporter un soutien via une application, GiveActions. Le principe ? Regarder une publicité pour offrir un don à un projet défini. Des gens qui ne peuvent pas donner ou n’ont jamais fait de dons peuvent ainsi apporter leur contribution, en quelques minutes. « On s’adresse à un public relativement jeune, qui n’a pas l’habitude ou les moyens de faire un don classique. Et il y a la satisfaction liée à la donation », reprend le cofondateur.  

Un don qui ne prend que quelques minutes 

Peut-on cependant sauver la planète à partir de son téléphone ? « Ce n’est forcément pas suffisant, on permet de faire le premier geste. Sensibiliser à une première problématique. Notre but est aussi la mise en avant d’entreprises vertes et éthiques. On essaie de changer les habitudes des gens », continue-t-il.  

« On n’offre pas encore des dizaines de milliers d’euros mais on fait bouger les choses ». Récemment lancée officiellement, GiveActions a déjà permis de créer 600m² de réserves naturelles, de planter 150 arbres en Belgique ou encore d’offrir 20 repas à des sans-abris. Tout cela avec un peu plus de 1.500 utilisateurs uniques, et 110 par jour.  

Un autre type de don pour un autre public 

Et du côté des associations, comment est perçue cette aide ? « C’est un autre type de don et c’est très malin de la part de GiveActions », explique Chloé Thome, porte-parole de l’Îlot, une association pour aider les gens à sortir du sans-abrisme. « On a toujours du temps, en attendant le bus ou dans le métro pour regarder des vidéos et faire quelque chose de constructif. Cela permet de faire une bonne action très facilement et rapidement. »

Pour l’association, participer est d’ailleurs plus une question « d’awareness » que de dons financiers. « L’intérêt est en termes de visibilité et de communication car ce sont des petits montants. » Après deux campagnes pour offrir des repas, l’Îlot veut même aller plus loin. « On aimerait sortir du don de repas, même si c’est concret pour les gens. Car il y a d’autres moyens d’aider, comme offrir du coaching pour la recherche de logements par exemple. Mais est-ce que c’est assez ‘vendeur’ pour un donateur ? ». Une chose est sûre, la prochaine fois que vous entendrez quelqu’un dire « et nos sans-abris ? », vous pourrez au moins le renvoyer vers l’application GiveActions.   

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Spa-Francorchamps

    Le Grand Prix de Spa-Francochamps négocie un huit clos et une prolongation jusqu’en 2022

  2. Passage obligé du nettoyage des mains dès l’entrée dans la cour de récréation 
!

    A Ecaussinnes, une rentrée des maternelles sans pleurs à l’école du Sud

  3. Le nombre de lits sans résidents impacte fortement les finances des maisons de repos.

    Un lit sur dix en maison de repos n’est plus occupé

La chronique
  • Boris Johnson face à la fronde

    Par Marc Roche

    Ils sont là, dans un espace virtuel qui est comme une page blanche. Le 1er juin, les négociations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne ont repris pour tenter de conclure un accord de libre-échange avant la date butoir de la fin de l’année, à l’expiration de la période de transition. Les fantômes et les récriminations se sont immédiatement glissés dans cette tragédie contemporaine ou cette sitcom, c’est selon. Entre plis et replis, remords et volonté, le chantier donne le vertige.

    Quoi qu’il arrive, la combinaison des effets catastrophiques de la pandémie de Covid-19 et du Brexit va créer un choc d’au moins trois ans qui va transformer l’ancienne puissance impériale en « l’homme malade de l’Europe », comme on disait de l’empire ottoman au XIXe siècle. Dans ces conditions, je fais amende honorable en changeant le titre de mon livre-pamphlet, Le Brexit va réussir… dans cinq ans minimum.

    Sorti de l’hôpital le 12 avril à l’issue d’une hospitalisation d...

    Lire la suite

  • «Je suis un jeune noir… Chaque jour, je suis chassé comme une proie»

    « Fils, je t’écris dans ta quinzième année. (…) Être noir, c’est comme être nu face aux éléments, face aux armes à feu, face aux coups de poing, aux couteaux, au crack, au viol et à la maladie. Cette nudité n’a rien d’une erreur, rien de pathologique. Elle n’est que le résultat logique et volontaire d’une politique, la conséquence prévisible de ces siècles passés à vivre dans la peur. À l’époque de l’esclavage, la loi ne nous protégeait pas. Aujourd’hui – à ton époque – la loi est devenue une excuse pour pouvoir t’arrêter et te fouiller. (…) C’est le système qui a fait de ton corps un...

    Lire la suite