Faire un don, sans même dépenser d’argent ?

Faire un don, sans même dépenser d’argent ?

Soutenir des associations, cela passe souvent par un don d’argent ou du volontariat. Quand on n’a ni les moyens financiers ni le temps, il est difficile d’aider les causes qui nous tiennent à cœur. C’est de ce constat que sont partis les fondateurs de GiveActions. « On avait envie de se bouger pour la planète mais on ne savait pas quoi faire et on n’avait pas beaucoup d’argent. Faute de temps, difficile de faire du volontariat », explique Maxime Van der Meerschen, l’un des cofondateurs.  

Ils décident donc de créer un moyen d’apporter un soutien via une application, GiveActions. Le principe ? Regarder une publicité pour offrir un don à un projet défini. Des gens qui ne peuvent pas donner ou n’ont jamais fait de dons peuvent ainsi apporter leur contribution, en quelques minutes. « On s’adresse à un public relativement jeune, qui n’a pas l’habitude ou les moyens de faire un don classique. Et il y a la satisfaction liée à la donation », reprend le cofondateur.  

Un don qui ne prend que quelques minutes 

Peut-on cependant sauver la planète à partir de son téléphone ? « Ce n’est forcément pas suffisant, on permet de faire le premier geste. Sensibiliser à une première problématique. Notre but est aussi la mise en avant d’entreprises vertes et éthiques. On essaie de changer les habitudes des gens », continue-t-il.  

« On n’offre pas encore des dizaines de milliers d’euros mais on fait bouger les choses ». Récemment lancée officiellement, GiveActions a déjà permis de créer 600m² de réserves naturelles, de planter 150 arbres en Belgique ou encore d’offrir 20 repas à des sans-abris. Tout cela avec un peu plus de 1.500 utilisateurs uniques, et 110 par jour.  

Un autre type de don pour un autre public 

Et du côté des associations, comment est perçue cette aide ? « C’est un autre type de don et c’est très malin de la part de GiveActions », explique Chloé Thome, porte-parole de l’Îlot, une association pour aider les gens à sortir du sans-abrisme. « On a toujours du temps, en attendant le bus ou dans le métro pour regarder des vidéos et faire quelque chose de constructif. Cela permet de faire une bonne action très facilement et rapidement. »

Pour l’association, participer est d’ailleurs plus une question « d’awareness » que de dons financiers. « L’intérêt est en termes de visibilité et de communication car ce sont des petits montants. » Après deux campagnes pour offrir des repas, l’Îlot veut même aller plus loin. « On aimerait sortir du don de repas, même si c’est concret pour les gens. Car il y a d’autres moyens d’aider, comme offrir du coaching pour la recherche de logements par exemple. Mais est-ce que c’est assez ‘vendeur’ pour un donateur ? ». Une chose est sûre, la prochaine fois que vous entendrez quelqu’un dire « et nos sans-abris ? », vous pourrez au moins le renvoyer vers l’application GiveActions.   

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  2. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

  3. d-20200528-GGCWQR 2020-05-28 15:41:35

    Ecoles: la réouverture des maternelles étalée sur la semaine

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite