Faire un don, sans même dépenser d’argent ?

Faire un don, sans même dépenser d’argent ?

Soutenir des associations, cela passe souvent par un don d’argent ou du volontariat. Quand on n’a ni les moyens financiers ni le temps, il est difficile d’aider les causes qui nous tiennent à cœur. C’est de ce constat que sont partis les fondateurs de GiveActions. « On avait envie de se bouger pour la planète mais on ne savait pas quoi faire et on n’avait pas beaucoup d’argent. Faute de temps, difficile de faire du volontariat », explique Maxime Van der Meerschen, l’un des cofondateurs.  

Ils décident donc de créer un moyen d’apporter un soutien via une application, GiveActions. Le principe ? Regarder une publicité pour offrir un don à un projet défini. Des gens qui ne peuvent pas donner ou n’ont jamais fait de dons peuvent ainsi apporter leur contribution, en quelques minutes. « On s’adresse à un public relativement jeune, qui n’a pas l’habitude ou les moyens de faire un don classique. Et il y a la satisfaction liée à la donation », reprend le cofondateur.  

Un don qui ne prend que quelques minutes 

Peut-on cependant sauver la planète à partir de son téléphone ? « Ce n’est forcément pas suffisant, on permet de faire le premier geste. Sensibiliser à une première problématique. Notre but est aussi la mise en avant d’entreprises vertes et éthiques. On essaie de changer les habitudes des gens », continue-t-il.  

« On n’offre pas encore des dizaines de milliers d’euros mais on fait bouger les choses ». Récemment lancée officiellement, GiveActions a déjà permis de créer 600m² de réserves naturelles, de planter 150 arbres en Belgique ou encore d’offrir 20 repas à des sans-abris. Tout cela avec un peu plus de 1.500 utilisateurs uniques, et 110 par jour.  

Un autre type de don pour un autre public 

Et du côté des associations, comment est perçue cette aide ? « C’est un autre type de don et c’est très malin de la part de GiveActions », explique Chloé Thome, porte-parole de l’Îlot, une association pour aider les gens à sortir du sans-abrisme. « On a toujours du temps, en attendant le bus ou dans le métro pour regarder des vidéos et faire quelque chose de constructif. Cela permet de faire une bonne action très facilement et rapidement. »

Pour l’association, participer est d’ailleurs plus une question « d’awareness » que de dons financiers. « L’intérêt est en termes de visibilité et de communication car ce sont des petits montants. » Après deux campagnes pour offrir des repas, l’Îlot veut même aller plus loin. « On aimerait sortir du don de repas, même si c’est concret pour les gens. Car il y a d’autres moyens d’aider, comme offrir du coaching pour la recherche de logements par exemple. Mais est-ce que c’est assez ‘vendeur’ pour un donateur ? ». Une chose est sûre, la prochaine fois que vous entendrez quelqu’un dire « et nos sans-abris ? », vous pourrez au moins le renvoyer vers l’application GiveActions.   

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
  • Le Sheraton Parco de Medici, à Rome.
    Lena

    Italie: bienvenue à l’hôtel coronavirus!

  • rod-long-ml2f5o0nlh8-unsplash
    Consommation

    Fêtes de fin d’année: comment bien choisir le jouet de son enfant?

  • 0108_1917-3
    Cinéma

    Cinéma: les 20 meilleurs films de 2020

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dans les rues commerçantes de Bruxelles, les magasins se sont déjà mis à l’heure des décorations de Noël.

    Coronavirus: l’Europe déconfine peu à peu, la Belgique se tâte toujours

  2. Willy Borsus veut rendre les outils wallons plus efficaces.

    Willy Borsus au «Soir»: «Pour la relance, il faut doter la Wallonie d’une force de frappe de très haut niveau»

  3. US-HEALTH-VIRUS

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, saison 2, jour 22»: les doigts

    Hier, il s’est passé un truc incroyable.

    Incroyable au moins comme… comme… hum oui bon. Pas comme Chloé Caulier, 24 ans, qui a décroché lundi la médaille d’argent de l’épreuve de bloc aux championnats d’Europe d’escalade.

    C’est hyper chaud, le bloc. Il faut enchaîner 4 à 6 courts passages d’escalade, à vue, sans corde, ni mousquetons, ni baudrier, rien, juste les mains. Avec entre 4 et 8 prises de main par bloc et en 4 à 6 minutes chacun. C’est pas haut donc quand on chute, on s’y remet.

    Voilà donc pas incroyable comme ça mais plutôt comme toutes ces petites choses idiotes qui nous arrivent depuis huit mois et qui nous étonnent encore.

    Hier, vers 8 heures du matin, la température tentait vainement d’atteindre les 6 degrés. On voyait qu’elle essayait, qu’elle y croyait, avec le soleil là-haut, tout pâlichon, qui criait faiblement : « Vas-y, mais vas-y ! » Mais non.

    ...

    Lire la suite

  • Donner une perspective: le seul luxe permis dans ce cauchemar de la crise covid

    Pas de restaurants avant le 20 janvier (oui le 20 janvier !), pas de bars avant on ne sait pas quand, pas de rassemblements publics, la prolongation du couvre-feu (sauf la nuit du 24 et du 31 décembre), des fêtes en famille avec peu d’adultes dans une même pièce en même temps, la poursuite du télétravail. Que nous a appris le président Emmanuel Macron que les Belges francophones mais aussi néerlandophones ont regardé religieusement ce mardi soir ? Que le retour à la normale n’est pas pour demain, que tout...

    Lire la suite