Faire un don, sans même dépenser d’argent ?

Faire un don, sans même dépenser d’argent ?

Soutenir des associations, cela passe souvent par un don d’argent ou du volontariat. Quand on n’a ni les moyens financiers ni le temps, il est difficile d’aider les causes qui nous tiennent à cœur. C’est de ce constat que sont partis les fondateurs de GiveActions. « On avait envie de se bouger pour la planète mais on ne savait pas quoi faire et on n’avait pas beaucoup d’argent. Faute de temps, difficile de faire du volontariat », explique Maxime Van der Meerschen, l’un des cofondateurs.  

Ils décident donc de créer un moyen d’apporter un soutien via une application, GiveActions. Le principe ? Regarder une publicité pour offrir un don à un projet défini. Des gens qui ne peuvent pas donner ou n’ont jamais fait de dons peuvent ainsi apporter leur contribution, en quelques minutes. « On s’adresse à un public relativement jeune, qui n’a pas l’habitude ou les moyens de faire un don classique. Et il y a la satisfaction liée à la donation », reprend le cofondateur.  

Un don qui ne prend que quelques minutes 

Peut-on cependant sauver la planète à partir de son téléphone ? « Ce n’est forcément pas suffisant, on permet de faire le premier geste. Sensibiliser à une première problématique. Notre but est aussi la mise en avant d’entreprises vertes et éthiques. On essaie de changer les habitudes des gens », continue-t-il.  

« On n’offre pas encore des dizaines de milliers d’euros mais on fait bouger les choses ». Récemment lancée officiellement, GiveActions a déjà permis de créer 600m² de réserves naturelles, de planter 150 arbres en Belgique ou encore d’offrir 20 repas à des sans-abris. Tout cela avec un peu plus de 1.500 utilisateurs uniques, et 110 par jour.  

Un autre type de don pour un autre public 

Et du côté des associations, comment est perçue cette aide ? « C’est un autre type de don et c’est très malin de la part de GiveActions », explique Chloé Thome, porte-parole de l’Îlot, une association pour aider les gens à sortir du sans-abrisme. « On a toujours du temps, en attendant le bus ou dans le métro pour regarder des vidéos et faire quelque chose de constructif. Cela permet de faire une bonne action très facilement et rapidement. »

Pour l’association, participer est d’ailleurs plus une question « d’awareness » que de dons financiers. « L’intérêt est en termes de visibilité et de communication car ce sont des petits montants. » Après deux campagnes pour offrir des repas, l’Îlot veut même aller plus loin. « On aimerait sortir du don de repas, même si c’est concret pour les gens. Car il y a d’autres moyens d’aider, comme offrir du coaching pour la recherche de logements par exemple. Mais est-ce que c’est assez ‘vendeur’ pour un donateur ? ». Une chose est sûre, la prochaine fois que vous entendrez quelqu’un dire « et nos sans-abris ? », vous pourrez au moins le renvoyer vers l’application GiveActions.   

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La Grand-Place se déconfine. En mode élargi, les terrasses ne sont pas encore remplies.

    Berezina pour le tourisme à Bruxelles

  2. Le Luxembourg pourrait rapidement retourner «
au vert
» si les indicateurs prenaient en compte les non-résidents testés positifs qui font grimper les chiffres.

    Le Luxembourg, en zone orange, est-il victime de son dépistage massif?

  3. Le défi est sur tous les fronts...

    Pour le 14 juillet, Macron n’est pas à la fête

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 32: le fantasme

    L’autre jour, il s’est passé un truc incroyable.

    On s’est rendu compte que le Covid-19, ce sale virus dégueulasse, oppressant et mesquin, s’était insinué partout, mais partout dans notre inconscient, nos fantasmes et nos rêves les plus coquins.

    Prenez les plus bateaux, les plus communs, les plus évidents : le fantasme du lieu public, celui de la salle de gym, des transports en commun, du divan du psy ou du bureau de la prof d’allemand, le fantasme du sauna, de la backroom, de l’avion, du parc, de l’ascenseur, du cinéma, les fantasmes où on est plein, le plan à 3, 4, 5, 6, 10 où tout le monde porte un masque mais pas un stupide FFP2, non, un masque comme dans Eyes Wide Shut de Kubrick, avec des inconnu.e.s croisé.e.s dans l’obscurité et quand les lumières se rallument, tout le monde a disparu.

    Mais comment voulez-vous que ça fonctionne encore ? A peine vous laisserez-vous aller à la rêverie qu’une énorme alarme se...

    Lire la suite

  • Avortement, consciences et femmes pris en otage: pas joli joli

    C’était « la » question des derniers jours : mais qu’allait dire Bart De Wever ? Depuis le début des négociations, pourparlers et autres rencontres à géométrie variable sur un potentiel gouvernement Arizona, le président de la N-VA et ses troupes se taisaient dans toutes les langues. Tout le monde était persuadé que cela n’allait pas durer et que la fête flamande allait faire sortir le grand manitou de sa boîte. On n’a donc pas été déçu mais plutôt surpris car l’angle d’attaque pris pour rentrer dans le jeu n’avait...

    Lire la suite