Faut-il forcément apprendre à coder pour trouver un boulot ?

Faut-il forcément apprendre à coder pour trouver un boulot ?

Ecole 19, BeCode, Molengeek, Le Wagon... Les formations au coding fleurissent un peu partout en Belgique, toutes basées sur un même principe : la diversité. Aucun prérequis à l’entrée, les étudiants ont tous un parcours différent. Mais, évidemment, un objectif commun : maximiser leurs chances sur le marché du travail. Et ça marche ! Qu’ils intègrent une entreprise existante ou qu’ils créent leur propre société, à la sortie, plus de 80% des étudiants (en fonction des écoles) trouvent un travail.

Pas que dans l’IT

Transformation digitale oblige, de plus en plus de métiers sont aujourd’hui concernés par le coding. Et pas que dans les services IT. Qui n’a pas entendu parler des robots recruteurs ? “Dans les ressources humaines, il y a énormément de potentiel, reconnaît Stephan Salberter, directeur de l’Ecole 19. Ça peut être aussi dans la gamification, l'algorithmie, le pricing, l'Internet of things, les objets connectés, etc. Aujourd’hui, on a besoin de développement informatique dans tous les domaines qui doivent se transformer.”

Une logique plus qu’un langage

Et quand bien même la personne n'a acune intention de devenir développeur, l’apprentissage du code reste une ligne de plus sur le CV. Une ligne qui prend une importance croissante, jusque dans les postes à responsabilités. De plus en plus de managers s’inscrivent au bootcamp du Wagon à Bruxelles.

"Ils ont des difficultés pour communiquer avec l'équipe de développement parce qu'ils ne se rendent pas toujours compte de ce que cette dernière demande, de ce qu’est une deadline raisonnable, de ce que ça implique de changer telle ou telle chose dans le produit. Comprendre les aide à mieux gérer leur équipe”, explique Ana Seré, la gérante.


Comment apprendre à programmer, Leo – TechMaker

L’apprentissage du code aide donc à comprendre, mais aussi à raisonner d’après Pierre-Antoine Delnatte, directeur du campus BeCode à Liège : “La base du code, c'est un esprit logique, c'est résoudre des problèmes logiques. On leur apprend à apprendre. C'est une compétence qui est demander un petit peu partout.”

Doit-on donc tous devenir codeurs ?

Certainement pas ! “Nous formons quand même des développeurs informatiques”, rappelle Pierre-Antoine Delnatte. Certaines professions, dans la petite enfance ou l’aide à la personne par exemple, doivent rester du domaine de l’humain.

Et surtout, d’après Laurent Alexandre, auteur de La Guerre des intelligences, “ce n’est pas parce qu’une technologie est ubiquitaire que tout le monde doit s’y former. (…) Le code informatique bas de gamme sera entièrement automatisé grâce à l’intelligence artificielle, qui sera quasi gratuite.”

Et en attendant ? En attendant, 15 à 20.000 jobs de développeurs seraient aujourd’hui disponibles en Belgique. “Certaines choses seront programmées par des machines, mais on en est encore loin, et ces machines, il faudra bien les programmer”, conclut la gérante du Wagon.

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-US-HEALTH-VIRUS-VACCINE-J&J

    Johnson & Johnson: un nouveau revers pour la campagne de vaccination

  2. Dominique Duchesnes.

    Sophie Wilmès à la veille du Codeco: «Il faut saisir l’occasion de revenir sur le chemin des libertés»

  3. PHOTONEWS_10902184-071

    Voyages: un compromis se dessine entre Etats sur le certificat vert

La chronique
  • Royaume-Uni: comment le prince Philip a veillé aux intérêts économiques de la famille Windsor

    Par Marc Roche

    Sur le sol depuis des jours, une marée de journaux, de cahiers spéciaux et de biographies lourdes comme une enclume consacrées au duc d’Edimbourg, décédé le 9 avril à l’âge de 99 ans. Le héros de la Deuxième Guerre mondiale, le croisé de l’écologie avant la lettre, le philanthrope de la jeunesse en difficulté et surtout le roc de Sa Majesté au cours d’un mariage d’une exceptionnelle longévité… au risque d’indisposer, les médias britanniques n’ont eu cesse de mettre en exergue le formidable héritage de Son Altesse royale qui doit être inhumé samedi au château de Windsor.

    En revanche, pas un mot sur son rôle de PDG de la « Firme », comme le roi George VI, père de l’actuelle souveraine, avait surnommé la famille royale. Ce trait d’humour est révélateur de la véritable entreprise qu’est devenu Windsor Inc. Cette prospérité est le legs le moins...

    Lire la suite

  • La science a donné, merci de chercher un autre bouc émissaire

    Donnez-nous des études scientifiques. Et des chiffres. Voilà ce que réclament des secteurs fermés depuis une plombe pour qu’on leur prouve l’efficacité des mesures sanitaires en vigueur. Et politiquement, ce discours percole : certains voudraient enfin qu’on leur démontre si un salon de coiffure est plus dangereux qu’un salon de thé. Ou qu’une pépinière.

    La demande est compréhensible. Pour mieux lutter contre le virus, l’idéal serait de disposer d’un hit-parade de ses endroits préférés....

    Lire la suite