Elle a trouvé un travail en moins de 24h après sa formation !

Elle a trouvé un travail en moins de 24h après sa formation !

Le code n’a jamais fait partie de ses plans de carrière. Et pourtant, Elisa della Faille a un jour décidé de tout lâcher pour suivre la formation BeCode à BeCentral. 9 mois de cours et 3 mois de stage plus tard, elle travaille chez Isabel, main dans la main avec l’équipe de développeurs, pour fournir des solutions de paiement et de gestion aux banques et aux comptables. Elle fait partie des rôles modèles mis à l’honneur cette semaine lors du Women Code Festival à Bruxelles. 

Elisa, pourquoi as-tu décidé de suivre une formation en coding ? 

J’avais fait des études en sciences politiques, je n’avais pas de master, et je ne savais pas trop vers quoi m’orienter. Je savais juste que je voulais avoir un impact dans mon métier et je me suis rendue compte que les technologies sont bien là et qu’elles ne sont pas prêtes de partir. 

Je ne savais pas ce que j’allais faire de cette formation, j’avais juste envie d’intégrer le secteur. J’ai toujours été un peu geek, intéressée par les technologies mais jamais, avant de voir les publicités de BeCode, je n’aurais crû que cela m’était accessible. 

A quoi ressemble la formation ? 

Elle est vraiment orientée vers la réalité du métier. Ce sont des mises en situation avec des clients, des travaux de groupe, des problèmes à résoudre et des objectifs à atteindre. On ne parle d’ailleurs pas de classes, on parle de startups.  

Il y a aussi tout un accompagnement sur ce qu’est la réalité professionnelle, comment on se fait un profil LinkedIn, comment on se présente en tant que développeur sur le marché de l’emploi, etc. On a aussi des propositions de stages, de gens qui viennent chercher des stagiaires. Mais ensuite c’est à nous de trouver celui qui nous plaît. 

Quelle valeur a-t-on sur le marché du travail après une telle formation ? 

Dans mon cas, j’ai trouvé un emploi directement à la fin de mon stage. Il y a de la demande. D’après les chiffres de BeCode, 80% des personnes sont mises à l’emploi après avoir fait la formation.  

A l’origine, j’étais project manager en IT, puis je suis devenue product owner, c’est-à-dire que j’incarne le produit qu’on développe. Je suis entre le côté business, qui consiste à comprendre les besoins des utilisateurs, et les développeurs avec qui je réfléchir aux solutions techniques qu’on pourrait trouver pour répondre à ces besoins. 

Tu ne codes donc pas toute la journée ? 

Pas du tout, mais la formation m’a vraiment permis de décrocher ce job. Savoir développer ouvre des portes bien plus vastes que le simple développement. Cela m’aide à avoir la compréhension des difficultés techniques qu’on peut rencontrer pour résoudre un problème. Ajouter un bouton sur un site web peut paraître simple par exemple mais parfois ça a de nombreuses implications. Avoir les connaissances techniques me permet de mieux le comprendre. 

Est-ce qu’on gagne bien sa vie ? 

C’est un secteur qui paie très bien. En fonction du profil qu’on se crée, on peut très vite arriver dans une petite niche, où la demande est beaucoup plus importante que le nombre de profils disponibles. 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le port du masque est obligatoire sur la digue à Ostende.

    À Ostende, les touristes luttent contre la chaleur sans oublier le Covid (photos)

  2. 10880871-089

    Formation fédérale: prolongés, les préformateurs Magnette (PS) et De Wever (N-VA) sont priés d’accélérer

  3. Le Mardasson, connu dans le monde entier.

    Les dessous du patrimoine: ces villes qui vivent au rythme des batailles

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Premier faux pas pour la commission Covid

    En plein mois d’août, le président de la « commission spéciale en charge d’examiner la gestion de l’épidémie de Covid-19 par la Belgique » a décidé de réunir ses troupes pour entamer les travaux, avec un premier échange de vues avec les experts. Une séance de plus de trois heures qu’on peut qualifier de raté au démarrage.

    Réunion improvisée

    Le péché originel, c’était la convocation de cette réunion...

    Lire la suite