Elle a trouvé un travail en moins de 24h après sa formation !

Elle a trouvé un travail en moins de 24h après sa formation !

Le code n’a jamais fait partie de ses plans de carrière. Et pourtant, Elisa della Faille a un jour décidé de tout lâcher pour suivre la formation BeCode à BeCentral. 9 mois de cours et 3 mois de stage plus tard, elle travaille chez Isabel, main dans la main avec l’équipe de développeurs, pour fournir des solutions de paiement et de gestion aux banques et aux comptables. Elle fait partie des rôles modèles mis à l’honneur cette semaine lors du Women Code Festival à Bruxelles. 

Elisa, pourquoi as-tu décidé de suivre une formation en coding ? 

J’avais fait des études en sciences politiques, je n’avais pas de master, et je ne savais pas trop vers quoi m’orienter. Je savais juste que je voulais avoir un impact dans mon métier et je me suis rendue compte que les technologies sont bien là et qu’elles ne sont pas prêtes de partir. 

Je ne savais pas ce que j’allais faire de cette formation, j’avais juste envie d’intégrer le secteur. J’ai toujours été un peu geek, intéressée par les technologies mais jamais, avant de voir les publicités de BeCode, je n’aurais crû que cela m’était accessible. 

A quoi ressemble la formation ? 

Elle est vraiment orientée vers la réalité du métier. Ce sont des mises en situation avec des clients, des travaux de groupe, des problèmes à résoudre et des objectifs à atteindre. On ne parle d’ailleurs pas de classes, on parle de startups.  

Il y a aussi tout un accompagnement sur ce qu’est la réalité professionnelle, comment on se fait un profil LinkedIn, comment on se présente en tant que développeur sur le marché de l’emploi, etc. On a aussi des propositions de stages, de gens qui viennent chercher des stagiaires. Mais ensuite c’est à nous de trouver celui qui nous plaît. 

Quelle valeur a-t-on sur le marché du travail après une telle formation ? 

Dans mon cas, j’ai trouvé un emploi directement à la fin de mon stage. Il y a de la demande. D’après les chiffres de BeCode, 80% des personnes sont mises à l’emploi après avoir fait la formation.  

A l’origine, j’étais project manager en IT, puis je suis devenue product owner, c’est-à-dire que j’incarne le produit qu’on développe. Je suis entre le côté business, qui consiste à comprendre les besoins des utilisateurs, et les développeurs avec qui je réfléchir aux solutions techniques qu’on pourrait trouver pour répondre à ces besoins. 

Tu ne codes donc pas toute la journée ? 

Pas du tout, mais la formation m’a vraiment permis de décrocher ce job. Savoir développer ouvre des portes bien plus vastes que le simple développement. Cela m’aide à avoir la compréhension des difficultés techniques qu’on peut rencontrer pour résoudre un problème. Ajouter un bouton sur un site web peut paraître simple par exemple mais parfois ça a de nombreuses implications. Avoir les connaissances techniques me permet de mieux le comprendre. 

Est-ce qu’on gagne bien sa vie ? 

C’est un secteur qui paie très bien. En fonction du profil qu’on se crée, on peut très vite arriver dans une petite niche, où la demande est beaucoup plus importante que le nombre de profils disponibles. 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ce 10 avril, le président iranien Rohani s’était félicité de l’avancement du programme d’enrichissement des centrifugeuses à Natanz. C’était quelques heures avant l’explosion sur la base nucléaire...

    Proche-Orient: un attentat sur la base de Natanz en Iran relance les tensions avec Israël

  2. d-20201215-GKCXJ8 2020-12-15 15_13_09

    Carte blanche: «La taxe kilométrique à Bruxelles tient la route»

  3. A la fois bricoleur, réparateur, artisan et recycleur, Geoffrey Abbas a fondé la coopérative Namufacture et ouvert une boutique dans le centre-ville de la capitale wallonne.

    La Namufacture valorise des déchets pour décorer votre intérieur

La chronique
  • La chronique «Alternatives»: La nuance, cette provocation

    Le titre du livre est provocateur dans sa modération : Le courage de la nuance.

    A une époque où toutes les radicalités font prime, où même les murmures doivent être de rage et les soupirs d’exaspération, on ne saurait être plus à contre-pied. C’est-à-dire, au fond, plus subversif.

    Quand il devient banal d’envoyer des grenades, c’est l’appel à la nuance qui explose comme une bombe. L’auteur, Jean Birnbaum (le patron, accessoirement, du supplément « Livres » du quotidien Le Monde) ose donc la seule provocation qui soit susceptible, aujourd’hui, de faire scandale : l’appel à s’émanciper des binarismes de plomb qui transforment notre espace intello-médiatique en une arène de guerre civile.

    Hurler, non ! Nuancer. Se libérer des carcans. Interpeller ses propres certitudes. Renvoyer dos à dos Eric Zemmour et Edwy Plenel. Etre capable d’ouvrir des fenêtres qui permettent de sortir de l’auto-enfermement.

    Birnbaum nous offre trois modèles...

    Lire la suite

  • Covid: regarder la réalité en face, arrêter la course aux illusions

    C’est un texte important que nous publions ce lundi, par son contenu et ses signataires. Nathan Clumeck, Marius Gilbert et Leila Belkhir sont trois scientifiques respectés dans cette crise. Depuis le début de la pandémie, ils se sont singularisés par leur volonté de dire aux citoyens ce qui était, sans hurler au loup, sans charlatanisme et en veillant à ne servir aucun discours ou enjeu politique.

    Le texte qu’ils se sont décidé à écrire et à signer ce week-end a été mûrement réfléchi. Ils savent que...

    Lire la suite