Bruxelles, capitale européenne de la tech au féminin ?

Bruxelles, capitale européenne de la tech au féminin ?

L’intelligence artificielle, le big data, l’IoT, tous ces noms qui nous semblent encore barbares font déjà partie de notre quotidien. L’algorithme, ce mot qui en dit long, régit le monde d’aujourd’hui. Rien qu’à Bruxelles, plus de 1.000.000 de lignes de code (CIRB) sont créées chaque année. Il est temps de prendre la mesure de l’impact de ces technologies sur notre développement économique et sociologique.  

Réécrire l’histoire 

Cette 4ème révolution industrielle interroge plusieurs aspects de notre société et ouvre le champ des possibles. Aujourd’hui, tout est à réinventer. C’est un moment unique que l’on doit pouvoir saisir pour réécrire l’histoire. Grâce à cette évolution, nous pourrions rééquilibrer les inégalités de genre, mais aussi économiques et sociales.  

Il y a deux ans, la Région bruxelloise, à travers son Plan NextTech, a créé Women in Tech.Brussels au sein du service 1819. Un écosystème unique en son genre, rassemblant le secteur public et privé avec comme objectif d’augmenter la mixité dans le secteur technologique et sensibiliser les femmes et les jeunes filles au « code » informatique et aux études STEM. 

Une région dynamique 

En deux ans, grâce à l’écosystème 1819-Women in Tech.Brussels, une vraie dynamique « pro gender » est née. On a vu éclore de nombreux projets afin de promouvoir les femmes dans ce secteur comme par exemple Startit KBC avec « Female founders », BeCentral « Hack the gendergap », Google Digital Atelier « I am remarkable », Ecole 19 « She Loves to Code », Le Wagon « Women Who Code ». Toutes ces initiatives ont contribué à déclencher un mouvement positif au cœur de la capitale européenne.  

Bruxelles peut se targuer d’être la Région de notre pays la plus « women friendly ». Pas peu fière d’afficher un taux de création de startups par les femmes le plus élevé de Belgique, parti de 8% en 2017 pour atteindre 18% (Sirris) en 2019, elle fait même plus que la moyenne européenne, qui est de 16,7% (European Startup Monitor). 

Des opportunités à saisir 

Devrions-nous nous en réjouir ? Non, car malgré les efforts et l’intérêt grandissant du public féminin, nous devons mettre les bouchées doubles et se retrousser les manches tous secteurs confondus - industries, universités, gouvernement, institutions, enseignement - afin de répondre à la pénurie de professionnel.le.s et assurer aux femmes les mêmes opportunités économiques qu’aux hommes. En Europe, 900.000 emplois seront créés grâce à l’automatisation et aux technologies d’ici 2020 (OECD). Selon l’étude d’Agoria « BetheChange », ce sont 584.000 postes vacants d’ici 2030 avec un risque de perte de 60 milliards de PIB si ces postes ne trouvent pas preneur ou preneuse !  

Dans nos universités aujourd’hui, on assiste à un déclin du pourcentage d’étudiantes dans les études STEM. Et les écoles de codage à Bruxelles, malgré les efforts consentis, affichent un taux maximal de 15% d’étudiantes. C’est dans ce contexte que l’écosystème 1819-Women in Tech.Brussels se mobilise pour la 3eme année consécutive pour organiser le Women Code Festival. 

L’émancipation par le code ? 

Le Women Code Festival, c’est une semaine pendant la Code Week européenne, pour découvrir le code et l’innovation à travers une série d’activités organisées avec nos partenaires. Ce sont des workshops de code pour les femmes et les enfants, mais aussi des débats, une projection de film, des panels de rôles-modèles expertes en informatique ou scientifiques qui évoluent dans les universités ou entreprises belges.  

A travers le thème de cette année, « Code & Fly to the Moon », nous souhaitons célébrer les 50 ans du premier pas de l’Homme sur la Lune, différemment… nous voulons mettre en lumière ces femmes qui sont à l’origine de ce moment historique comme Margaret Hamilton, directrice du programme software Apollo 11, qui a permis l’alunissage du module lunaire, Katherine Johnson, femme afro-américaine, qui a calculé la trajectoire de l’appareil, et bien d’autres encore passées trop souvent inaperçues. 

Elisa, Charene, Caroline, Audrey, Ramata, Caroline, Valérie… Elles se sont toutes, au hasard d’une vie, plongées dans le code. Des années et des lignes de code plus tard, elles parlent de leur métier avec la même passion. Le code les a aidées à se réaliser. 

Nous souhaitons surtout dire aux femmes et aux jeunes filles bruxelloises que l’histoire de la technologie est une histoire de femmes, et que toutes les femmes ont une place à prendre dans cette évolution du monde. Notre écosystème 1819-Women in Tech.Brussels est là pour les soutenir.

 
À la Une du Soir.be
  • Le Sheraton Parco de Medici, à Rome.
    Lena

    Italie: bienvenue à l’hôtel coronavirus!

  • rod-long-ml2f5o0nlh8-unsplash
    Consommation

    Fêtes de fin d’année: comment bien choisir le jouet de son enfant?

  • 0108_1917-3
    Cinéma

    Cinéma: les 20 meilleurs films de 2020

À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dans les rues commerçantes de Bruxelles, les magasins se sont déjà mis à l’heure des décorations de Noël.

    Coronavirus: l’Europe déconfine peu à peu, la Belgique se tâte toujours

  2. Willy Borsus veut rendre les outils wallons plus efficaces.

    Willy Borsus au «Soir»: «Pour la relance, il faut doter la Wallonie d’une force de frappe de très haut niveau»

  3. US-HEALTH-VIRUS

La chronique
  • «La lettre d’Ivan De Vadder»: La cicatrice flamande

    Sur la deuxième chaîne de la VRT, Canvas, en hiver, la soirée se clôture avec la rubrique « Winteruur » (« L’Heure d’Hiver »), où le cabaretier Wim Helsen invite des Flamands connus et inconnus à présenter un texte qui les a frappés ou touchés. Comme la rubrique ne dépasse jamais les dix minutes, il s’agit d’un petit moment de réflexion avant de se coucher. Cette semaine, la rubrique passait pour la 400e fois à l’antenne, et la journaliste Joyce Azar était une des invitées. Joyce est une journaliste bilingue, qui travaille à la VRT et à la RTBF, inspiratrice aussi du site daardaar.be qui traduit des textes de la presse flamande en français. Comme elle a des racines libanaises, elle présentait un extrait du dernier livre de l’écrivain libanais Amin Maalouf, Les identités meurtrières, en traduction néerlandaise, mais aussi en version originale française.

    Dans ce livre, Maalouf examine la notion « d’identité », et Azar cite un extrait dans lequel Maalouf explique comment une langue – dans son cas l’arabe...

    Lire la suite

  • Donner une perspective: le seul luxe permis dans ce cauchemar de la crise covid

    Pas de restaurants avant le 20 janvier (oui le 20 janvier !), pas de bars avant on ne sait pas quand, pas de rassemblements publics, la prolongation du couvre-feu (sauf la nuit du 24 et du 31 décembre), des fêtes en famille avec peu d’adultes dans une même pièce en même temps, la poursuite du télétravail. Que nous a appris le président Emmanuel Macron que les Belges francophones mais aussi néerlandophones ont regardé religieusement ce mardi soir ? Que le retour à la normale n’est pas pour demain, que tout...

    Lire la suite