Coliving : ces espaces de coworking où il fait bon vivre

Coliving : ces espaces de coworking où il fait bon vivre

Le coworking est entré dans les habitudes de nombreux professionnels. Un succès qui fait grimper la part de marché des bureaux partagés à 2,7 %, soit 700.000 des 24 millions de m2 disponibles en Belgique. Et le phénomène ne semble pas près de s’arrêter. 

Dans une société en pleine mutation, ces espaces font la part belle au travail nomade et collaboratif, en favorisant la créativité et la flexibilité. Certains ont décidé d’aller un pas plus loin… en direction du coliving. Une tendance à mi-chemin entre coworking et colocation, qui propose aux freelances de partager logement et bureau.  

Plus que des colocs 

Le coliving se présente comme une solution pour des coworkers et des colocataires en quête de « plus ». Un « plus » qui fait toute la différence : vivre et travailler sous le même toit, sans se ruiner. Si l’idée peut effrayer, force est de constater que certains travailleurs ont choisi de repousser les limites du coworking. L’objectif ? Plus de vie communautaire, plus d’échanges, plus de partenariats, plus d’émulation.  

Mais aussi davantage de flexibilité… En effet, de nombreux freelances sont des oiseaux de nuit. Rien de tel donc que d’allier la convivialité du bureau partagé au confort du domicile. L’intérêt est également financier, puisque le coliving permet de diminuer les coûts sans céder sur la qualité du logement. 

Communauté, mais aussi intimité 

Si le concept du coliving n’est pas figé, il se fonde généralement sur des espaces personnels et collectifs, parfaitement équipés, dans un esprit contemporain et au cœur de quartiers trendy. Des chambres individuelles meublées, éventuellement une salle de bain et une petite cuisine, qui offrent tout le confort nécessaire au freelance.  

Dans les communs ? Outre un salon, tout est fait pour faciliter l’activité professionnelle, comme dans un espace de coworking (wifi, espaces dédiés, équipements informatiques, etc.). Certaines formules proposent aussi une série de services : linge, tâches ménagères, voire même les repas. Autres caractéristiques ? La durée des baux varie de trois mois à trois ans et les loyers tournent autour des 700 euros tout compris (à Bruxelles).  

Des jeunes et des expats 

Au-delà des versions all-inclusive qui ont éclos dans des lieux paradisiaques, comme à Bali ou au Maroc, sous le nom de « start-up villa », les pionniers du coliving sont des villes comme New York ou Londres. Mais le phénomène s’exporte dans la plupart des grands centres urbains, entre autres à Paris avec les « hacker house ».  

La Belgique s’y met également, avec une tendance plus proche de la colocation, visant notamment à attirer les jeunes diplômés. Les nouvelles générations sont les premiers concernés par le coliving. On retrouve ainsi une majorité d’actifs entre 23 et 35 ans, dont une bonne partie d’expats. C’est le cas chez Ikoab, l’une des sociétés qui s’est lancée sur ce marché en Belgique, au même titre que Cohabs. Face au succès de ces offres, ces maisons partagées se multiplient à Bruxelles, Liège ou Charleroi. 

Sur le même sujet
Mode de vie
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avant la fuite, certains élèves avaient déjà passé l’épreuve lundi et mardi. C’est certainement de là que viendrait la bavure.

    Une nouvelle fuite ébranle le CE1D

  2. SOCCER EURO2020 GAME 2 RED DEVILS VS DENMARK (2)

    Danemark – Belgique: l’émouvant hommage des équipes à Christian Eriksen (vidéo)

  3. La stratégie de Xavier Bertrand ne varie pas: s’imposer à droite comme celui qui surpasse tous ses rivaux.

    Régionales en France: Xavier Bertrand, l’ambition «quoi qu’il en coûte»

La chronique
  • La chronique «Enjeux» sur la menace extrémiste: le mieux n’est jamais certain

    Dorothy Thompson était correspondante du New York Post à Berlin dans les années 1930. Elle fut aussi la première journaliste américaine expulsée par le régime nazi, en août 1934, car elle n’avait aucune illusion sur les intentions d’Adolf Hitler, alors que d’autres prônaient l’apaisement et l’accommodement. Son jugement des accords de Munich en 1938 fut sans appel : « ceux qui, parmi nous, connaissent le sort que les autorités nazies réservent aux minorités savent que cet accord débouchera ouvertement sur l’établissement du règne de la terreur, écrivait-elle le 2 octobre 1938 dans le New York Herald Tribune. Cette paix a été fondée sur l’illégalité et elle ne pourra se maintenir que par l’illégalité. Elle a été fondée sur la dictature et elle ne pourra se maintenir que par la dictature. Elle a été fondée sur la trahison et elle ne pourra se maintenir que par la trahison ».

    Une prédisposition à l’inhumanité

    En août 1941, elle publiait dans Harper’s Magazine une...

    Lire la suite

  • Joe Biden et Vladimir Poutine tentent la désescalade

    Une poignée de main et des sourires, c’est un bon début. Après des mois de tensions entre les Etats-Unis et la Russie, place à la désescalade. La première rencontre entre les présidents des deux grandes puissances, mercredi à Genève, a permis d’avancer sur plusieurs dossiers et même d’en débloquer certains dont celui du retour des ambassadeurs dans les deux capitales. Et surtout de calmer le jeu ; du moins en apparence comme sur la cybersécurité par exemple, mais pas sur les droits humains. Poutine a qualifié l’entrevue de « ...

    Lire la suite