Coliving : ces espaces de coworking où il fait bon vivre

Coliving : ces espaces de coworking où il fait bon vivre

Le coworking est entré dans les habitudes de nombreux professionnels. Un succès qui fait grimper la part de marché des bureaux partagés à 2,7 %, soit 700.000 des 24 millions de m2 disponibles en Belgique. Et le phénomène ne semble pas près de s’arrêter. 

Dans une société en pleine mutation, ces espaces font la part belle au travail nomade et collaboratif, en favorisant la créativité et la flexibilité. Certains ont décidé d’aller un pas plus loin… en direction du coliving. Une tendance à mi-chemin entre coworking et colocation, qui propose aux freelances de partager logement et bureau.  

Plus que des colocs 

Le coliving se présente comme une solution pour des coworkers et des colocataires en quête de « plus ». Un « plus » qui fait toute la différence : vivre et travailler sous le même toit, sans se ruiner. Si l’idée peut effrayer, force est de constater que certains travailleurs ont choisi de repousser les limites du coworking. L’objectif ? Plus de vie communautaire, plus d’échanges, plus de partenariats, plus d’émulation.  

Mais aussi davantage de flexibilité… En effet, de nombreux freelances sont des oiseaux de nuit. Rien de tel donc que d’allier la convivialité du bureau partagé au confort du domicile. L’intérêt est également financier, puisque le coliving permet de diminuer les coûts sans céder sur la qualité du logement. 

Communauté, mais aussi intimité 

Si le concept du coliving n’est pas figé, il se fonde généralement sur des espaces personnels et collectifs, parfaitement équipés, dans un esprit contemporain et au cœur de quartiers trendy. Des chambres individuelles meublées, éventuellement une salle de bain et une petite cuisine, qui offrent tout le confort nécessaire au freelance.  

Dans les communs ? Outre un salon, tout est fait pour faciliter l’activité professionnelle, comme dans un espace de coworking (wifi, espaces dédiés, équipements informatiques, etc.). Certaines formules proposent aussi une série de services : linge, tâches ménagères, voire même les repas. Autres caractéristiques ? La durée des baux varie de trois mois à trois ans et les loyers tournent autour des 700 euros tout compris (à Bruxelles).  

Des jeunes et des expats 

Au-delà des versions all-inclusive qui ont éclos dans des lieux paradisiaques, comme à Bali ou au Maroc, sous le nom de « start-up villa », les pionniers du coliving sont des villes comme New York ou Londres. Mais le phénomène s’exporte dans la plupart des grands centres urbains, entre autres à Paris avec les « hacker house ».  

La Belgique s’y met également, avec une tendance plus proche de la colocation, visant notamment à attirer les jeunes diplômés. Les nouvelles générations sont les premiers concernés par le coliving. On retrouve ainsi une majorité d’actifs entre 23 et 35 ans, dont une bonne partie d’expats. C’est le cas chez Ikoab, l’une des sociétés qui s’est lancée sur ce marché en Belgique, au même titre que Cohabs. Face au succès de ces offres, ces maisons partagées se multiplient à Bruxelles, Liège ou Charleroi. 

Sur le même sujet
Mode de vie
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HEALTH-CORONAVIRUS_ITALY-TELECOM ITALIA

    Coronavirus: l’Italie dépasse la barre des 10.000 morts

  2. CORONAVIRUS HOPITAL SAINT-PIERRE

    L’évolution de la propagation du coronavirus: la pression ne se relâche pas (infographies)

  3. Selon l’état du patient, le circuit est plus ou moins long. Les cas sévères sont pris en charge par l’unité «
Covid
».

    Coronavirus: dans les pas d’un patient «Covid» à l’hôpital Saint-Pierre (vidéos)

La chronique
  • Chroniques brésiliennes ou le Brésil sous Bolsonaro

    Cela fait 15 ans que je viens chaque année au Brésil pour y faire de la recherche à l’université, et j’y suis en ce moment. Depuis l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, bien des choses ont changé, dans les universités et dans la vie courante ; d’autres pas. Ce sont ces éléments d’atmosphère, glanés au fil des rencontres et des observations, que je veux relater dans cette chronique.

    Petit rappel sur l’élection de Bolsonaro

    Rappelons d’abord que, si Bolsonaro a été élu, c’est parce que l’ex-président Lula, qui avait une avance de plus de 20 points dans les sondages, a été empêché de se présenter aux élections. Le juge Sergio Moro l’a condamné à la prison sur base d’une « intime conviction » de fraude, le temps de l’empêcher de se...

    Lire la suite

  • La priorité reste de sauver les vies. Cette certitude-là est sans prix

    C’est un équilibre d’une difficulté inouïe à garder dans un monde qui tangue comme jamais et où la mort frappe intensément. Un équilibre multiple aussi à trouver entre la vie des gens et la survie de l’économie, entre les points de vue du nord et du sud, les positions de partis politiques fragilisés et nerveux, entre les différents pans de la société en alerte maximale.

    Ce vendredi, la ligne était extrêmement étroite pour la Première ministre Sophie Wilmès. Les critiques, questions, récriminations,...

    Lire la suite