Coliving : ces espaces de coworking où il fait bon vivre

Coliving : ces espaces de coworking où il fait bon vivre

Le coworking est entré dans les habitudes de nombreux professionnels. Un succès qui fait grimper la part de marché des bureaux partagés à 2,7 %, soit 700.000 des 24 millions de m2 disponibles en Belgique. Et le phénomène ne semble pas près de s’arrêter. 

Dans une société en pleine mutation, ces espaces font la part belle au travail nomade et collaboratif, en favorisant la créativité et la flexibilité. Certains ont décidé d’aller un pas plus loin… en direction du coliving. Une tendance à mi-chemin entre coworking et colocation, qui propose aux freelances de partager logement et bureau.  

Plus que des colocs 

Le coliving se présente comme une solution pour des coworkers et des colocataires en quête de « plus ». Un « plus » qui fait toute la différence : vivre et travailler sous le même toit, sans se ruiner. Si l’idée peut effrayer, force est de constater que certains travailleurs ont choisi de repousser les limites du coworking. L’objectif ? Plus de vie communautaire, plus d’échanges, plus de partenariats, plus d’émulation.  

Mais aussi davantage de flexibilité… En effet, de nombreux freelances sont des oiseaux de nuit. Rien de tel donc que d’allier la convivialité du bureau partagé au confort du domicile. L’intérêt est également financier, puisque le coliving permet de diminuer les coûts sans céder sur la qualité du logement. 

Communauté, mais aussi intimité 

Si le concept du coliving n’est pas figé, il se fonde généralement sur des espaces personnels et collectifs, parfaitement équipés, dans un esprit contemporain et au cœur de quartiers trendy. Des chambres individuelles meublées, éventuellement une salle de bain et une petite cuisine, qui offrent tout le confort nécessaire au freelance.  

Dans les communs ? Outre un salon, tout est fait pour faciliter l’activité professionnelle, comme dans un espace de coworking (wifi, espaces dédiés, équipements informatiques, etc.). Certaines formules proposent aussi une série de services : linge, tâches ménagères, voire même les repas. Autres caractéristiques ? La durée des baux varie de trois mois à trois ans et les loyers tournent autour des 700 euros tout compris (à Bruxelles).  

Des jeunes et des expats 

Au-delà des versions all-inclusive qui ont éclos dans des lieux paradisiaques, comme à Bali ou au Maroc, sous le nom de « start-up villa », les pionniers du coliving sont des villes comme New York ou Londres. Mais le phénomène s’exporte dans la plupart des grands centres urbains, entre autres à Paris avec les « hacker house ».  

La Belgique s’y met également, avec une tendance plus proche de la colocation, visant notamment à attirer les jeunes diplômés. Les nouvelles générations sont les premiers concernés par le coliving. On retrouve ainsi une majorité d’actifs entre 23 et 35 ans, dont une bonne partie d’expats. C’est le cas chez Ikoab, l’une des sociétés qui s’est lancée sur ce marché en Belgique, au même titre que Cohabs. Face au succès de ces offres, ces maisons partagées se multiplient à Bruxelles, Liège ou Charleroi. 

Sur le même sujet
Mode de vie
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus Yves Van Laethem
: «
L’ECDC avait un rôle à jouer (…) mais l’Europe n’est pas une Europe de la santé
».

    Commission spéciale Covid: «L’Europe avait un rôle à jouer dans la gestion de la crise»

  2. Les auto-tests Covid n’ont pas du tout la fiabilité des tests pour diabétiques.

    Coronavirus: les auto-tests finalement autorisés mais vivement déconseillés

  3. A Charleroi, l’ouverture de Rive Gauche en 2017 a contribué à désertifier la rue de la Montagne, autrefois très commerçante.

    Commerce : le déclin des centres-villes frôle le point de non-retour

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: le barbu

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite