Qu'a la Silicon Valley que n'a pas la Wallonie ?

Qu'a la Silicon Valley que n'a pas la Wallonie ?

Un écosystème, ce n’est pas seulement une juxtaposition d’acteurs. C’est un maillage fort qui permet à ces acteurs d’interagir efficacement. Avec au final des organismes de formation capables de façonner les bons profils, mais aussi un réseau de financement suffisamment important pour soutenir leurs initiatives. Le tout supporté par un cadre réglementaire adéquat, favorisant l’innovation et la collaboration entre les mondes académique et entrepreneurial.   

Où en est la Wallonie dans ce domaine ? Que manque-t-il pour favoriser l’émergence d’un vrai écosystème numérique wallon ? Et comment y remédier ? Vastes questions débattues par 4 intervenants lors d’un Café sans Filtre à Liège :   

Amélie Alleman, serial entrepreneuse dans le domaine du recrutement  

  • Anabelle Kinet, ancienne salariée devenue entrepreneuse   

André Blavier de l’Agence wallonne du Numérique  

  • Olivier de Wasseige, administrateur délégué de l’Union Wallonne des Entreprises et ancien coach du VentureLab 

  • Sur le même sujet
    Starter
     
    À la Une du Soir.be
    À découvrir sur Le Soir +
     

    Vos réactions

    Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

    Le choix de la rédaction
    1. PHOTONEWS_10891621-028

    2. «
Après quelques jours comme ministre de la Santé
», raconte un proche collaborateur, «
il avait déjà lu tous les rapports et le site corona de A à Z, nous demandant d’y modifier deux phrases qui n’étaient pas compréhensibles pour les gens
!
»

      Frank Vandenbroucke, le professeur a toujours raison

    3. PHOTONEWS_10889135-097

      Georges-Louis Bouchez: «Comment pouvons-nous accepter des mesures à ce point différentes entre les 3 régions?»

    La chronique
    • La chronique de Carta Academica: «Justice et collaboration, ou la seconde utilité du bandeau de la Justice»

      Depuis la fin du siècle dernier, divers projets de loi ont tenté d’introduire un « droit des repentis » en Belgique. Toutes ces initiatives se sont heurtées à de multiples résistances jusqu’à une loi du 22 juillet 2018. Depuis lors, le ministère public peut proposer à un infracteur de dénoncer des infractions pour voir sa peine réduite, voire exemptée. Un tel mécanisme de collaboration en justice axé sur la dénonciation met au cœur de la justice pénale la trahison et le marchandage, tout comme il questionne divers principes juridiques fondamentaux comme le droit au silence, la fiabilité des preuves ou l’égalité devant la loi. Un détour par les travaux préparatoires de la loi montre que le retour à l’avant-plan du terrorisme sur la scène publique a contribué à dépasser les résistances que soulevait le principe de ce droit des repentis. Comme souvent en matière pénale, une situation de « crise » a joué un rôle d’accélérateur...

      Lire la suite

    • Mais bon sang, c’est quoi ce pays!

      On devrait dire : « Chapeau, vous avez enfin compris la gravité de la situation. » Alors que la Wallonie est au top des régions les plus dangereuses d’Europe, que les chiffres de contaminations à Bruxelles continuent à exploser, que les experts tirent à boulets rouges sur la faiblesse des mesures prises, que le système hospitalier est en train de craquer et que les Belges succombent sous le coup du virus, il fallait évidemment passer à ce reconfinement partiel, annoncé vendredi soir par le ministre-président wallon Elio Di...

      Lire la suite