Télétravail un jour, télétravail toujours ?

Télétravail un jour, télétravail toujours ?

Dans une première partie d’interview, Federica S., employée dans une grande chaîne hôtelière expliquait à quel point son statut de télétravailleuse à temps plein lui permettait d’équilibrer vie professionnelle et vie privée. Mais cet aménagement de travail exceptionnel n’a quand même pas que des avantages et ne correspond pas à tous les profils.

Malgré les avantages que tu mets en avant, ne te sens-tu pas « lâchée » dans la nature ?

Mon employeur me donne carte blanche… tant que les résultats sont à la clé. Cette culture d’entreprise me convient parfaitement. Il y a une masse de boulot à accomplir, des projets à mener, des objectifs à atteindre, etc. On n’a pas le temps de se relâcher… De plus, on s’appuie sur un système d’évaluations qui offre un cadre précis et un suivi régulier.

Si je freine la cadence, cela se verra très rapidement. Bref, je suis toujours au taquet, probablement encore plus dans ma situation. Je ne ressens pas de pression additionnelle, mais je crois qu’il faut faire preuve de discipline et d’une grande conscience professionnelle… Je ne cède jamais à l’appel du canapé !

Tu pourrais pourtant passer toute ta journée en pyjama ! À quoi ressemble une journée type ?

Cela m’arrive, mais je fais des efforts pour ne pas divorcer (rires). En réalité, ne pas devoir s’apprêter, c’est aussi un gain de temps. Je suis plus rapidement opérationnelle. Je commence ma journée en vérifiant une première fois mes e-mails. Comme la maison-mère se situe aux États-Unis, cela bouge parfois pendant la nuit.

S’il y a une urgence, je la traite immédiatement, avant de m’occuper des enfants. Une fois qu’ils sont partis, je m’installe devant mon ordinateur. Ces premiers moments sont hyper productifs, car je dispose d’une heure d’avance sur mes collègues (ndlr, basés à Londres). Un temps précieux pour organiser ma journée, avant le coup de feu. Coups de fil, présentations via Skype, conference calls, etc. Tout y passe…


Federica S., télétravailleuse à temps plein

Parlons un peu des inconvénients de ce mode d’organisation…

J’identifie deux aspects principaux, même s’ils sont plutôt évidents. D’abord, l’omniprésence du travail dans la sphère privée. Je m’octroie rarement une pause de midi, par exemple. Je bosse en continu, jusqu’à l’arrivée de la famille, et parfois plus tard en soirée, après le coucher des enfants. Mon boss s’est aussi habitué à cette disponibilité quasi permanente, donc cela peut être pesant. Un e-mail, cela semble peu, mais cela reste envahissant.

L’autre inconvénient ? Sans aucun doute l’isolement : les ragots, les contacts informels avec les collègues, etc. De plus, la communication à distance peut compliquer les choses, mener à des quiproquos, voire même amplifier un conflit. L’entreprise fait le maximum pour favoriser les échanges, mais, dans une relation, il faut souvent faire des efforts. Ce petit pas supplémentaire me revient dans la plupart des cas. Un revers à la médaille que j’accepte volontiers.

C’est quoi le kit de survie du télétravailleur intégral ?

Il faut aimer travailler seule ! La passion de son métier est également un moteur important. C’est aussi indispensable de se créer son petit espace « bureau » à domicile. Un environnement dédié qui permet une plus grande concentration, ainsi que la possibilité de « déconnecter » le moment venu.

D’autres conseils ? Apprendre à prendre une pause, se fixer des limites, par exemple en éteignant son smartphone à une certaine heure. Je marche aussi beaucoup dans l’appartement, pendant mes calls, et je sors parfois m’aérer. Enfin, c’est primordial d’aller ponctuellement au bureau, histoire de sentir l’atmosphère, voir ses collègues, etc.

C’est parti pour la vie ou t’imagines-tu revenir un jour au bureau ?

(longue pause) Cela me semble difficile de faire machine arrière... Avec le télétravail intégral et mes déplacements professionnels, j’ai trouvé un véritable équilibre !

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS AFTERMATH KING INFORMATOR (2)

    Négociations fédérales: la crise de trop

  2. Ce lundi, le Roi a refusé la démission des deux préformateurs, Egbert Lachaert (VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Quarante-huit heures pour sauver la Vivaldi...

    Négociations fédérales: les deux scénarios en cas d’échec de la Vivaldi

  3. Le refus d’inscription touche notamment le paramédical en raison de la difficulté d’organiser des stages pour tous.

    Enseignement supérieur: le refus d’inscription en haute école est illégal

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: le barbu

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite