Le bonheur au travail géré par un Chief Happiness Officer ?

Le bonheur au travail géré par un Chief Happiness Officer ?

Commençons par un cliché. La satisfaction des employés a baissé ? Nommons un Chief Happiness Officer, qui se chargera d’organiser des petites fêtes et qui va placer un baby-foot dans une salle de réunion. C’est tout ? Le cliché et l’image du bonheur au travail se situent souvent à ce niveau-là. « Il faut faire une distinction entre le CHO à la française, chargé des célébrations, de petits événements, plutôt opérationnel et chez nous, plus structurel et lié aux conditions de travail », explique Laurence Vanhée, experte en bonheur au travail et co-fondatrice de l’agence Happyformance. Même point de vue pour Adriana Noailles Benito, Office Coordinator pour Conversion Talent, une agence de consultance digitale : « le bonheur au travail, c’est écouter ses employés etfaciliter leurs conditions de travail mais aussi de vie avec une plus grande séparation entre vie privée et vie professionnelle ».

Une démarche et non un projet défini dans le temps

La gestion du bonheur au travail et de la satisfaction des employés, c’est donc quelque chose de plus structuré et structurel. « C’est une démarche et non un projet défini dans le temps », reprend Laurence Vanhée. « Il n’y a pas de date de début ou de fin. D’une manière générale, on ne peut pas rendre quelqu’un heureux si on ne l’est pas nous-mêmes ». Un employé rendra un client heureux… et son entreprise aussi. Les employés heureux sont par exemple deux fois moins malades, six fois moins absents et neuf fois plus loyaux que ceux qui sont malheureux selon une enquête de l’agence GALLUP. Il ne faut pas attendre que la satisfaction baisse pour travailler sur le bonheur au travail. « Une entreprise à 89% de satisfaction des employés a fait appel à nous pour encore l’augmenter. 100% n’est pas le but mais ils en voulaient encore. Car le bonheur au boulot se travaille tout le temps », ajoute encore Laurence Vanhée.

Un management sincère et courageux

Pourquoi le bonheur au travail devient-il si important pour les entreprises ? La génération Y a son mot à dire. « Les Millennials veulent être heureux dans leur travail et souhaitent le meilleur environnement. Il y a tellement d’opportunités sur le marché que si cela ne leur plaît pas, ils s’en iront », explique de son côté Adriana Noailles Benito. Tout ne se fait pas en deux trois mouvements pour autant selon Laurence Vanhée. « Il faut de la sincérité et du courage. Si c’est pour manipuler ou poser un emplâtre sur une jambe de bois, ça peut être pire. Quant au courage, il en faut car cela risque de changer beaucoup de choses du point de vue ressources humaines, de la vision de la société. Cela peut faire du mal à l’égo ». Mais c’est sans doute comme cela qu’on arrive à 89% de satisfaction employé… et qu’on en veut encore plus.

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20170405-3DZCPP 2018-07-04 22:54:00

    Dépénalisation de l’IVG: un jour historique… ou un énième report

  2. Angela Merkel répondant aux députés allemands, mercredi à la tribune du Bundestag, à Berlin.

    Union européenne: l’Allemagne attendue quasi comme le messie

  3. d-20190410-3T9NHX 2019-04-10 09:24:17

    L’influence djihadiste et radicale décroît peu à peu dans nos prisons

La chronique
  • Visa pour la Flandre: «J’peux pas, j’ai pelouse»

    Et soudain, la rue de la Loi se déplaça sur une pelouse d’Anvers. Samedi dernier, un homme portant beau, en chemise de dimanche et cravaté, répondait aux journalistes face caméra en désignant la pelouse derrière lui : « Excusez-moi, mais vous le voyez bien, il faut absolument que je tonde. » Cet homme, c’est Bart De Wever, le président de la N-VA, et comme l’écrivait le rédacteur en chef du Standaard, Karel Verhoeven, s’il avait déclaré qu’il faisait tout pour faire réussir des négociations gouvernementales, il aurait eu moins de presse, moins de caméras, moins de buzz.

    Sur le fond, Bart De Wever a raison : il a un problème de pelouse, ou plus exactement une mauvaise herbe envahit dangereusement son gazon et il n’arrive plus à l’endiguer. C’est d’ailleurs sur cette « mauvaise herbe » que la presse l’interrogeait. Ce qui explique peut-être la nervosité cachée derrière le mépris affiché pour celle qui avait osé la lui mettre sous le nez. La mauvaise herbe ? Le Vlaams Belang. La « méchante » ? Gwendolyn Rutten, l’ex-présidente de l’...

    Lire la suite

  • Dominique Leroy: une transaction financière faute d’une Justice efficace

    Dominique Leroy a opté pour la case « transaction financière » pour éviter la case « tribunal » ? C’était mercredi, les commentaires à l’annonce de la proposition de paiement de 107.000 euros faite par l’ex-patronne de Proximus au parquet de Bruxelles pour mettre fin aux poursuites dont elle est l’objet.

    On devra attendre que la principale intéressée s’exprime sur ses motifs – elle est restée d’une discrétion totale depuis des mois. Mais il y a gros à parier que l’ex-CEO...

    Lire la suite