La plateforme Look&Fin passe à la vitesse supérieure

La plateforme Look&Fin passe à la vitesse supérieure

Sept ans après sa création, Look&Fin est désormais bien connue des PME. Via sa plateforme, la fintech permet à ces dernières de souscrire un crédit auprès d’investisseurs (privés et publics) en mal de rendement. 

Jusqu’ici, Look&Fin revendique 70 millions d’euros de crédits octroyés à 230 sociétés. Un bilan qu’elle veut plus que quadrupler d’ici trois ans. Raison pour laquelle elle vient de lever 6 millions d’euros. 

« Notre objectif est à présent de devenir la solution incontournable du crédit 100% digital et non bancaire pour les PME, quels que soient leur taille, leur besoin ou leur secteur, explique Frédéric Lévy Morelle, Fondateur et CEO de Look&Fin. Nous recherchions pour cela des investisseurs aux profils et réseaux complémentaires, capables de nous accompagner dans la durée et dans le développement de nos activités. » 

De nouveaux soutiens 

Les actionnaires historiques, qui avaient déjà investi 3 millions en 2016, ont remis la main à la poche. Mais surtout, de nouveau investisseurs sont entrés au capital : finance&invest.brussels, l'organisme public qui soutient financièrement les PME à Bruxelles, ainsi que plusieurs entrepreneurs à succès.  

C’est le cas de Thibaud Elzière, le cofondateur du startup studio eFounders : « dans un monde où tout est instantané, le dirigeant d’entreprise doit pouvoir souscrire un crédit comme il achète un produit ou un service sur internet. Look&Fin est l’acteur qui s’inscrit pleinement dans cette mouvance en proposant aux PME une solution de crédit telle qu’on aimerait la voir pensée et pratiquée. » 

200% de croissance par an depuis 4 an 

Look&Fin revendique aujourd’hui 85% du marché belge du crowdlending. Mais la société bruxelloise est aussi active au Luxembourg et en France. Sur sa plateforme, les PME peuvent emprunter entre 50.000 et 5 millions d’euros, ce crédit pouvant aussi servir de levier auprès des acteurs financiers plus traditionnels pour obtenir d’autres fonds. 

Quant aux investisseurs, ils peuvent espérer, d’après la fintech, un rendement annuel supérieur à 5% dans la très grande majorité des cas. Sur les 70 millions d’euros prêtés depuis 2012, 30 ont déjà été remboursés. 

Sur le même sujet
Financement
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «On sait que l’épidémie fait des ravages au Brésil mais dans quelle mesure le variant est en cause alors que les mesures sanitaires sont inexistantes, que les hôpitaux débordent et que la médication vient à manquer?» s’interroge Yves Van Laethem. © Reuters.

    Coronavirus: en Belgique, le variant britannique fait barrage à ses rivaux

  2. La semaine du 26 avril risque d’être une semaine culturelle mouvementée...

    Culture: protestations en vue et action en justice

  3. d-20170106-GD4XQZ 2017-01-06 18_28_28

    Débat: vers une Belgique à quatre Régions ?

La chronique
  • Les parcs, ces lieux essentiels

    C’est l’envers du décor urbain, plutôt dense, souvent bruyant, parfois chaotique… Entre le quartier Nord, désert bureaucratique, et Laeken, royalement grouillante, une oasis de calme et de verdure. Rien d’un mirage, dix hectares de parc. Appellation vernaculaire : Tour et Taxis. Car c’est là qu’il démarre, sur fond de Manhattan bruxellois ; le décor, hérité de Couleur Café, donne aux larges pelouses une petite touche américaine. De l’espace, au naturel, vert teinté de sauvage. Ça joue de la bombe aérosol ou de la batte de cricket, ça fonce ou ça chipote sur deux roues, parfois trois. Ça s’agglutine un chouïa au pied de l’Obélisque des droits humains… Une entorse aux règles covid (la bière, le masque, la bulle…) qui sonne comme un hommage à la Déclaration universelle des droits de l’homme, un écho, aussi, aux propos de Françoise Tulkens, ancienne juge à la Cour européenne des droits de l’homme, qui, lorsque l’ex-ministre Céline Fremault (CDH) l’avait sollicitée comme caution de ce projet, insistait « les articles de cette Déclaration...

    Lire la suite

  • Nous ne sommes pas égales devant le virus

    J’en ai vraiment assez, mais bon, moi, je ne peux pas encore me plaindre. » Cette phrase, nous l’avons souvent entendue au cours des derniers mois, nous l’avons même prononcée. Parce que nous avions la chance de passer ce confinement avec un salaire, un jardin, un vaste appartement, pas d’enfants à la crèche ou scolarisés, pas de maladies graves.

    Le filtre du « genre »

    Aujourd’hui, l’analyse des impacts...

    Lire la suite