Pourquoi c’est vous qui devriez engager vos collègues

Pourquoi c’est vous qui devriez engager vos collègues

Les ressources humaines seront-elles toujours à la barre des recrutements demain ? Ou devront-elles au contraire collaborer pour engager les nouvelles recrues ? D’après l’agence française Valeurs&Valeur, l’avenir est au recrutement collaboratif. Tout le monde y aurait intérêt, comme nous l’explique Laure Marchal, la porte-parole du cabinet expert en innovation RH. 

Peut-être définir ce terme de « recrutement collaboratif » ou participatif, histoire de voir si, finalement on n'est pas dans le simple maquillage syntaxique ? 

Déjà, on ne parle pas de recrutement participatif. En tout cas, pas ici et c'est plutôt rare. Pour expliquer ce qu'on entend par là, c'est assez simple. Le recrutement collaboratif, c'est l'action de recruter ensemble le futur candidat. Quand on dit ensemble, on parle de toutes les personnes qui composent l'équipe concernée, avec les ressources humaines. 

Cas typique. On doit recruter un nouveau commercial. Comment ça se passe concrètement ? 

On met l'équipe autour de la table. En amont, on monte une équipe « projet », en mettant autour de la table différents niveaux hiérarchiques et d'ancienneté. L'idée est de définir une grille des attentes. Par exemple, « avoir le sourire », « aller au contact des autres », « être autonome ». Dès que le profil est clair, nous publions l'annonce et trions les candidatures, en fonction du potentiel, via des approches téléphoniques a priori. 

Et puis, finalement, c'est un face-à-face classique dans un bureau ?  

Non, justement. On organise une journée de recrutement. Une journée complète d'aventures ! Le matin, présentation des uns et des autres. Puis des activités : sport, marche en écoute active ou mises en situation concrètes. Tout cela a l'air gadget, mais en fait pas du tout. Le recrutement participatif permet aux candidats et à l'entreprise de se découvrir dans un cadre naturel. Chaque activité porte un but. 

Et on peut recruter n'importe quel poste de la sorte ? 

Je vous l'assure. Nous avons même recruté, en France, le DG d'une PME de 130 personnes de cette façon. Ce sont les salariés qui ont choisi leur directeur général. Je n'ai pas de cas concret à vous donner en tête pour la Belgique, à part Décathlon à Tournai et ses recrutements originaux, mais c'est une question de temps. 

De là à dire que le bon vieux CV n'intéresse plus personne... 

Moi, je le dis haut et fort. Et cela se vérifie. Je vous explique : une ligne sur votre CV indique que vous parlez anglais, mais cela fait-il de vous un collaborateur ouvert ? Absolument pas. Le recrutement collaboratif va au-delà des compétences, avec une attention particulière aux soft skills. Vous pouvez par exemple être la reine du développement Python, mais pourrir l'ambiance du plateau. 

La faute aux entreprises et aux RH, un peu quand même ? 

C’est certain. Les entreprises vendent bien trop souvent du rêve sur le papier. Et une fois embauché, on déchante. Avec le recrutement collaboratif, les deux parties se voient au naturel toute la journée. C'est bien plus instructif (et durable) qu'un entretien de 30 minutes dans lequel chacun porte un masque. Cela sécurise le recrutement. La responsabilité de l'embauche est collective, partagée et réfléchie. 

Pardonnez-moi, mais on s'y perd un peu, entre les révolutions des RH. Tantôt le recrutement vidéo, la bienveillance, l'engagement sociétal, les soft skills...  

Les soft skills, c'est ça qui prime. Si au départ vous n'êtes ni positif ni souriant, vous n'allez pas le devenir. Et ça peut être un critère important dans une équipe. Par contre, les compétences, vous pouvez toujours les acquérir. Mais vous avez raison, on entend beaucoup de recettes miracles. Pour moi, le futur du recrutement, c'est plus d'égalité entre les parties, pas de prise de pouvoir de l'un sur l'autre. Et oui, de la bienveillance dans les échanges. C'est d'ailleurs une qualité primordiale au dernier stade d'un recrutement, quand on doit annoncer à un candidat qu'il n'est pas embauché.

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ce lundi, le Roi a refusé la démission des deux préformateurs, Egbert Lachaert (VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Quarante-huit heures pour sauver la Vivaldi...

    Négociations fédérales: les deux scénarios en cas d’échec de la Vivaldi

  2. PHOTONEWS_10862985-063

    Comment le trafic de drogue s’est adapté à l'ère du coronavirus

  3. d-20200712-GGZL6G 2020-07-12 19:10:13

    Google devient diffuseur d’offres d’emploi, un mouvement désintéressé?

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: la barbe

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite