L'augmentation du nombre de freelances suscite les convoitises

L'augmentation du nombre de freelances suscite les convoitises

La Belgique est encore loin des Etats-Unis ou même de la France dans ce domaine. Il n’empêche, le nombre de freelances ne cesse d’augmenter chez nous. D’après un sondage réalisé l’an dernier par SD Worx et l'Antwerp Management School, jusqu’à 97% des entreprises belges feraient régulièrement appel à des indépendants, ces derniers représentant en moyenne 10% de leurs effectifs.   

Pas étonnant dès lors que le secteur du freelancing attire autant les convoitises, de plus en plus d’acteurs étant avides de tirer leur épingle du jeu. Parmi eux, la startup néerlandaise Jellow ou encore la française Malt ont déjà franchi la frontière pour commencer à proposer des missions chez nous. Tout comme les géants américains LinkedIn Profinder ou Upwork.  

Un petit nouveau 

Des initiatives belges existent cependant. Dernière arrivée : la bruxelloise Beelance, une plateforme de mise en relation spécialisée dans la tech. Disponible en version béta depuis mars, l’application a officiellement été lancée au mois de septembre. Elle revendique déjà 2.500 freelances inscrits. « Dans les industries à plein emploi, l’engineering et l’informatique, il y a vraiment un bond très important du nombre de freelances parce que le risque pour l’individu de ne pas trouver de mission est très faible, explique son cofondateur, Laurent-Philippe Ham. De plus en plus de jeunes se lancent dans le freelancing dès la fin de leurs études, ou après deux ou trois ans dans une société de consultance. » 

L’argent est évidemment une motivation. Une étude de Malt montre que 79% des indépendants gagnent mieux leur vie en étant freelances que s’ils étaient salariés. Mais c’est loin d’être la seule explication d’après l’étude. Ce que confirme Laurent-Philippe Ham : « les gens choisissent aussi le freelancing par principe de liberté. Ils choisissent quand ils travaillent, avec qui ils travaillent et comment ils travaillent. C’est la clé aujourd’hui pour pouvoir recruter des talents. » 

Des ambitions internationales 

Jusqu’ici, la grande majorité des inscrits sur la plateforme est domiciliée en Flandre. C’est là d’ailleurs que sont implantés les quelques concurrents de Beelance, comme Freelance.be. Mais la startup espère bien rétablir un semblant d’équilibre linguistique, principalement grâce à Bruxelles et... à la France. L’objectif de 2020 est en effet de développer un axe Bruxelles-Paris, avant d’essayer de conquérir le reste de la France et le Luxembourg.  

Outre-Quiévrain, plusieurs acteurs sont déjà bien implantés mais Beelance compte sur son business model pour faire la différence. Concrètement, la formule se veut entièrement gratuite pour les freelances. Ce sont les entreprises qui paient un abonnement mensuel pour poster leurs offres de missions et avoir accès à la banque de données des travailleurs disponibles.  

Seules quelques plateformes comme WeLoveDevs ou Freelance Informatique ont opté pour la même stratégie, les autres s’octroyant des commissions pouvant monter jusqu’à 15 ou 20%. « Soyons clairs, le modèle sans commission est un business model plus risqué mais je crois que le futur est le mode SaaS (Software as a Service, ndlr). Ca répond plus à la problématique des indépendants », insiste le cofondateur.  

Objectif grandes entreprises 

Gratuité oblige, le défi pour Beelance ne consiste donc pas à attirer les freelances, mais plutôt les clients. « C’est vraiment de l’évangélisation parce que les gens ont besoin de nous mettre dans une case, regrette Laurent-Philippe Ham. On n’est pas un cabinet de recrutement, ni un cabinet de consultance, on offre un service différent donc les premières sociétés qui nous suivent ce sont les startups, scaleups et sociétés de consultance. » 

Il n’empêche, même si « les grands comptes ne font plus rêver les jeunes », l’idée est bien de commencer à démarcher les grandes entreprises. Et ce, dès 2020, quand la base de freelances se sera étoffée et qu’un grand contingent pourra leur être proposé. En attendant, Beelance se prépare à lever 2 millions d’euros pour financer son expansion internationale et la version 2 de sa plateforme. 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des heurts violents ont encore opposé manifestants et forces de l’ordre, lundi, au centre de Beyrouth.

    Liban: malgré la démission du gouvernement, la colère ne retombe pas à Beyrouth

  2. Sa plateforme de livraison à domicile a permis à Uber de sauver les meubles mais pas les emplois
: 6700 sont passés à la trappe. © Photo News / Gregory Van Gansen.

    La tech’ a licencié près de 77.000 personnes dans le monde

  3. Le drive-in, avec le confort de sa voiture et la sécurité de distanciation en ces temps de Covid, c’est «
la
» formule qui marche.

    Ça roule pour le cinéma drive-in

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Fragilité, humilité, collectivité

    Le 11 janvier dernier, il y a donc sept mois jour pour jour, la Chine enregistrait officiellement le premier décès dû au Covid. Deux mois plus tard, exactement, c’est la Belgique qui comptait son premier mort dans un hôpital bruxellois, le jour même où l’OMS déclarait que cette épidémie était en fait une pandémie.

    Sept mois, à peine, qui semblent une éternité tant nos vies ont changé depuis l’apparition de ce virus. Changé ? C’est le moins qu’on puisse écrire....

    Lire la suite