Cryptomonnaies : la plateforme Bit4You mise sur la proximité pour grandir

Cryptomonnaies : la plateforme Bit4You mise sur la proximité pour grandir

Fin août 2018, le ministre de l’Agenda numérique, Alexander De Croo était le premier à effectuer une transaction sur Bit4You, la toute première plateforme belge d’échange de cryptomonnaies. Le contexte est alors difficile, le Bitcoin ayant perdu 80% de sa valeur en huit mois. Un peu plus d’un an plus tard, on fait le point avec Marc Toledo, en charge du business development et des finances de la société. 

Quel bilan faites-vous de votre activité, un peu plus d’un an après son lancement ? 

Nous avons enregistré à peu près 2.600 nouveaux clients, aussi bien en mode démonstration qu’en mode réel. Nous devenons une plateforme de référence pour les utilisateurs belges, qui recherchent une solution beaucoup plus sécurisée. La plupart des autres solutions leur demandent de travailler avec des sociétés qui sont établies dans des pays en dehors de l’Union européenne et en cas de problèmes les recours sont quasi inexistants. Nous insistons donc sur la proximité avec nos clients, en Belgique mais aussi en Europe.  

Comment voyez-vous l’avenir ? 

En Belgique, si les gens font une recherche sur le bitcoin, ils tombent immanquablement sur nous puisque nous sommes la seule plateforme d’échange dans le pays. Pour l’instant, un peu plus de 20% des utilisateurs sont extérieurs à la Belgique. On commence à se faire connaître grâce au bouche-à-oreille et nous allons bientôt commencer le marketing.  

Les gens apprennent à connaître les cryptomonnaies et Facebook vient grandement nous aider avec son libra, qui permet d’évangéliser une grande partie de la planète. Imaginons que sur les 2,4 milliards d’utilisateurs de Facebook, 20% adoptent le libra, on arrive plus ou moins à 500 millions d’utilisateurs...  

Il y a quand même encore beaucoup d’hésitations face aux cryptomonnaies. L’inconnu fait peur ? 

Il y a une inconnue parce qu’il y a un manque d’information des gens, qui est dû à deux choses. Premièrement, dans les médias, les titres les plus intéressants sont ceux liés aux arnaques qui ont eu lieu dans la blockchain, mais vous avez exactement les mêmes arnaques – le phishing – dans les banques. On en parle simplement beaucoup moins.  

Deuxièmement, tout le monde parle de la grande chute de 2018, où le bitcoin était monté à près de 20.000 dollars (le 17 décembre 2017, ndlr) avant de retomber, mais depuis lors les choses sont différentes. Ceux qui ont investi en bitcoin en janvier par exemple se retrouvent maintenant avec plus de deux fois leur investissement.    

D’après certains analystes cependant, les cours seraient plutôt appelés à baisser... 

Personne ne détient la bonne information sinon il y a bien longtemps que ces personnes seraient milliardaires. Il y a évidemment du wishful thinking, mais le crash du bitcoin de 2018 est comparable à celui de bpost, qui a aussi engendré 80% de chute.   

Aujourd’hui, la crypto est quelque chose d’extrêmement sûr. Il y a des moyens de placement qui peuvent être très volatiles, mais il y a aussi des assets qui sont stables comme le tether, qui permet de mettre de l’argent en dollars quelque part dans la blockchain (le tether est désormais la cryptomonnaie la plus utilisée en volume, mais aussi la plus controversée, ndlr). Vous avez des cryptos qui ne se basent que sur la confiance comme le bitcoin, et vous avez des cryptos, comme le libra, qui reposent sur des paniers de monnaies avec une contrepartie en valeur. Il y a de tout avec un peu plus de 3.000 cryptos aujourd'hui en circulation.  

Qu’en est-il du reste de votre activité ? Celle-ci ne se limite pas aux cryptomonnaies... 

Nous avons plusieurs plans. Le premier, c’est la partie développement pour le compte de tiers de smart contracts. Ces contrats intelligents vont permettre l’automatisation et surtout la désintermédiation de pas mal de choses.  

On se développe aussi sur l’acceptation des cryptos par les marchands. En Belgique, il n’y en a encore aucun qui accepte les cryptos mais un jour ils seront contents de pouvoir le faire. Le but pour nous est de développer des projets qui se servent les uns les autres et qui aident à aller dans le sens d’une quatrième révolution industrielle.  

Grâce à quels moyens se font ces développements ? 

Il y a eu une levée de fonds l’an dernier, puis une deuxième cette année pour continuer l’expansion. Nos actionnaires ont remis la main à la pâte.  

En termes d’emplois, vu l’état actuel des ressources IT disponibles dans notre petit royaume, nous préférons travailler en outsourcing avec des indépendants. Comme le confirme Agoria dans son dernier rapport, il manque quelque 16.000 IT en Belgique. C’est un fait. Non seulement on a du mal à recruter, mais si vous recrutez des personnes et que vous les formez, elles ont immédiatement des propositions d’autres sociétés. Dans ce contexte de guerre des talents, nous n’avons pas les reins assez solides pour rivaliser avec les grandes entreprises, donc on préfère travailler avec des freelances. 

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quel est le lieu qui incarne, pour vous, le monde d’après
? Jean Macq, professeur en santé publique à l'UCLouvain, a décidé de poser, à deux pas de l’université, devant une maison médicale, modèle parfait de ce en quoi il croit pour le futur des soins de santé
: «
La maison de santé, à deux pas de la crèche parentale, illustre bien l’importance de la notion de territoire qui doit guider notre vision de la santé dans le monde d’après. Plusieurs professions au cœur d’un quartier, donc au plus près du quotidien des habitants.
»

    Penser le monde d’après: «L’avenir de la santé dépend autant du lien social que de l’innovation technologique»

  2. Le maire de Varsovie, Rafal Trzaskowski , en meeting parmi ses partisans, vendredi à Zgierz.

    Pologne: une présidentielle aux airs de référendum pour ou contre le PiS

  3. Pour le télétravail durant la crise du coronavirus, un montant de 126,94 euros par mois comme indemnité de bureau est défiscalisé.

    Opération Impôts: à quoi va ressembler votre déclaration 2021?

La chronique
  • Enseignement à distance: Loin des yeux, loin du cœur des missions de l’Université

    Dans la liste des « occasions à saisir » apportées par le Covid-19, à côté du télétravail, l’e-learning (l’apprentissage à distance) et le blended learning (la multimodalité ou la pratique d’enseignement mixte, en présentiel et distanciel avec des technologies dites « nouvelles ») figurent au sommet. Cependant, il s’agit là surtout de la poursuite d’un mouvement engagé depuis une dizaine d’années, malgré une résistance passive mais parfois ferme de la part d’une grande partie du personnel académique. Dans notre beau pays, certains recteurs ou rectrices enthousiastes, voire prosélytes, et leurs équipes investies de la mission de mise en œuvre du blended learning, pourraient donc bien chercher à tirer profit de la crise : un méchant virus, un confinement et trois mois de débrouillardise et d’improvisation en ligne imposées par les autorités et sans concertation avec les acteurs de terrain sauront-ils nous convertir à cette nouvelle mise en forme de l’enseignement supérieur ? Le mécanisme politique à l’œuvre est bien connu...

    Lire la suite

  • Avis à Emmanuel Macron: on n’a pas deux fois l’occasion de faire bonne impression

    Et donc, en France, c’est le Président qui a un gros problème – des politologues le disent même détesté –, c’est son Premier ministre qui est populaire, mais c’est ce dernier qui remet son tablier.

    Il est trop tôt pour prendre la totale mesure du « changement » que veut imprimer un Président en grande difficulté en remplaçant Édouard Philippe par le haut fonctionnaire Jean Castex. Il faudra attendre la composition du gouvernement et vérifier s’il y a, par exemple, constitution d’...

    Lire la suite