Financer votre start-up grâce au bitcoin ? Attention !

Financer votre start-up grâce au bitcoin ? Attention !

Pour attirer les investisseurs extérieurs, on connaissait la traditionnelle entrée en bourse, aussi connu sous l’acronyme IPO (Initial public offering). Mais, avec l’avènement des monnaies virtuelles, un autre type de levée de fonds a fait son apparition mi-2016 : l’ICO (Initial coin offering). Toute entreprise, la plupart du temps des start-up, peut ainsi se financer via l’émission de tokens (jetons digitaux), qui s’échangent ensuite sur des plateformes de cryptomonnaies.

Les opérations du genre se sont multipliées à mesure que la frénésie du bitcoin gagnait du terrain, permettant à des sociétés souvent inconnues de lever parfois plus d’un milliard de dollars. Le tout, rapidement et sans aucun contrôle, puisque le secteur n’est pas réglementé. Pour les start-up, toujours à la recherche de flexibilité, l’option a vite été considérée comme une aubaine. Sauf que depuis, le soufflet est bel est bien retombé. Des gains impressionnants ont certes été enregistrés par les sociétés et les investisseurs mais les chiffres témoignent aussi de risques importants.

 

Financer votre start-up grâce au bitcoin ? Attention !

 

Sur le même sujet
Financement
 
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bart De Wever et Paul Magnette feront rapport au Roi ce samedi.

    Négociations fédérales: 4 heures avec les verts, 42 minutes avec les bleus

  2. C’est la vice-présidente de la commission, Kathleen Depoorter, qui a mené les débats.

    Faux départ pour la commission spéciale Covid-19 à la Chambre

  3. L’opération «
je dépose ma veste de cuisinier
» menée par l’horeca sur la Grand-Place de Bruxelles
: un moment marquant du confinement.

    L’Etat, une énorme tirelire pour la relance

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Premier faux pas pour la commission Covid

    En plein mois d’août, le président de la « commission spéciale en charge d’examiner la gestion de l’épidémie de Covid-19 par la Belgique » a décidé de réunir ses troupes pour entamer les travaux, avec un premier échange de vues avec les experts. Une séance de plus de trois heures qu’on peut qualifier de raté au démarrage.

    Réunion improvisée

    Le péché originel, c’était la convocation de cette réunion...

    Lire la suite