Financer votre start-up grâce au bitcoin ? Attention !

Financer votre start-up grâce au bitcoin ? Attention !

Pour attirer les investisseurs extérieurs, on connaissait la traditionnelle entrée en bourse, aussi connu sous l’acronyme IPO (Initial public offering). Mais, avec l’avènement des monnaies virtuelles, un autre type de levée de fonds a fait son apparition mi-2016 : l’ICO (Initial coin offering). Toute entreprise, la plupart du temps des start-up, peut ainsi se financer via l’émission de tokens (jetons digitaux), qui s’échangent ensuite sur des plateformes de cryptomonnaies.

Les opérations du genre se sont multipliées à mesure que la frénésie du bitcoin gagnait du terrain, permettant à des sociétés souvent inconnues de lever parfois plus d’un milliard de dollars. Le tout, rapidement et sans aucun contrôle, puisque le secteur n’est pas réglementé. Pour les start-up, toujours à la recherche de flexibilité, l’option a vite été considérée comme une aubaine. Sauf que depuis, le soufflet est bel est bien retombé. Des gains impressionnants ont certes été enregistrés par les sociétés et les investisseurs mais les chiffres témoignent aussi de risques importants.

 

Financer votre start-up grâce au bitcoin ? Attention !

 

Sur le même sujet
Financement
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le Premier ministre a voulu donner une perspective pour traverser l’hiver.

    Coronavirus: ça va mieux, mais pas assez pour un vrai Noël

  2. PHOTONEWS_10897455-027.JPG

    Déconfinement: le gouvernement valide un baromètre... qu’il enfreint directement

  3. HEALTH-CORONAVIRUS_BELGIUM

    Fêtes de fin d’année, commerces, voyages: toutes les mesures annoncées par le Comité de concertation

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, saison 2, jour 24»: Ginette

    Il y a quelques semaines, il s’est passé un truc incroyable.

    C’est Marie qui décide d’appeler sa copine Ginette dont elle n’a plus de nouvelles depuis le début de la crise. Ce ne sont pas des amies de toujours mais elles se sont beaucoup fréquentées à un moment de leurs vies. A l’époque, Marie travaillait dans un bureau situé dans une grande maison de plusieurs étages et Ginette vivait au premier. Elles se voyaient pas mal.

    Donc un matin, Marie compose le numéro de son amie, qui décroche et lui dit : « Oh mais c’est gentil, ça, de me téléphoner ! » Là, ça devient tragique, sorry, mais accrochez-vous juste un petit peu, c’est plus léger après. « Comme ça », poursuit Ginette, » on va pouvoir se dire adieu parce que demain, je vais me faire euthanasier. » Franco.

    Marie est déboussolée quand même parce que : un, elle l’aime beaucoup, cette fille. Deux, elle, ça fait des mois qu’elle a...

    Lire la suite

  • Courageux. Responsable. Collectif.

    C’est très courageux et hyper responsable. Sans fausse note – apparente –, les dirigeants politiques ont pris les décisions que la réalité sanitaire imposait. Avec pour seul objectif la crise de la santé. Et sur un seul constat : nous sommes toujours en pleine tempête.

    Ce n’est pas une obsession, c’est l’évidence : tant que le virus sera là, rien ne peut reprendre, ni l’économie, ni la vie normale, ni la vie sociale. Parce que le virus, c’est la maladie et encore aujourd’hui à un taux...

    Lire la suite