Financer votre start-up grâce au bitcoin ? Attention !

Financer votre start-up grâce au bitcoin ? Attention !

Pour attirer les investisseurs extérieurs, on connaissait la traditionnelle entrée en bourse, aussi connu sous l’acronyme IPO (Initial public offering). Mais, avec l’avènement des monnaies virtuelles, un autre type de levée de fonds a fait son apparition mi-2016 : l’ICO (Initial coin offering). Toute entreprise, la plupart du temps des start-up, peut ainsi se financer via l’émission de tokens (jetons digitaux), qui s’échangent ensuite sur des plateformes de cryptomonnaies.

Les opérations du genre se sont multipliées à mesure que la frénésie du bitcoin gagnait du terrain, permettant à des sociétés souvent inconnues de lever parfois plus d’un milliard de dollars. Le tout, rapidement et sans aucun contrôle, puisque le secteur n’est pas réglementé. Pour les start-up, toujours à la recherche de flexibilité, l’option a vite été considérée comme une aubaine. Sauf que depuis, le soufflet est bel est bien retombé. Des gains impressionnants ont certes été enregistrés par les sociétés et les investisseurs mais les chiffres témoignent aussi de risques importants.

 

Financer votre start-up grâce au bitcoin ? Attention !

 

Sur le même sujet
Financement
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La Belgique considère la Grèce - ici, Corfou - comme étant une zone verte. L’ECDC considère l’ensemble du territoire comme une zone jaune. La comparaison des situations épidémiologiques peut donc semer la zizanie.

    UE: la cartographie de l’épidémie ne met pas les Européens d’accord

  2. blbla

    Négociations fédérales: pourquoi la N-VA veut diviser la famille libérale

  3. Juan Carlos aux funérailles du Grand-Duc Jean, le 4 mai 2019 à Luxembourg.

La chronique
  • Lettre d’Europe: pour le climat, un objectif de papier mais des mesures insuffisantes en Belgique

    Comme la plupart des pays d’Europe, la Belgique connaîtra une forte baisse de ses émissions de gaz à effet de serre suite au ralentissement économique causé par la crise du Covid-19. Selon le Bureau du Plan, organisme indépendant d’intérêt public qui réalise des études et de la prospective, elles devraient plonger de 13 % entre 2019 et 2020. Mais le répit sera de courte durée : elles devraient ensuite se redresser. A tel point que, selon les experts du Plan, la baisse enregistrée entre 2019 et 2025 ne devrait être finalement que de 5 %.

    Si elle se vérifie, cette trajectoire ne permettra pas à la Belgique d’atteindre son objectif de réduction : -35 % par rapport à 2005 dans le secteur non-industriel (non-ETS, en jargon). Mais les prévisions du Plan ont ceci de particulier qu’elles sont réalisées « à politiques inchangées ». Les experts n’intègrent dans leurs calculs que les décisions prises et en...

    Lire la suite

  • L’héroïsation des infirmières et des infirmiers a ses paradoxes

    Il est beaucoup question de l’héroïsation des infirmières et des infirmiers depuis quelques mois. La crise sanitaire les a mis comme jamais en évidence. Les soins intensifs se sont invités dans nos foyers à la faveur des journaux télévisés. Nous avons pu assister « en direct » au combat de celles et ceux qui luttent contre le Covid parmi les tuyaux et les respirateurs.

    L’admiration portée à cette profession majoritairement féminine s’en trouve amplifiée, même si l’on regrette bien sûr qu’il...

    Lire la suite