Comment la blockchain va changer notre vie de tous les jours

Comment la blockchain va changer notre vie de tous les jours

Tout le monde a déjà entendu le mot « blockchain ». Un mot qui, bien souvent, fait fuir tant il reste obscur pour la plupart des gens. Et pourtant, cette technologie de concerne pas seulement les « riches » ou les « geeks », adeptes du bitcoin et autres cryptomonnaies. Au contraire, elle nous concerne tous. Ou en tout cas ce sera très vite le cas. Nous avons passé en revue 5 situations de la vie de tous les jours appelées à être bouleversées par la blockchain. Mais avant ça, un bref aperçu de ce qu’est la « chaîne de blocs » et ce qu’elle présente comme caractéristiques. 

La blockchain pour les nuls 

Aucun besoin ici d’entrer dans les détails techniques. En deux mots, la blockchain est un gigantesque registre, où sont recensées (dans l’ordre chronologique) toutes les transactions jamais réalisées grâce à cette technologie.  

Ces transactions sont : 

  • transparentes : n’importe quel acteur du réseau peut les consulter, quel que soit l’endroit où il se trouve, de la même manière qu’il peut consulter une page Internet    
  • décentralisées : les information ne sont pas stockées des informations sur un serveur, mais sur des centaines de milliers de réseaux, qui doivent tous être pénétrés simultanément pour être piratés 
  • anonymes : l’utilisateur n’est pas identifié par son nom mais par deux clés, une privée et une publique, nécessaires à chaque opération  

En résumé : traçabilité, décentralisation, anonymat... autant de caractéristiques qui font de la blockchain une technologie révolutionnaire, beaucoup n’hésitant pas même à parler de quatrième révolution industrielle. Dans la finance, mais pas seulement.  

# 1 Les paiements en ligne 

C’est l’application la plus évidente. Eh oui, si on parle de « chaîne de blocs » aujourd’hui, c’est surtout pour faire référence au bitcoin et autres cryptomonnaies. Mais le recours à la blockchain devrait rapidement se généraliser pour sécuriser une grande partie des paiements électroniques. Celle-ci ne repose pas en effet, on l’a dit, sur une architecture centralisée, contrairement à des systèmes comme Paypal ou Swift par exemple.  

# 2 Les commentaires sur Internet 

Rares sont ceux désormais qui ne lisent pas les commentaires sur Amazon, Airbnb ou encore TripAdvisor avant de faire leur choix pour leur prochain achat ou leurs prochaines vacances. Mais qui nous dit que ces derniers sont authentiques ou qu’ils n’ont pas été filtrés ? 

Avec la blockchain, la question ne se poserait pas puisque personne ne peut supprimer ou même modifier une information sans déclencher toute une série d'alertes. argument de vente pour se démarquer des géants comme Craigslist.    

# 3 Les documents d’identité 

Réputé sûre, la chaîne de blocs devrait permettre de numériser tous les documents administratifs (passeports, cartes d’identité, certificats de naissance, actes de mariage...) sans craindre de piratage. Elle devrait aussi en garantir un accès facile et à faible coût, toutes les données étant stockées sur une seule et même plateforme, accessible de n’importe quel ordinateur. Dans la même logique, la numérisation des dossiers médicaux serait facilitée. 

# 4 Le vote 

C’est aussi le cas pour le passage aux urnes virtuelles. On le sait, l’idée est aujourd’hui largement contestée, les risques de fraude ne pouvant être écartés. Mais demain, la blockchain sera-t-elle un gage de confiance suffisant pour faire décoller le e-voting ? Certains ont déjà sauté le pas en tout cas. En 2014, l’Alliance Libérale danoise a ainsi été le premier parti à utiliser la chaîne de blocs pour organiser un vote.  

# 5 Le cloud 

Il y a 20 ans nous stockions nos données sur des CD ou des DVD, remplacés par la suite par des clés USB. A présent, la plupart d’entre nous chargeons nos documents, photos et vidéos sur le cloud. Sur des serveurs donc, hébergés dans des centres de données centralisés. La blockchain va décentraliser le nuage. Des startups proposent d’ailleurs déjà à leurs clients la formule du « cloud distribué ». 

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A la basse, mais aussi vocalement en duo, en choeur et parfois même comme chanteur principale, Dusty Hill va contribuer à faire du trio un jalon dans l’histoire du blues rock made in USA.

    Décès de Dusty Hill: Quelle barbe, la mort!

  2. @Reuters

    Le golf aux JO de Tokyo: «Comme un petit air d’Augusta»

  3. Original d’un dessin de Lucky Luke réalisé par Morris pour un poster du héros dans le Journal de Spirou en 1964.

    Lucky Luke, le Belgian cow-boy du Far West

La chronique
  • Coronavirus – La vie devant toi (saison 2), jour 500: les bracelets

    En juin dernier, aux Etats-Unis, il s’est passé un truc incroyable.

    Des bracelets de trois couleurs ont fleuri au poignet des gens. Des gens dans la rue, des gens au boulot lors du retour au présentiel, des gens à des fêtes, à des mariages, des concerts, des événements. On appelle ça « le code couleur Covid-19 » et il a été mis en place pour les personnes qui ne sont pas – ou plus – à l'aise avec les interactions physiques.

    Il y a le bracelet rouge, le plus radical, qui dit : « Hi ! I’m keeping my distances » (« Salut, je préfère garder mes distances »). Le jaune, sur ses gardes : « Okay with talking but not touching » (« On peut parler sans se toucher »). Et le vert, le plus cool de la bande, qui est totalement « Okay with hugs & high-fives » (« Ok pour les câlins et les tope-là »).

    La Chambre de commerce de Virginie – 650 entreprises, 500.000 employé.e.s – a classé temporellement ces trois...

    Lire la suite

  • Les inondations sont aussi un tsunami social

    Le constat est hélas assez banal : quand une situation de crise survient, les premières victimes sont souvent les plus pauvres. Ou les plus faibles. Ou les plus fragiles. Ou les plus isolés. Ou les moins instruits. Ou les moins informés. Le malheur s’ajoute alors au malheur.

    La règle vaut pour les inondations catastrophiques de la mi-juillet. Elle n’est pas absolue bien sûr : les statisticiens trouveront...

    Lire la suite