Un stage de survie pour lutter contre le burn-out ?

Un stage de survie pour lutter contre le burn-out ?

Koh-Lanta, Survivor, Ninja Warrior… les émissions de télé où les candidats vont au bout de leurs limites trouvent toujours leur public. Se battre, survivre, se dépasser fait rêver. Pour ceux qui ne passent pas à la télévision, les stages de survie permettent de se mettre en « danger » et de ne compter que sur soi-même pour survivre. Mais à côté des stages de survie, il y a aussi le bushcraft. Et lié à du coaching, il peut s’avérer utile pour plusieurs problématiques, comme le burn-out ou le bore-out.

Apprendre à vivre dans et avec la nature

« Il y a une différence entre stage de survie et bushcraft » explique Bert Poffé, coach rewilding et instructeur de survie. « Dans le premier, on apprend à survivre dans une situation de crise. Dans le deuxième, on apprend des techniques ancestrales pour vivre d’une manière relativement confortable dans la nature ». S’il y a une forte ressemblance entre les deux, la différence est plutôt dans l’état d’esprit donc. La base reste la même : il faut d’abord se construire un abri, trouver de l’eau et de la nourriture. Des besoins basiques qui nous ramènent à notre condition de chasseur-cueilleur comme les hommes primitifs. « D’une certaine manière, ce sont les seules choses dont nous avons absolument besoin, avec l’amour et l’amitié ».

Se reconnecter et lutter contre le stress

Que ce soit avec des particuliers ou des entreprises, Bert Poffé et sa femme Kiki Nárdiz veulent inspirer les gens à adopter un style de vie plus en phase avec la nature. Une nature qui peut avoir des bienfaits pour prévenir et lutter contre le stress, l’angoisse, le burn-out et le bore-out. « C’est une manière idéale de se déconnecter et se reconnecter avec la nature et soi-même. Quand on est concentré sur une tâche comme faire du feu, on ne pense plus au reste, aux soucis. Et quand on arrive à voir la première flamme, c’est une grande émotion, les gens sont contents et se contentent aussi de cette émotion. Car quand on fait un stage de survie ou de bushcraft, on se rend compte que l’on n’a pas besoin d’énormément de choses pour être heureux. C’est notre approche ».

Utiliser le stage de survie et de bushcraft comme outil de coaching

Dans ces cas-là, le stage n’est évidemment pas une fin de soi. « Nous utilisons cela comme un outil de coaching. L’enseignement des techniques ancestrales est un moyen d’aborder le problème du stress et de l’angoisse dans nos vies actuelles ». L’aventurier qui veut apprendre à survivre tout seul dans la jungle et à participer à l’une des émissions-phare n’est pas le public visé par l’équipe formée par Bert Poffé et Kiki Nárdiz. « Le client ‘idéal’ si j’ose dire, c’est celui qui vient avec une problématique et qui est prêt à la résoudre. Il n’y a que la manière qui change. Certains utilisent des Powerpoints, nous utilisons des techniques de survie ».

Sur le même sujet
Mode de vie
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus Yves Van Laethem
: «
L’ECDC avait un rôle à jouer (…) mais l’Europe n’est pas une Europe de la santé
».

    Commission spéciale Covid: «L’Europe avait un rôle à jouer dans la gestion de la crise»

  2. Les auto-tests Covid n’ont pas du tout la fiabilité des tests pour diabétiques.

    Coronavirus: les auto-tests finalement autorisés mais vivement déconseillés

  3. A Charleroi, l’ouverture de Rive Gauche en 2017 a contribué à désertifier la rue de la Montagne, autrefois très commerçante.

    Commerce : le déclin des centres-villes frôle le point de non-retour

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: le barbu

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite