Un stage de survie pour lutter contre le burn-out ?

Un stage de survie pour lutter contre le burn-out ?

Koh-Lanta, Survivor, Ninja Warrior… les émissions de télé où les candidats vont au bout de leurs limites trouvent toujours leur public. Se battre, survivre, se dépasser fait rêver. Pour ceux qui ne passent pas à la télévision, les stages de survie permettent de se mettre en « danger » et de ne compter que sur soi-même pour survivre. Mais à côté des stages de survie, il y a aussi le bushcraft. Et lié à du coaching, il peut s’avérer utile pour plusieurs problématiques, comme le burn-out ou le bore-out.

Apprendre à vivre dans et avec la nature

« Il y a une différence entre stage de survie et bushcraft » explique Bert Poffé, coach rewilding et instructeur de survie. « Dans le premier, on apprend à survivre dans une situation de crise. Dans le deuxième, on apprend des techniques ancestrales pour vivre d’une manière relativement confortable dans la nature ». S’il y a une forte ressemblance entre les deux, la différence est plutôt dans l’état d’esprit donc. La base reste la même : il faut d’abord se construire un abri, trouver de l’eau et de la nourriture. Des besoins basiques qui nous ramènent à notre condition de chasseur-cueilleur comme les hommes primitifs. « D’une certaine manière, ce sont les seules choses dont nous avons absolument besoin, avec l’amour et l’amitié ».

Se reconnecter et lutter contre le stress

Que ce soit avec des particuliers ou des entreprises, Bert Poffé et sa femme Kiki Nárdiz veulent inspirer les gens à adopter un style de vie plus en phase avec la nature. Une nature qui peut avoir des bienfaits pour prévenir et lutter contre le stress, l’angoisse, le burn-out et le bore-out. « C’est une manière idéale de se déconnecter et se reconnecter avec la nature et soi-même. Quand on est concentré sur une tâche comme faire du feu, on ne pense plus au reste, aux soucis. Et quand on arrive à voir la première flamme, c’est une grande émotion, les gens sont contents et se contentent aussi de cette émotion. Car quand on fait un stage de survie ou de bushcraft, on se rend compte que l’on n’a pas besoin d’énormément de choses pour être heureux. C’est notre approche ».

Utiliser le stage de survie et de bushcraft comme outil de coaching

Dans ces cas-là, le stage n’est évidemment pas une fin de soi. « Nous utilisons cela comme un outil de coaching. L’enseignement des techniques ancestrales est un moyen d’aborder le problème du stress et de l’angoisse dans nos vies actuelles ». L’aventurier qui veut apprendre à survivre tout seul dans la jungle et à participer à l’une des émissions-phare n’est pas le public visé par l’équipe formée par Bert Poffé et Kiki Nárdiz. « Le client ‘idéal’ si j’ose dire, c’est celui qui vient avec une problématique et qui est prêt à la résoudre. Il n’y a que la manière qui change. Certains utilisent des Powerpoints, nous utilisons des techniques de survie ».

Sur le même sujet
Mode de vie
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite