Un stage de survie pour lutter contre le burn-out ?

Un stage de survie pour lutter contre le burn-out ?

Koh-Lanta, Survivor, Ninja Warrior… les émissions de télé où les candidats vont au bout de leurs limites trouvent toujours leur public. Se battre, survivre, se dépasser fait rêver. Pour ceux qui ne passent pas à la télévision, les stages de survie permettent de se mettre en « danger » et de ne compter que sur soi-même pour survivre. Mais à côté des stages de survie, il y a aussi le bushcraft. Et lié à du coaching, il peut s’avérer utile pour plusieurs problématiques, comme le burn-out ou le bore-out.

Apprendre à vivre dans et avec la nature

« Il y a une différence entre stage de survie et bushcraft » explique Bert Poffé, coach rewilding et instructeur de survie. « Dans le premier, on apprend à survivre dans une situation de crise. Dans le deuxième, on apprend des techniques ancestrales pour vivre d’une manière relativement confortable dans la nature ». S’il y a une forte ressemblance entre les deux, la différence est plutôt dans l’état d’esprit donc. La base reste la même : il faut d’abord se construire un abri, trouver de l’eau et de la nourriture. Des besoins basiques qui nous ramènent à notre condition de chasseur-cueilleur comme les hommes primitifs. « D’une certaine manière, ce sont les seules choses dont nous avons absolument besoin, avec l’amour et l’amitié ».

Se reconnecter et lutter contre le stress

Que ce soit avec des particuliers ou des entreprises, Bert Poffé et sa femme Kiki Nárdiz veulent inspirer les gens à adopter un style de vie plus en phase avec la nature. Une nature qui peut avoir des bienfaits pour prévenir et lutter contre le stress, l’angoisse, le burn-out et le bore-out. « C’est une manière idéale de se déconnecter et se reconnecter avec la nature et soi-même. Quand on est concentré sur une tâche comme faire du feu, on ne pense plus au reste, aux soucis. Et quand on arrive à voir la première flamme, c’est une grande émotion, les gens sont contents et se contentent aussi de cette émotion. Car quand on fait un stage de survie ou de bushcraft, on se rend compte que l’on n’a pas besoin d’énormément de choses pour être heureux. C’est notre approche ».

Utiliser le stage de survie et de bushcraft comme outil de coaching

Dans ces cas-là, le stage n’est évidemment pas une fin de soi. « Nous utilisons cela comme un outil de coaching. L’enseignement des techniques ancestrales est un moyen d’aborder le problème du stress et de l’angoisse dans nos vies actuelles ». L’aventurier qui veut apprendre à survivre tout seul dans la jungle et à participer à l’une des émissions-phare n’est pas le public visé par l’équipe formée par Bert Poffé et Kiki Nárdiz. « Le client ‘idéal’ si j’ose dire, c’est celui qui vient avec une problématique et qui est prêt à la résoudre. Il n’y a que la manière qui change. Certains utilisent des Powerpoints, nous utilisons des techniques de survie ».

Sur le même sujet
Mode de vie
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ACHILLE FALISE (1)

    20 ans en 2020: a-t-on affaire à une future «génération sacrifiée»?

  2. Le marché matinal de Bruxelles limite la casse due à la fermeture des restos car les commerces de détails achètent davantage de marchandises.

    Coronavirus: c’est également la cata pour les fournisseurs de l’horeca

  3. d-20201014-GJEDJR 2020-10-15 08:07:06

    La fermeture de l’Horeca passe mal, les Régions grondent

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 85»: la contamination

    L’autre jour, il s’est passé un truc incroyable.

    C’est Josette, au téléphone qui explique qu’elle est bien embêtée parce qu’elle a contaminé six personnes. « Houlà, tu as eu le coronavirus, Josette ? on lui demande. -Oui, Gérard et moi, on l’a eu. Lui, il a beaucoup toussé, moi surtout très fatiguée, mais c’est pas ça le plus grave. Tu te rends compte : ON A CONTAMINÉ SIX PERSONNES ! »

    Vous voulez le fil de l’histoire ? Mille fois mieux que l’appli Coronalert, la mémoire de Josette a tout tracké. Selon elle, ça a commencé au resto. A quatre, avec un couple de cousins qui repartaient chez eux, à Nashville (USA) quelques jours plus tard. « On a manqué de pot, elle explique. Parce qu’on est super prudents, on se lave les mains, Gérard ne sort jamais, il est bien dans son jardin, bien dans sa maison, et j’ai toujours mon gel sur moi. Mais je n’ai pas pensé à lui en faire prendre en sortant du restaurant. Il l’a attrapé le premier puis me l’a...

    Lire la suite

  • Vivre ou mourir? Le choix, c’est celui-là. Arrêtons de jouer

    Un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne. » En ces temps terribles, la phrase de Chevènement vaut pour les ministres au pouvoir et leurs présidents de parti. On n’a déjà pas tant de certitudes à faire passer aux citoyens et on n’a plus tant de citoyens prêts à les suivre : si on ajoute à ces deux énormes obstacles une dissension publique entre les hommes politiques aux commandes sur le bien-fondé des mesures, on ne va pas gagner la partie....

    Lire la suite