Semaine de 4 jours : la solution pour éviter le burn-out ?

Semaine de 4 jours : la solution pour éviter le burn-out ?

<p>4 jours de travail par semaine au lieu de 5... Garder une journée pour décompresser, s’occuper des tâches journalières, ou simplement passer plus de temps en famille. Bref, pour s’assurer un meilleur équilibre vie privée / vie professionnelle. Et le tout, en gardant le même salaire...</p>

<p>En ces temps de burn-outs en série, l’idée n’a jamais autant fait débat. Et dans certains pays, elle commence même à susciter l’adhésion de certains... patrons !</p>

<h3>Une formule à la carte</h3>

<p>Pas de recette magique, les entreprises qui ont décidé de tester la semaine de 4 jours ont plus ou moins toutes opté pour une formule différente. Basecamp par exemple, aux Etats-Unis, ferme le vendredi entre le 1er mai et le 31 août. Pourquoi ? Pour laisser à ses salariés l’opportunité de profiter de l’été, tout simplement. Le modèle a d’ailleurs fait des petits, en France notamment, chez Love Radius. Là aussi, vendredi, c’est congé pendant l’été.</p>

<p>Versa, une entreprise de marketing digital australienne, a elle choisi le mercredi, mais toute l’année. Quant à Yprema, en France également, et Monograph, à San Francisco, elles laissent le choix (plus ou moins) à leurs employés de leur troisième jour off, en fonction de leurs autres activités professionnelles ou de loisir.</p>

<h3>Et chez nous ?</h3>

<p>En Belgique, pas de cas revendiqué dans une société commerciale. Le PS et la FGTB sont de fervents défenseurs de la mesure. La semaine de 32 heures faisait d’ailleurs partie des propositions du syndicat socialiste lors des négociations interprofessionnelles fin 2018.</p>

<p>Mais le moins que l’on puisse dire c’est que les fédérations patronales et le MR ne partagent pas cet avis. Arguments avancés : la semaine de 4 jours serait trop coûteuse et ne ferait d’accroître les difficultés de recrutement dans certains secteurs en pénurie.</p>

<h3>Qu’en disent les (quelques) études ?</h3>

<p>Jusqu’ici, les retours d’expériences de des sociétés ayant testé la semaine de 4 jours, ainsi que les études menées sur le sujet, arrivent plus ou moins toutes à la même conclusion. Il n’y aurait aucun impact négatif sur les résultats de l’entreprise. Au contraire, le spécialiste de la finance Perpetual Guardian, en Nouvelle-Zélande, aurait enregistré une hausse de 20% de sa productivité, de quoi compenser les 8 heures de travail en moins. Et il n’est pas le seul. Chez Pursuit Marketing à Glasgow, l’augmentation aurait même atteint les 30%.</p>

<p>Pourquoi ? Parce que les travailleurs sont plus motivé et donc plus engagés. Et pour cause, l’étude menée chez Perpetual Guardian souligne un niveau de stress réduit (de 45 à 38%) et un équilibre vie privée / vie professionnelle renforcé (de 54 à 78%) suite à la mise en place de la semaine de 32 heures.</p>

<h3>Un air de déjà vu</h3>

<p>Ces conclusions ne sont pas sans rappeler celles observées au début du XXe siècle, lorsqu’Henri Ford a instauré la semaine de 5 jours tout en doublant le salaire de ses salariés. Les mesures avaient, là aussi, boosté la productivité. Alors qu’en penser au final ?</p>

<p>Tout d’abord, qu’il ne faut pas pour autant négliger le stress potentiellement engendré par un tel changement chez certains salariés. Certaines sociétés sont d’ailleurs revenues en arrière. Ensuite que la mesure nécessite certainement quelques ajustements en termes d’organisation. Par exemple, en mettant fin au phénomène de réunionite, particulièrement chronophage. Enfin, qu’un tel bouleversement n’est peut-être pas possible (pour l’instant ?) dans tous les secteurs et pour toutes les fonctions.</p>

<p>Mais qui dit qu’un modèle unique doit s’imposer ? Une chose est sûre, l’automatisation des tâches répétitives, et le gain de temps qui en découle, semblent l’occasion parfaite pour envisager une semaine plus courte sans perte d’activité.</p>

<p><iframe allow="accelerometer; autoplay; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen="" frameborder="0" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/Fxb-9iMqA8g" width="560"></iframe><br />
La semaine de 4 jours chez Perpetual Guardian - Le regard de son CEO</p>

<p>Retrouvez-nous aussi sur la <a href="https://www.facebook.com/generationlesoir/" target="_blank">page Facebook</a> de Génération Le Soir</p>
 

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les théories du complot ont une fonction «anxiolytique»: elles nous rassurent et nous donnent l’illusion de maîtriser ce qui n’est pas maîtrisable.

    Vaccins: la dose toxique du complot

  2. Alexander De Croo

    Sport, maisons de repos, fêtes de fin d'année: ce qu'on peut faire et ne pas faire

  3. Sept centres Covisan ont été mis en place à Paris et trois en banlieue.

    Paris, moins rouge que la verte province!

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «La vulnérabilité hydrique ou la nécessité de repenser une continuité entre le logement et les espaces publics»

    Avez-vous jamais pensé au nombre de fois que vous avez utilisé de l’eau dans une journée ? À cette gourde que vous avez remplie avant de préparer votre sac ? À cette casserole d’eau mise à bouillir pour des pâtes ou du riz ? À cette vaisselle quotidienne ? À ces quatre ou cinq chasses d’eau tirées chaque jour ? À ce brossage de dents ? Au linge lavé en machine ? À cette douche prise pour vous sentir fraîche/frais et prête/prêt à vous lancer dans la rue ou plonger dans le sommeil ?

    Pour ces multiples usages, les Belges, qu’ils soient riches ou pauvres, consomment chez eux 95 litres d’eau en moyenne par jour et par personne. De cette petite centaine de litres, environ 75 % va à la trilogie « soin du corps, lavage du linge et utilisation des toilettes ». En volume, les usages de l’eau concernent donc avant tout l’intimité, la relation « de soi à soi ».

    La Belgique plutôt bien outillée mais…

    En Belgique, le...

    Lire la suite

  • Courageux. Responsable. Collectif: la situation sanitaire l’impose

    C’est très courageux et hyper responsable. Sans fausse note – apparente –, les dirigeants politiques ont pris les décisions que la réalité sanitaire imposait. Avec pour seul objectif la crise de la santé. Et sur un seul constat : nous sommes toujours en pleine tempête.

    Ce n’est pas une obsession, c’est l’évidence : tant que le virus sera là, rien ne peut reprendre, ni l’économie, ni la vie normale, ni la vie sociale. Parce que le virus, c’est la maladie et encore aujourd’hui à un taux...

    Lire la suite