Une génération plus touchée par le burn-out

Une génération plus touchée par le burn-out

Burnout et Millennials. Selon une étude Gallup, 28% des Millennials américains interrogés se sentent souvent ou fréquemment en burn-out au travail, contre 21% des anciens. Pourquoi ? « Le monde de l’entreprise a changé », explique Serge Goffinet, psychiatre président du réseau multidisciplinaire Burnout. « Du public au privé, le management a évolué. Moins de travailleurs et plus de cadence ».

Les jeunes surchargés de travail et scrutés

Une autre cause résulte de la surcharge de travail non connue, non anticipée. Surtout quand c’est le premier boulot. « Les pensionnés ne sont pas toujours remplacés dans les entreprises et la surcharge de travail se répercute sur les autres. D’emblée, le jeune travailleur est soumis à des cadences et des charges de travail plus importantes qu’auparavant », ajoute Serge Goffinet, qui pointe également la « surveillance ». « On répertorie tout ce qui a été fait et comment. On soumet constamment les gens à des analyses, des évaluations plus ou moins bienveillantes de leurs prestations. C’est une pression importante pour tout le monde. Mais les aînés y sont peut-être plus aguerris que les jeunes ».

Le travail n’est plus l’accomplissement de soi

Le psychiatre pointe aussi le rapport différent au travail des Millennials. « Les aînés ont mis le travail comme seul accomplissement tandis que les jeunes ont pris plus de recul et de relativité. Ils se sont investis dans un équilibre judicieux, plus compatible avec une vie de famille, de couple, avec des loisirs. Une très bonne chose, mais qui peut être en déséquilibre avec le monde du travail ». Il y a ainsi une tension énorme entre l’aspiration à une vie équilibrée et les exigences du monde du travail. Trouver sa place et celle des autres est également compliquée. « Il n’est pas toujours facile de savoir qui des syndicats, des RH, de la personne de confiance sont du côté du travailleur ou de la direction ». Une nouvelle source de stress donc.


Cécile Tardy, Burn out Killer

L’entreprise et le management doivent évoluer

Plus connectés, plus au courant, les Millennials font-ils plus vite appel à l’aide ? Au contraire ! « Ils sont plein d’énergie, tiennent le choc le plus longtemps possible et arrivent finalement en bout de course. Il faut les encourager à utiliser les programmes de prévention et ne pas attendre le dernier moment pour parler au médecin ». Et du côté de l’entreprise ? Il faut un management plus humain. « Tant que le stress sera transmis en cascade jusqu’au dernier employé, cela n’ira pas. Les responsables doivent devenir des coachs et non des managers uniquement soucieux des chiffres ». Qu’attend-on donc ? « La calculette n’a pas suffisamment fonctionné pour se dire que c’est un investissement intéressant », conclut Serge Goffinet.

 

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Alexander De Croo (à g.) et Paul Magnette sont priés de remettre leur rapport final au Roi « dans les plus brefs délais ». Sans plus de précision.

    Négociations fédérales: la Vivaldi au bout de la nuit ou le calice jusqu’à la lie

  2. COMBO-US-VOTE-BIDEN-TRUMP

    Trump et Biden se préparent à sortir les griffes

  3. Image=d-20060317-WG253N_high[1]

    A la recherche d’un wallon de moins en moins parlé mais pas perdu

La chronique
  • Détours wallons: «Par ici, la monnaie régionale?»

    Et si la Wallonie se dotait d’une monnaie régionale pour soutenir la relance économique ? L’affaire est loin d’être pliée, mais la réflexion est entamée en ces temps où toutes les idées sont les bienvenues pour aider les entreprises et créer de l’emploi, même les plus étonnantes.

    Des députés wallons ont été chargés de plancher sur la question, à l’initiative du socialiste Maxime Hardy. Leur rapport est attendu pour le début de 2021. A l’exception du PTB, tous les groupes politiques sont représentés dans le groupe de travail, majorité comme opposition, droite comme gauche (1).

    Commençons par dire ce que ne serait pas cette monnaie régionale, son côté pile. Battre monnaie n’est pas de compétence régionale, il ne manquerait plus que cela. Il ne s’agit donc pas de supplanter l’euro, de s’y substituer, ni de revenir à on ne sait quel ancien franc belgo-wallon : la monnaie en projet ne pourrait être que complémentaire, confinée à des échanges précisément définis et forcément limités, à la marge donc.

    ...

    Lire la suite

  • Trump ou l’art de distiller le doute jusqu’à la nausée

    Il y a une inconnue évidente qui flotte au-dessus du scrutin du 3 novembre aux Etats-Unis: le vainqueur. Qui, de Joe Biden – donné pour le moment favori – ou de Donald Trump, remportera l’élection? A l’heure où les deux candidats affutent leur verbe en prévision de leur premier duel télévisé ce mardi, ce devraient être la campagne, les batailles d’idées, les débats à venir qui nous galvanisent.

    Mais le fait est qu’aujourd’hui, davantage que la course, que le résultat lui-même, c’est l’après élection qui nous fait trembler.

    Car qu’il gagne ou qu’il perde, une certitude se...

    Lire la suite