Une génération plus touchée par le burn-out

Une génération plus touchée par le burn-out

Burnout et Millennials. Selon une étude Gallup, 28% des Millennials américains interrogés se sentent souvent ou fréquemment en burn-out au travail, contre 21% des anciens. Pourquoi ? « Le monde de l’entreprise a changé », explique Serge Goffinet, psychiatre président du réseau multidisciplinaire Burnout. « Du public au privé, le management a évolué. Moins de travailleurs et plus de cadence ».

Les jeunes surchargés de travail et scrutés

Une autre cause résulte de la surcharge de travail non connue, non anticipée. Surtout quand c’est le premier boulot. « Les pensionnés ne sont pas toujours remplacés dans les entreprises et la surcharge de travail se répercute sur les autres. D’emblée, le jeune travailleur est soumis à des cadences et des charges de travail plus importantes qu’auparavant », ajoute Serge Goffinet, qui pointe également la « surveillance ». « On répertorie tout ce qui a été fait et comment. On soumet constamment les gens à des analyses, des évaluations plus ou moins bienveillantes de leurs prestations. C’est une pression importante pour tout le monde. Mais les aînés y sont peut-être plus aguerris que les jeunes ».

Le travail n’est plus l’accomplissement de soi

Le psychiatre pointe aussi le rapport différent au travail des Millennials. « Les aînés ont mis le travail comme seul accomplissement tandis que les jeunes ont pris plus de recul et de relativité. Ils se sont investis dans un équilibre judicieux, plus compatible avec une vie de famille, de couple, avec des loisirs. Une très bonne chose, mais qui peut être en déséquilibre avec le monde du travail ». Il y a ainsi une tension énorme entre l’aspiration à une vie équilibrée et les exigences du monde du travail. Trouver sa place et celle des autres est également compliquée. « Il n’est pas toujours facile de savoir qui des syndicats, des RH, de la personne de confiance sont du côté du travailleur ou de la direction ». Une nouvelle source de stress donc.


Cécile Tardy, Burn out Killer

L’entreprise et le management doivent évoluer

Plus connectés, plus au courant, les Millennials font-ils plus vite appel à l’aide ? Au contraire ! « Ils sont plein d’énergie, tiennent le choc le plus longtemps possible et arrivent finalement en bout de course. Il faut les encourager à utiliser les programmes de prévention et ne pas attendre le dernier moment pour parler au médecin ». Et du côté de l’entreprise ? Il faut un management plus humain. « Tant que le stress sera transmis en cascade jusqu’au dernier employé, cela n’ira pas. Les responsables doivent devenir des coachs et non des managers uniquement soucieux des chiffres ». Qu’attend-on donc ? « La calculette n’a pas suffisamment fonctionné pour se dire que c’est un investissement intéressant », conclut Serge Goffinet.

 

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HEALTH-CORONAVIRUS_ITALY-TELECOM ITALIA

    Coronavirus: l’Italie dépasse la barre des 10.000 morts

  2. CORONAVIRUS HOPITAL SAINT-PIERRE

    L’évolution de la propagation du coronavirus: la pression ne se relâche pas (infographies)

  3. Selon l’état du patient, le circuit est plus ou moins long. Les cas sévères sont pris en charge par l’unité «
Covid
».

    Coronavirus: dans les pas d’un patient «Covid» à l’hôpital Saint-Pierre (vidéos)

La chronique
  • Chroniques brésiliennes ou le Brésil sous Bolsonaro

    Cela fait 15 ans que je viens chaque année au Brésil pour y faire de la recherche à l’université, et j’y suis en ce moment. Depuis l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, bien des choses ont changé, dans les universités et dans la vie courante ; d’autres pas. Ce sont ces éléments d’atmosphère, glanés au fil des rencontres et des observations, que je veux relater dans cette chronique.

    Petit rappel sur l’élection de Bolsonaro

    Rappelons d’abord que, si Bolsonaro a été élu, c’est parce que l’ex-président Lula, qui avait une avance de plus de 20 points dans les sondages, a été empêché de se présenter aux élections. Le juge Sergio Moro l’a condamné à la prison sur base d’une « intime conviction » de fraude, le temps de l’empêcher de se...

    Lire la suite

  • La priorité reste de sauver les vies. Cette certitude-là est sans prix

    C’est un équilibre d’une difficulté inouïe à garder dans un monde qui tangue comme jamais et où la mort frappe intensément. Un équilibre multiple aussi à trouver entre la vie des gens et la survie de l’économie, entre les points de vue du nord et du sud, les positions de partis politiques fragilisés et nerveux, entre les différents pans de la société en alerte maximale.

    Ce vendredi, la ligne était extrêmement étroite pour la Première ministre Sophie Wilmès. Les critiques, questions, récriminations,...

    Lire la suite