Devenir un bon vendeur, cela s’apprend

Devenir un bon vendeur, cela s’apprend

La vente, vous êtes littéralement tombé dedans quand vous étiez petit... 

Oui, je dois la passion du contact humain au commerce que mes parents tenaient Rue Blaes, près du Vieux Marché de Bruxelles. La passion et la pratique de la vente, je les ai acquises bien plus tard, quand j'ai débuté ma carrière commerciale chez Xerox, où on « vivait » la vente au quotidien. 

C'est quoi, un bon vendeur, Philippe ? 

C'est un mini-entrepreneur, finalement. Qu’il soit salarié ou commerçant. Vendre, c’est un métier passionnant, mais aussi très exigeant, voire stressant. Il n'est pas toujours simple d’arriver à ses objectifs. Car il faut faire se rencontrer l'éthique et l'écoute du besoin des clients. S'il réussit, le vendeur devient un mini-héro. 

On naît vendeur ou on le devient ? 

Personne ne naît vendeur, c’est une recette qui intéresserait pourtant bien des entreprises. Je vois cela plutôt comme un sport, une discipline qui s’apprend en acquérant des techniques de vente. Des techniques qu'il faut cultiver et perfectionner indéfiniment. Et, qu'on le croie ou non, j'affirme que c’est à la portée d’absolument tout le monde. Certains ont des aptitudes naturelles, mais elles ne suffisent pas. J’ai d’ailleurs formé des centaines de profils différents, allant des ingénieurs aux designers en passant par des consultants en informatique.  

Même une personne introvertie ? 

Alors là oui, un profil introverti peut certainement devenir un bon vendeur. Je connais des tonnes d'entrepreneurs qui ont dû se mettre aux techniques de vente, par obligation. C’était parfois une question de survie pour eux et leur startup. Les formations ont cela de magique que leur zone de confort s’agrandit de manière substantielle. Y compris dans la prise de contacts et les négociations. 

Nous sommes en Belgique, pays de gens plutôt discrets et modestes. Ce n'est pas non plus un problème ? 

Là, je suis d'accord. En Belgique, il y a encore beaucoup à faire. Il faut faire évoluer et changer les mentalités : il faut davantage valoriser la vente. Et ne pas la stigmatiser.  Les vendeurs sont des collaborateurs capitaux au sein d’une entreprise. Les revenus des ventes servent à la R&D, au marketing, à la communication. Quand ses vendeurs s’épanouissent, c’est toute l’entreprise qui s’épanouit. 

Quelles sont les qualités requises pour faire mouche en 2019 ? 

Je dirais sans hésiter qu'il devient essentiel de baser les ventes sur des valeurs humaines et des valeurs d’entreprise. Les clients sont de plus en plus sensibles à cela. Le storytelling permet de donner une dimension supplémentaire à la vente, qui devient plus émotionnelle. Avec pour avantage qu'elle devient nettement plus « impactante » auprès des clients, lorsqu'elle est réussie. 

On vend de la même manière dans une grande boîte et dans un petit commerce ? 

Évidemment. Le client fonctionne très souvent de la même manière. L’art de la vente, c’est la capacité des vendeurs à répondre aux besoins du client et à conscientiser l’acheteur sur les bénéfices qu'il retire d'une vente. Une belle vente, c’est une vente où l’acheteur et le vendeur sont ravis de ce qu’ils ont pu apporter l’un à l’autre. Je suis aussi client et j’attends d'une vendeuse ou d'un vendeur qu’il m’aide et me conseille dans mon choix. Cette vérité, elle se joue de la taille des entreprises. Elle est universelle. 

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La Belgique considère la Grèce - ici, Corfou - comme étant une zone verte. L’ECDC considère l’ensemble du territoire comme une zone jaune. La comparaison des situations épidémiologiques peut donc semer la zizanie.

    UE: la cartographie de l’épidémie ne met pas les Européens d’accord

  2. blbla

    Négociations fédérales: pourquoi la N-VA veut diviser la famille libérale

  3. Juan Carlos aux funérailles du Grand-Duc Jean, le 4 mai 2019 à Luxembourg.

La chronique
  • Lettre d’Europe: pour le climat, un objectif de papier mais des mesures insuffisantes en Belgique

    Comme la plupart des pays d’Europe, la Belgique connaîtra une forte baisse de ses émissions de gaz à effet de serre suite au ralentissement économique causé par la crise du Covid-19. Selon le Bureau du Plan, organisme indépendant d’intérêt public qui réalise des études et de la prospective, elles devraient plonger de 13 % entre 2019 et 2020. Mais le répit sera de courte durée : elles devraient ensuite se redresser. A tel point que, selon les experts du Plan, la baisse enregistrée entre 2019 et 2025 ne devrait être finalement que de 5 %.

    Si elle se vérifie, cette trajectoire ne permettra pas à la Belgique d’atteindre son objectif de réduction : -35 % par rapport à 2005 dans le secteur non-industriel (non-ETS, en jargon). Mais les prévisions du Plan ont ceci de particulier qu’elles sont réalisées « à politiques inchangées ». Les experts n’intègrent dans leurs calculs que les décisions prises et en...

    Lire la suite

  • L’héroïsation des infirmières et des infirmiers a ses paradoxes

    Il est beaucoup question de l’héroïsation des infirmières et des infirmiers depuis quelques mois. La crise sanitaire les a mis comme jamais en évidence. Les soins intensifs se sont invités dans nos foyers à la faveur des journaux télévisés. Nous avons pu assister « en direct » au combat de celles et ceux qui luttent contre le Covid parmi les tuyaux et les respirateurs.

    L’admiration portée à cette profession majoritairement féminine s’en trouve amplifiée, même si l’on regrette bien sûr qu’il...

    Lire la suite