Voici l'impact d'une carrière entière devant un ordinateur

Voici l'impact d'une carrière entière devant un ordinateur

Un teint pâle, le dos voûté, de l'eczéma, des yeux injectés de sang, des poignets et des chevilles gonflés et, détail esthétique, des varices ! Voici Emma, après 20 ans de carrière passés principalement devant un ordinateur. 

Des symptômes communs 

Rassurez-vous, cette personne n’existe pas vraiment. Disons, pas encore. C'est un mannequin fabriqué à partir des résultats d’une étude menée en Grande-Bretagne par l’entreprise Fellowes. Mais nous sommes nombreux à pouvoir nous reconnaître dans ce portrait. Et pour cause, nous passons en moyenne 6 à 8 heures par jour assis à notre bureau devant un écran.  

Selon l’étude, 90 % des personnes qui travaillent dans un bureau souffrent de problèmes de santé à cause de leur environnement de travail. Tous avec des symptômes identiques : fatigue oculaire (50 %), mal de dos (49 %) et céphalées (48 %). Et côté employeurs, l’étude est formelle, les efforts sont insuffisants pour empêcher l'irruption de ces troubles de la santé, malgré la demande des salariés.  

Travail sur écran : que risque-t-on ? 

Les risques les plus importants pour la santé sont des douleurs au niveau du cou, des épaules, des poignets et du bas du dos. Mais le problème n’est pas que mécanique.  

On constate également des problèmes oculaires, menant à des difficultés de concentration. Enfin, la position assise augmente fortement les risques cardio-vasculaires, de surpoids, ou de cholestérol. Au total, 7 travailleurs sur 10 sont soignés par des médicaments pour de tels troubles.  

Que faire pour ne pas ressembler à Emma ? 

Cela va sans dire, faire du sport et garder une bonne hygiène de vie. Mais au boulot ? Le Centre de connaissance belge sur le bien-être au travail recommande de faire des pauses, très régulièrement. Et bien sûr, de procéder à des aménagements de l’espace pour prévenir les effets sur la santé d'un trop long travail sur écran.  

Ainsi, pour maintenir une posture équilibrée et sans inconfort, les pieds doivent reposer à plat sur le sol, l'angle du coude doit être le plus droit possible et les avant-bras proches du corps. Le dos doit être droit et soutenu par le dossier du fauteuil, dont l'assise doit être réglable.  

La hauteur, ensuite. Le haut de votre écran doit se situer au niveau des yeux (sauf si vous portez des verres progressifs, auquel cas l’écran devra être positionné un peu plus bas). 

Le clavier doit être inclinable, dissocié de l'écran : un ordinateur portable relié à un moniteur et un clavier autonome est recommandé. Quant à la souris, sa taille doit être adaptée à celle de la main et positionnée dans le prolongement de l'épaule. 

Que faire de son téléphone ? Utilisez une oreillette ou des écouteurs de type Airpods. Si ce n'est pas possible, coincez le téléphone entre la tête et l'épaule, le moins longtemps possible.

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-19990529-WJK7AQ_high

    Il était une fois Ennio Morricone, le Maestro du cinéma

  2. Platja d’Aro, près de Girona.

    Retour au confinement: la Belgique sur ses gardes

  3. Dans le monde entier, les scientifiques s’activent pour trouver le moyen de guérir ou prévenir le coronavirus.

    Immunité: comment l’organisme se défend contre le coronavirus

La chronique
  • La politique française est formidable

    La France est un pays formidable.

    Pour y introniser un Premier ministre, il faut généralement un vote majoritaire du Parlement, comme dans n’importe quel pays démocratique. Mais pour le virer, inutile de consulter ce même Parlement. Fait du prince. En l’occurrence, du président. On a même vu un Premier ministre, qui s’appelait Chaban-Delmas, qui a été viré le lendemain du jour où le Parlement lui avait voté majoritairement la confiance.

    Il est vrai que Turgot, Necker, Calonne – c’était sous Louis XVI – furent dégagés de la même manière. C’était une monarchie. Au fond, ça l’est toujours. Sauf qu’on ne dit plus « monarchie », mais « institutions de la Ve République ! ». Et c’est sacré.

    Un Martien qui atterrirait en France (il faut bien remplacer les touristes qui ne viennent plus par d’autres) et s’enquerrait de la situation politique, entendrait obsessionnellement parler de la grande poussée électorale des écologistes qui détiennent, désormais, la plupart des grandes villes du pays (...

    Lire la suite

  • Vacances, j’oublie tout? Euh non…

    À défaut de vaccin, voici donc une piqûre de rappel venue de Catalogne, mais aussi de Lombardie et de Vénétie : notre été 2020 n’est pas livré à l’insouciance mais sera en liberté surveillée. Avec plus que jamais dans les valises, outre les crèmes solaires, un indispensable sens des responsabilités pour ceux et celles qui décident de quitter leur domicile pour voyager en Belgique ou à l’étranger, mais aussi l’extrême vigilance des autorités publiques. Il faut en effet être assuré qu’un processus automatique et sans faille se déclenche...

    Lire la suite