Voici l'impact d'une carrière entière devant un ordinateur

Voici l'impact d'une carrière entière devant un ordinateur

Un teint pâle, le dos voûté, de l'eczéma, des yeux injectés de sang, des poignets et des chevilles gonflés et, détail esthétique, des varices ! Voici Emma, après 20 ans de carrière passés principalement devant un ordinateur. 

Des symptômes communs 

Rassurez-vous, cette personne n’existe pas vraiment. Disons, pas encore. C'est un mannequin fabriqué à partir des résultats d’une étude menée en Grande-Bretagne par l’entreprise Fellowes. Mais nous sommes nombreux à pouvoir nous reconnaître dans ce portrait. Et pour cause, nous passons en moyenne 6 à 8 heures par jour assis à notre bureau devant un écran.  

Selon l’étude, 90 % des personnes qui travaillent dans un bureau souffrent de problèmes de santé à cause de leur environnement de travail. Tous avec des symptômes identiques : fatigue oculaire (50 %), mal de dos (49 %) et céphalées (48 %). Et côté employeurs, l’étude est formelle, les efforts sont insuffisants pour empêcher l'irruption de ces troubles de la santé, malgré la demande des salariés.  

Travail sur écran : que risque-t-on ? 

Les risques les plus importants pour la santé sont des douleurs au niveau du cou, des épaules, des poignets et du bas du dos. Mais le problème n’est pas que mécanique.  

On constate également des problèmes oculaires, menant à des difficultés de concentration. Enfin, la position assise augmente fortement les risques cardio-vasculaires, de surpoids, ou de cholestérol. Au total, 7 travailleurs sur 10 sont soignés par des médicaments pour de tels troubles.  

Que faire pour ne pas ressembler à Emma ? 

Cela va sans dire, faire du sport et garder une bonne hygiène de vie. Mais au boulot ? Le Centre de connaissance belge sur le bien-être au travail recommande de faire des pauses, très régulièrement. Et bien sûr, de procéder à des aménagements de l’espace pour prévenir les effets sur la santé d'un trop long travail sur écran.  

Ainsi, pour maintenir une posture équilibrée et sans inconfort, les pieds doivent reposer à plat sur le sol, l'angle du coude doit être le plus droit possible et les avant-bras proches du corps. Le dos doit être droit et soutenu par le dossier du fauteuil, dont l'assise doit être réglable.  

La hauteur, ensuite. Le haut de votre écran doit se situer au niveau des yeux (sauf si vous portez des verres progressifs, auquel cas l’écran devra être positionné un peu plus bas). 

Le clavier doit être inclinable, dissocié de l'écran : un ordinateur portable relié à un moniteur et un clavier autonome est recommandé. Quant à la souris, sa taille doit être adaptée à celle de la main et positionnée dans le prolongement de l'épaule. 

Que faire de son téléphone ? Utilisez une oreillette ou des écouteurs de type Airpods. Si ce n'est pas possible, coincez le téléphone entre la tête et l'épaule, le moins longtemps possible.

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le Premier ministre a voulu donner une perspective pour traverser l’hiver.

    Coronavirus: ça va mieux, mais pas assez pour un vrai Noël

  2. PHOTONEWS_10897455-027.JPG

    Déconfinement: le gouvernement valide un baromètre... qu’il enfreint directement

  3. HEALTH-CORONAVIRUS_BELGIUM

    Fêtes de fin d’année, commerces, voyages: toutes les mesures annoncées par le Comité de concertation

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, saison 2, jour 24»: Ginette

    Il y a quelques semaines, il s’est passé un truc incroyable.

    C’est Marie qui décide d’appeler sa copine Ginette dont elle n’a plus de nouvelles depuis le début de la crise. Ce ne sont pas des amies de toujours mais elles se sont beaucoup fréquentées à un moment de leurs vies. A l’époque, Marie travaillait dans un bureau situé dans une grande maison de plusieurs étages et Ginette vivait au premier. Elles se voyaient pas mal.

    Donc un matin, Marie compose le numéro de son amie, qui décroche et lui dit : « Oh mais c’est gentil, ça, de me téléphoner ! » Là, ça devient tragique, sorry, mais accrochez-vous juste un petit peu, c’est plus léger après. « Comme ça », poursuit Ginette, » on va pouvoir se dire adieu parce que demain, je vais me faire euthanasier. » Franco.

    Marie est déboussolée quand même parce que : un, elle l’aime beaucoup, cette fille. Deux, elle, ça fait des mois qu’elle a...

    Lire la suite

  • Courageux. Responsable. Collectif.

    C’est très courageux et hyper responsable. Sans fausse note – apparente –, les dirigeants politiques ont pris les décisions que la réalité sanitaire imposait. Avec pour seul objectif la crise de la santé. Et sur un seul constat : nous sommes toujours en pleine tempête.

    Ce n’est pas une obsession, c’est l’évidence : tant que le virus sera là, rien ne peut reprendre, ni l’économie, ni la vie normale, ni la vie sociale. Parce que le virus, c’est la maladie et encore aujourd’hui à un taux...

    Lire la suite