Le microworking, la nouvelle tendance du travail minute

Le microworking, la nouvelle tendance du travail minute

Après le télétravail, le coworking ou encore le flex office, la tendance est désormais au microworking. Une nouvelle mode qui permet d’investir n’importe quel lieu pour des petites sessions de travail.  

En attendant son train, son avion, en chemin, le soir à l'hôtel… Les travailleurs sujets à beaucoup de mobilité privilégient de plus en plus le microworking, surtout avec l'expansion de la 4G et, pour les plus chanceux, l’arrivée de la 5G. 

Des précurseurs 

Depuis 2016, en France, la SNCF a mis en place des bureaux partagés dans des dizaines de gares. L’objectif : permettre à ses usagers de travailler pendant qu'ils attendent leur train. Tablettes, prises électriques, USB, connexion wifi… Tout semble prévu pour faciliter le travail. 

Même logique à Londres, où quelques-unes des fameuses cabines téléphoniques rouges ont été modifiées et équipées notamment de scanners et d’imprimantes pour pouvoir accueillir des travailleurs. Ces cabines « Pod Works » sont accessibles par session de 20 minutes payantes ou via un abonnement mensuel. 

Au Japon, ce sont des cabines « mini-bureaux » qui ont été installées dans les couloirs du métro de Tokyo par l’entreprise Fuji Xerox. Munies d’une table, d’un ordinateur et d’une connexion Internet, elles permettent aux usagers du métro de traiter un appel ou un e-mail urgent sur le chemin du travail ou de la maison. Le Japon étant l’un des pays où le présentéisme est le plus fort, ces cabines innovantes visent aussi à encourager le télétravail. Les Japonais peuvent réserver les cabines par tranche de 15 minutes, leur utilisation étant là aussi payante.  

Et chez nous ?  

En Belgique, le temps passé en trajets domicile-travail est un véritable fléau. Selon une étude menée par SD Worx en 2018, les Belges passent en moyenne 1h20 par jour sur la route pour effectuer ces aller-retour.  

La société « Office on wheels » a décidé de lancer un concept de bus-navettes pour surfer sur la tendance du microworking. Des bus équipés du wifi, de prises électriques et, bonheur pour certains, d’une machine à café. Au départ, l’offre visait les particuliers. Mais très vite, une confrontation avec les transports publics a obligé l’entreprise à changer ses plans pour se diriger vers la location de bus aux entreprises.  

Depuis cinq mois, la société cible donc les zones industrielles, transportant des employés d’une ville à l’autre. « Maintenant on fait plus du B2B. On a un contrat avec Colruyt et un autre avec Mediahuis pour l’année prochaine, mais ça prend du temps de s’orienter vers ce nouveau marché et de trouver des possibilités de coopération », explique Geert Hoorens, chef de projet chez « Office on wheels ». 

Si le côté pratique ne nous a pas échappé, une question subsiste : et les moments de répits dans tout ça ? La limite entre vie professionnelle et vie privée risque bien de se brouiller un peu plus... 

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10935017-044

    Anderlecht: Kristoffer Olsson est bien décidé à enfin exprimer son potentiel

  2. Parmi les Cubains, jusqu’à Miami, «Patria y vida» a remplacé le slogan castriste «Patria o muerte».

    Entre répression et pandémie, Cuba au crépuscule du castrisme

  3. Une planche de «Les glaces aux coquelicots».

    Les livres jeunesse de votre été: des vacances sur les p(l)ages ensoleillées avec «Idylle» et «Les glaces aux coquelicots»

La chronique
  • Spa, Nina Derwael et Bob Morane: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Spa

    Ce n’est pas une plaisanterie de mauvais goût quelques jours après les inondations qui ont notamment frappé la petite ville : l’Unesco a classé Spa au patrimoine de l’humanité au titre de « Grande ville d’eau d’Europe ». On dit bravo. L’eau dont il est question ici tombe du ciel, forcément. Mais elle nous revient calmement à travers les sources locales, avec un goût de fer et de rouille presque savoureux. Santé !

    Les délateurs

    A quoi nos compatriotes ont-ils consacré leur temps libre durant les longues périodes de confinement ? Il n’y a pas de quoi se réjouir, mais les champions de la délation ont trouvé de quoi s’occuper pendant l’année covid : ils ont en effet été 2.995 à renseigner le fisc en 2020 contre 1.958 l’année précédente, a-t-on appris...

    Lire la suite

  • Pour un «reset» du logiciel démocratique au Congo

    A chaque fois, on entend des déclarations fracassantes, voire des bruits de bottes. Même de bonnes idées, comme celle de confier aux confessions religieuses le soin de désigner la commission électorale indépendante, menacent de déraper. On en vient à se dire que la démocratie est un exercice qui coûte cher, mobilise toute l’attention et conduit à chaque fois le pays au bord du gouffre… Mais on sait aussi qu’à part la dictature, dont on a vu les résultats, il n’y a pas d’autre choix et que l’alternance, aussi risquée soit-elle, doit...

    Lire la suite