Le microworking, la nouvelle tendance du travail minute

Le microworking, la nouvelle tendance du travail minute

Après le télétravail, le coworking ou encore le flex office, la tendance est désormais au microworking. Une nouvelle mode qui permet d’investir n’importe quel lieu pour des petites sessions de travail.  

En attendant son train, son avion, en chemin, le soir à l'hôtel… Les travailleurs sujets à beaucoup de mobilité privilégient de plus en plus le microworking, surtout avec l'expansion de la 4G et, pour les plus chanceux, l’arrivée de la 5G. 

Des précurseurs 

Depuis 2016, en France, la SNCF a mis en place des bureaux partagés dans des dizaines de gares. L’objectif : permettre à ses usagers de travailler pendant qu'ils attendent leur train. Tablettes, prises électriques, USB, connexion wifi… Tout semble prévu pour faciliter le travail. 

Même logique à Londres, où quelques-unes des fameuses cabines téléphoniques rouges ont été modifiées et équipées notamment de scanners et d’imprimantes pour pouvoir accueillir des travailleurs. Ces cabines « Pod Works » sont accessibles par session de 20 minutes payantes ou via un abonnement mensuel. 

Au Japon, ce sont des cabines « mini-bureaux » qui ont été installées dans les couloirs du métro de Tokyo par l’entreprise Fuji Xerox. Munies d’une table, d’un ordinateur et d’une connexion Internet, elles permettent aux usagers du métro de traiter un appel ou un e-mail urgent sur le chemin du travail ou de la maison. Le Japon étant l’un des pays où le présentéisme est le plus fort, ces cabines innovantes visent aussi à encourager le télétravail. Les Japonais peuvent réserver les cabines par tranche de 15 minutes, leur utilisation étant là aussi payante.  

Et chez nous ?  

En Belgique, le temps passé en trajets domicile-travail est un véritable fléau. Selon une étude menée par SD Worx en 2018, les Belges passent en moyenne 1h20 par jour sur la route pour effectuer ces aller-retour.  

La société « Office on wheels » a décidé de lancer un concept de bus-navettes pour surfer sur la tendance du microworking. Des bus équipés du wifi, de prises électriques et, bonheur pour certains, d’une machine à café. Au départ, l’offre visait les particuliers. Mais très vite, une confrontation avec les transports publics a obligé l’entreprise à changer ses plans pour se diriger vers la location de bus aux entreprises.  

Depuis cinq mois, la société cible donc les zones industrielles, transportant des employés d’une ville à l’autre. « Maintenant on fait plus du B2B. On a un contrat avec Colruyt et un autre avec Mediahuis pour l’année prochaine, mais ça prend du temps de s’orienter vers ce nouveau marché et de trouver des possibilités de coopération », explique Geert Hoorens, chef de projet chez « Office on wheels ». 

Si le côté pratique ne nous a pas échappé, une question subsiste : et les moments de répits dans tout ça ? La limite entre vie professionnelle et vie privée risque bien de se brouiller un peu plus... 

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des heurts violents ont encore opposé manifestants et forces de l’ordre, lundi, au centre de Beyrouth.

    Liban: malgré la démission du gouvernement, la colère ne retombe pas à Beyrouth

  2. Sa plateforme de livraison à domicile a permis à Uber de sauver les meubles mais pas les emplois
: 6700 sont passés à la trappe. © Photo News / Gregory Van Gansen.

    La tech’ a licencié près de 77.000 personnes dans le monde

  3. Le drive-in, avec le confort de sa voiture et la sécurité de distanciation en ces temps de Covid, c’est «
la
» formule qui marche.

    Ça roule pour le cinéma drive-in

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Fragilité, humilité, collectivité

    Le 11 janvier dernier, il y a donc sept mois jour pour jour, la Chine enregistrait officiellement le premier décès dû au Covid. Deux mois plus tard, exactement, c’est la Belgique qui comptait son premier mort dans un hôpital bruxellois, le jour même où l’OMS déclarait que cette épidémie était en fait une pandémie.

    Sept mois, à peine, qui semblent une éternité tant nos vies ont changé depuis l’apparition de ce virus. Changé ? C’est le moins qu’on puisse écrire....

    Lire la suite