Le microworking, la nouvelle tendance du travail minute

Le microworking, la nouvelle tendance du travail minute

Après le télétravail, le coworking ou encore le flex office, la tendance est désormais au microworking. Une nouvelle mode qui permet d’investir n’importe quel lieu pour des petites sessions de travail.  

En attendant son train, son avion, en chemin, le soir à l'hôtel… Les travailleurs sujets à beaucoup de mobilité privilégient de plus en plus le microworking, surtout avec l'expansion de la 4G et, pour les plus chanceux, l’arrivée de la 5G. 

Des précurseurs 

Depuis 2016, en France, la SNCF a mis en place des bureaux partagés dans des dizaines de gares. L’objectif : permettre à ses usagers de travailler pendant qu'ils attendent leur train. Tablettes, prises électriques, USB, connexion wifi… Tout semble prévu pour faciliter le travail. 

Même logique à Londres, où quelques-unes des fameuses cabines téléphoniques rouges ont été modifiées et équipées notamment de scanners et d’imprimantes pour pouvoir accueillir des travailleurs. Ces cabines « Pod Works » sont accessibles par session de 20 minutes payantes ou via un abonnement mensuel. 

Au Japon, ce sont des cabines « mini-bureaux » qui ont été installées dans les couloirs du métro de Tokyo par l’entreprise Fuji Xerox. Munies d’une table, d’un ordinateur et d’une connexion Internet, elles permettent aux usagers du métro de traiter un appel ou un e-mail urgent sur le chemin du travail ou de la maison. Le Japon étant l’un des pays où le présentéisme est le plus fort, ces cabines innovantes visent aussi à encourager le télétravail. Les Japonais peuvent réserver les cabines par tranche de 15 minutes, leur utilisation étant là aussi payante.  

Et chez nous ?  

En Belgique, le temps passé en trajets domicile-travail est un véritable fléau. Selon une étude menée par SD Worx en 2018, les Belges passent en moyenne 1h20 par jour sur la route pour effectuer ces aller-retour.  

La société « Office on wheels » a décidé de lancer un concept de bus-navettes pour surfer sur la tendance du microworking. Des bus équipés du wifi, de prises électriques et, bonheur pour certains, d’une machine à café. Au départ, l’offre visait les particuliers. Mais très vite, une confrontation avec les transports publics a obligé l’entreprise à changer ses plans pour se diriger vers la location de bus aux entreprises.  

Depuis cinq mois, la société cible donc les zones industrielles, transportant des employés d’une ville à l’autre. « Maintenant on fait plus du B2B. On a un contrat avec Colruyt et un autre avec Mediahuis pour l’année prochaine, mais ça prend du temps de s’orienter vers ce nouveau marché et de trouver des possibilités de coopération », explique Geert Hoorens, chef de projet chez « Office on wheels ». 

Si le côté pratique ne nous a pas échappé, une question subsiste : et les moments de répits dans tout ça ? La limite entre vie professionnelle et vie privée risque bien de se brouiller un peu plus... 

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur les conseils de ses cardiologues, Christian Eriksen a choisi de se faire implanter d’un défibrillateur automatisé, un stimulateur cardiaque amélioré.

    Christian Eriksen: un défibrillateur implantable pour relancer un cœur à l’arrêt

  2. Avant la fuite, certains élèves avaient déjà passé l’épreuve lundi et mardi. C’est certainement de là que viendrait la bavure.

    Une nouvelle fuite ébranle le CE1D

  3. SOCCER EURO2020 GAME 2 RED DEVILS VS DENMARK (2)

    Danemark – Belgique: l’émouvant hommage des équipes à Christian Eriksen (vidéo)

La chronique
  • La chronique «Enjeux» sur la menace extrémiste: le mieux n’est jamais certain

    Dorothy Thompson était correspondante du New York Post à Berlin dans les années 1930. Elle fut aussi la première journaliste américaine expulsée par le régime nazi, en août 1934, car elle n’avait aucune illusion sur les intentions d’Adolf Hitler, alors que d’autres prônaient l’apaisement et l’accommodement. Son jugement des accords de Munich en 1938 fut sans appel : « ceux qui, parmi nous, connaissent le sort que les autorités nazies réservent aux minorités savent que cet accord débouchera ouvertement sur l’établissement du règne de la terreur, écrivait-elle le 2 octobre 1938 dans le New York Herald Tribune. Cette paix a été fondée sur l’illégalité et elle ne pourra se maintenir que par l’illégalité. Elle a été fondée sur la dictature et elle ne pourra se maintenir que par la dictature. Elle a été fondée sur la trahison et elle ne pourra se maintenir que par la trahison ».

    Une prédisposition à l’inhumanité

    En août 1941, elle publiait dans Harper’s Magazine une...

    Lire la suite

  • Joe Biden et Vladimir Poutine tentent la désescalade

    Une poignée de main et des sourires, c’est un bon début. Après des mois de tensions entre les Etats-Unis et la Russie, place à la désescalade. La première rencontre entre les présidents des deux grandes puissances, mercredi à Genève, a permis d’avancer sur plusieurs dossiers et même d’en débloquer certains dont celui du retour des ambassadeurs dans les deux capitales. Et surtout de calmer le jeu ; du moins en apparence comme sur la cybersécurité par exemple, mais pas sur les droits humains. Poutine a qualifié l’entrevue de « ...

    Lire la suite