Le coworking, la nouvelle normalité ?

Le coworking, la nouvelle normalité ?

L’augmentation du nombre de freelances et de travailleurs à distance s’accompagne du développement accru des espaces de coworking. D’après une étude récente, d’ici 2022, on en comptera quelque 30.000 dans le monde. Il faut dire que le modèle favorise le bien-être et donc la motivation.

11% seulement des coworkers se déclarent stressés au travail, contre 18% pour les travailleurs n’ayant jamais travaillé dans ce type d’environnement. Plus des deux-tiers des adeptes du coworking ou du flex office affirment par ailleurs constater un effet positif de leur espace de travail sur leur engagement.


Le concept semble surtout plaire aux Millennials. Au Royaume-Uni par exemple, ils représentent 65% de l’ensemble des coworkers, les 30-39 ans comptant à eux seuls pour 37% de cette population.


Mais comment expliquer ce succès du coworking ? Qu’est-ce que ces espaces de travail ont de plus que leurs aînés, les fameux centres d’affaires nés dans les années 80 ? Entièrement meublés et équipés, ces derniers accueillent, eux aussi, des utilisateurs de bureaux pour une période limitée. Mais leur mission s’arrête là, alors que pour les espaces de coworking, la dimension sociale et relationnelle est primordiale.

Pour un quart des coworkers, leur vraie valeur ajoutée, c’est la facilité qu’ils offrent de nouer des contacts et de travailler en réseau. Près de 60% d’entre eux ont d’ailleurs choisi leur lieu de travail pour l’atmosphère qui s’y dégage, ainsi que pour les interactions possibles avec les autres coworkers. Moins de 40% privilégient les infrastructures.


Attention cependant, cela ne veut pas dire que ces infrastructures n’importent pas. Elles sont juste une évidence pour un espace de coworking. Priorité numéro 1 pour plus de 9 coworkers sur 10 : l’accès à un réseau wifi sécurisé, loin devant l’accès à des outils d’impression ou de vidéo conférence par exemple.

Reste maintenant à savoir comment évoluera le concept. Le terme “espaces de coworking” sera-t-il encore utilisé dans 10 ou 15 ans ? Difficile à dire. Une chose est sûre, la mutation a d’ores et déjà commencé. Les grands open spaces, qui accueillaient les coworkers au milieu des années 2000, laissent progressivement place à des espaces de bureaux flexibles, alliant zones de coworking, salles de réunion, cafétéria et bureaux privés.

Source : https://www.raconteur.net/infographics/rise-of-the-co-workers

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les théories du complot ont une fonction «anxiolytique»: elles nous rassurent et nous donnent l’illusion de maîtriser ce qui n’est pas maîtrisable.

    Vaccins: la dose toxique du complot

  2. Alexander De Croo

    Sport, maisons de repos, fêtes de fin d'année: ce qu'on peut faire et ne pas faire

  3. Sept centres Covisan ont été mis en place à Paris et trois en banlieue.

    Paris, moins rouge que la verte province!

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «La vulnérabilité hydrique ou la nécessité de repenser une continuité entre le logement et les espaces publics»

    Avez-vous jamais pensé au nombre de fois que vous avez utilisé de l’eau dans une journée ? À cette gourde que vous avez remplie avant de préparer votre sac ? À cette casserole d’eau mise à bouillir pour des pâtes ou du riz ? À cette vaisselle quotidienne ? À ces quatre ou cinq chasses d’eau tirées chaque jour ? À ce brossage de dents ? Au linge lavé en machine ? À cette douche prise pour vous sentir fraîche/frais et prête/prêt à vous lancer dans la rue ou plonger dans le sommeil ?

    Pour ces multiples usages, les Belges, qu’ils soient riches ou pauvres, consomment chez eux 95 litres d’eau en moyenne par jour et par personne. De cette petite centaine de litres, environ 75 % va à la trilogie « soin du corps, lavage du linge et utilisation des toilettes ». En volume, les usages de l’eau concernent donc avant tout l’intimité, la relation « de soi à soi ».

    La Belgique plutôt bien outillée mais…

    En Belgique, le...

    Lire la suite

  • Courageux. Responsable. Collectif: la situation sanitaire l’impose

    C’est très courageux et hyper responsable. Sans fausse note – apparente –, les dirigeants politiques ont pris les décisions que la réalité sanitaire imposait. Avec pour seul objectif la crise de la santé. Et sur un seul constat : nous sommes toujours en pleine tempête.

    Ce n’est pas une obsession, c’est l’évidence : tant que le virus sera là, rien ne peut reprendre, ni l’économie, ni la vie normale, ni la vie sociale. Parce que le virus, c’est la maladie et encore aujourd’hui à un taux...

    Lire la suite