Le coworking, la nouvelle normalité ?

Le coworking, la nouvelle normalité ?

L’augmentation du nombre de freelances et de travailleurs à distance s’accompagne du développement accru des espaces de coworking. D’après une étude récente, d’ici 2022, on en comptera quelque 30.000 dans le monde. Il faut dire que le modèle favorise le bien-être et donc la motivation.

11% seulement des coworkers se déclarent stressés au travail, contre 18% pour les travailleurs n’ayant jamais travaillé dans ce type d’environnement. Plus des deux-tiers des adeptes du coworking ou du flex office affirment par ailleurs constater un effet positif de leur espace de travail sur leur engagement.


Le concept semble surtout plaire aux Millennials. Au Royaume-Uni par exemple, ils représentent 65% de l’ensemble des coworkers, les 30-39 ans comptant à eux seuls pour 37% de cette population.


Mais comment expliquer ce succès du coworking ? Qu’est-ce que ces espaces de travail ont de plus que leurs aînés, les fameux centres d’affaires nés dans les années 80 ? Entièrement meublés et équipés, ces derniers accueillent, eux aussi, des utilisateurs de bureaux pour une période limitée. Mais leur mission s’arrête là, alors que pour les espaces de coworking, la dimension sociale et relationnelle est primordiale.

Pour un quart des coworkers, leur vraie valeur ajoutée, c’est la facilité qu’ils offrent de nouer des contacts et de travailler en réseau. Près de 60% d’entre eux ont d’ailleurs choisi leur lieu de travail pour l’atmosphère qui s’y dégage, ainsi que pour les interactions possibles avec les autres coworkers. Moins de 40% privilégient les infrastructures.


Attention cependant, cela ne veut pas dire que ces infrastructures n’importent pas. Elles sont juste une évidence pour un espace de coworking. Priorité numéro 1 pour plus de 9 coworkers sur 10 : l’accès à un réseau wifi sécurisé, loin devant l’accès à des outils d’impression ou de vidéo conférence par exemple.

Reste maintenant à savoir comment évoluera le concept. Le terme “espaces de coworking” sera-t-il encore utilisé dans 10 ou 15 ans ? Difficile à dire. Une chose est sûre, la mutation a d’ores et déjà commencé. Les grands open spaces, qui accueillaient les coworkers au milieu des années 2000, laissent progressivement place à des espaces de bureaux flexibles, alliant zones de coworking, salles de réunion, cafétéria et bureaux privés.

Source : https://www.raconteur.net/infographics/rise-of-the-co-workers

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS AFTERMATH KING INFORMATOR (2)

    Négociations fédérales: la crise de trop

  2. Ce lundi, le Roi a refusé la démission des deux préformateurs, Egbert Lachaert (VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Quarante-huit heures pour sauver la Vivaldi...

    Négociations fédérales: les deux scénarios en cas d’échec de la Vivaldi

  3. Le refus d’inscription touche notamment le paramédical en raison de la difficulté d’organiser des stages pour tous.

    Enseignement supérieur: le refus d’inscription en haute école est illégal

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: le barbu

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite