Ils ont quitté la banque pour lancer leur boîte de vélos

Ils ont quitté la banque pour lancer leur boîte de vélos

C’est en 2015 que Philippe Lefrancq et son partenaire Frédéric Mertens ont décidé de s’éloigner de la banque pour fonder Ahooga. En 4 ans, la société, qui produit et vend des vélos électriques nouvelle génération, a déjà remporté 6 prix, dont plusieurs hors de nos frontières. Histoire d’une reconversion réussie.

Philippe, qu’est-ce qui vous a poussé à quitter la banque pour vous lancer ?

Au total, j'ai fait 16 ans dans l'univers bancaire. J'ai commencé à la Bank of New York et, une fois que j'avais mis le pied dedans, c'était difficile d'en sortir. La seule solution, c'était de monter ma propre affaire.

Il y avait clairement dans mon ADN une volonté de faire quelque chose qui servait la société, et que je ne retrouvais pas dans l'univers bancaire. Sans cracher dans la soupe, parce que j'ai quand même vécu de très belles années dans cet univers-là. Donc c'est une sorte d'énergie, puisque le sens n'y était pas, couplée à l'approche de la crise de la quarantaine, qui a motivé le pas.

Est-ce que c’était un cheminement difficile ?

Je n’en étais pas à ma première tentative, j'avais eu des projets de court-métrage, d'édition numérique, donc le vaisseau manquait mais l'attitude et l'envie étaient là depuis longtemps. Et quand je travaillais dans les boîtes, j'avais une entière autonomie donc ça fonctionnait comme une boîte dans une boîte.

On était deux aussi au moment de se lancer donc il y a une énergie qu'on partage. Il y a des étapes dans la construction de l’entreprise qui ont été décisionnelles. On a réussi à faire ça, alors on peut passer à l'étape suivante. Donc la décision de démarrer, elle a été immédiate. La décision de lâcher tout le reste, elle s’est faite par étape, par validation de notre projet.

J’ai pu le faire en m'appuyant sur les interruptions de carrière, le temps partiel, etc. Ça vous permet quand même de garder un petit peu de sécurité, parce que quand on se lance, on n'a jamais la certitude que ça va marcher et qu'on va pouvoir en vivre.

Quel bilan après 4 ans ?

Je n'ai aucun regret, parce qu'on a accompli des choses qui font du sens, donc l'objectif principal a été rempli. On a encore beaucoup de choses à accomplir, on est dans un projet de ville heureuse donc il ne suffit pas de faire des vélos, il faut convaincre les gens de les utiliser au quotidien. À ce niveau-là, il y a encore énormément de travail à faire, puisqu’une mince partie de la population utilise son vélo au quotidien.

L'inconvénient, c'est que c'est un volume d'heures de travail par semaine complètement inhumain. La phase de démarrage dure quand même un petit temps. Là, l'entreprise a 4 ans, et la même énergie est toujours nécessaire au quotidien. Il y a le lancement, et puis quand vous êtes plus ou moins installé, vous n'êtes pas les seuls sur ce marché. Il faut pouvoir aller de l'avant.

Des difficultés dont il faut être conscient quand même ?

Il y a des surprises mais l'avantage de faire ça avec 16 ans d’expérience professionnelle derrière soi, c’est qu’on a déjà croisé pas mal de situations. Donc de ce côté-là, pas de mauvaises surprises.

Votre vie privée en prend un sacré coup, ça c'est indéniable. Mais il y a différentes étapes dans la création d'une entreprise. Plus votre entreprise grandit, plus il y a des gens autour de vous sur lesquels vous pouvez vous appuyer. Vous n'êtes plus le seul à tout devoir tirer en avant, avec une énergie incroyable. Financièrement aussi, c'est moins confortable. Pour que ça fonctionne, vous n'hésitez pas à ne pas vous payer pendant quelques mois. Mais, dans notre projet, il y avait clairement eu une réflexion sur le côté surconsommation, donc ça allait bien avec notre vision d'aller vers moins de consumérisme.

Un conseil pour ceux qui penseraient à suivre votre voie ?

Il faut avoir l'humilité de ne pas vouloir faire ça tout seul, et pour le choix de sa/son/ses partenaire(s), il faut passer du temps. C'est comme un mariage, il faut trouver la/les bonne(s) personne(s). Il faut de la complémentarité, parce que dans une petite boîte, on fait tout ce que vous retrouvez dans les différents départements d'une grande boîte. Il y a la compta, il y a les ressources humaines, il y a du développement, etc.

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ostende a accueilli beaucoup de monde ce week-end. Des mesures sont déjà prises pour passer un bon week-end du 15 août.

    Forte affluence et bagarre: comment la Côte s’est barricadée en 24 heures

  2. Le site archéologique est déserté par les visiteurs étrangers.

    Pompéi somnole en attendant les touristes disparus

  3. SOCCER JPL DAY 01 KV MECHELEN VS RSC ANDERLECHT

    Les bulletins des Mauves à Malines: Doku a pris sa revanche, Zulj n’a pas saisi sa chance

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Premier faux pas pour la commission Covid

    En plein mois d’août, le président de la « commission spéciale en charge d’examiner la gestion de l’épidémie de Covid-19 par la Belgique » a décidé de réunir ses troupes pour entamer les travaux, avec un premier échange de vues avec les experts. Une séance de plus de trois heures qu’on peut qualifier de raté au démarrage.

    Réunion improvisée

    Le péché originel, c’était la convocation de cette réunion...

    Lire la suite