J’ai rêvé d’une « Rambla » pour entrepreneurs à Bruxelles

J’ai rêvé d’une « Rambla » pour entrepreneurs à Bruxelles

Ceux qui entreprennent et lancent des startups aujourd’hui n’ont probablement pas connu les autoroutes urbaines qui permettaient de nous déposer au centre-ville de Bruxelles depuis Gand ou Namur en un minimum de temps. Je me souviens également d’un immense parking à ciel ouvert juste devant la gare centrale et les hubs BeCentral et Co.Station. 

Pourquoi cela n’est plus possible et/ou tolérable aujourd’hui ?  

Tout simplement parce que le secteur automobile vend 500.000 nouvelles autos chaque année et que nous avons près de 5.900.000 autos particulières sur nos routes. Laisser rentrer ce type de mobilité n’est plus acceptable aujourd’hui au niveau financier, santé et technique. 

Comment faire pour bouger et entreprendre alors ? 

La toute première question qu’il est intéressant de se poser le matin est la suivante : suis-je vraiment obligé de me déplacer au bureau ce matin avec une voiture d’une tonne dans les embouteillages ? N’y a-t-il pas d’autres solutions pour entreprendre, prospecter, garder le contact ou animer une équipe ?  

Si la réponse est :  j’ai besoin de voir et « sentir » mon équipe pour atteindre l’objectif, alors déplaçons nous de façon intelligente, agréable, légère et rapide. Bruxelles travaille sur un nombre important de nouveaux espaces, de nouveaux quartiers. Elle redynamise les casernes (u-square) ou crée de nouveaux espaces (Delta) au sein des 19 communes.  Cela va permettre de concentrer certaines compétences, de créer de l’habitat, de garder les talents et les jeunes dont nous avons besoin dans cette belle ville.  

Si j’analyse au niveau mondial et européen les écosystèmes qui fonctionnent bien, ce ne sont pas forcément les écosystèmes fermés. Ce ne sont pas toujours des écosystèmes où tout le monde parle la même langue, fait les même études ou code de la même façon. 

Où trouve-t-on la population la plus internationale, muticulturelle, jeune et ouverte sur le monde ?  

C’est là que j’arrive avec mon rêve de « Rambla ». Je trouve que le centre-ville de Bruxelles offre cette multitude de profils de type startups, grow-up, scaleups, corporate , coworking, organisations publiques, shopping centers, espaces culturels et touristiques. 

La Rambla est une avenue emblématique de Barcelone qui relie la place de Catalogne, centre névralgique de la ville, au port où se dresse la colonne de Christophe Colomb. L'ensemble mesure 1,2 km de long. La promenade est particulièrement fréquentée, aussi bien le jour que la nuit. Elle est jalonnée de petits kiosques de presse, de marchands de fleurs, de bars, de restaurants, de mimes, de commerces et de vendeurs ambulants.  

Et si les boulevards du centre devenaient vraiment cette Rambla ?  

La ville de Bruxelles nous dit que la zone piétonne du centre-ville de Bruxelles élargie passera de 28 à 50 hectares et englobera désormais une grande partie du boulevard Anspach, ainsi que les places de Brouckère, Bourse et Fontainas.  

Le projet prévoira la mise en place de plus de 3.000 m² d’espaces verts sur ce piétonnier, d’un système qui permettra de récupérer l’eau de pluie sur les zones de promenade, de bancs munis de peinture anti-graffiti, de fontaines d’eau potable, de poubelles intelligentes, d’un éclairage public LED ainsi que de 1000 places de parking pour vélos. 

Dans quel but ? 

Améliorer la santé de la population en réduisant la pollution de l’air, le bruit et le stress liés à la circulation. Mais aussi apaiser la ville en favorisant les activités culturelles et l’animation au sens large; l’embellir en réaménageant l’espace public, en recréant de vraies places publiques, en rénovant les façades des immeubles remarquables et en harmonisant les enseignes des commerces; la verduriser, en passant de 200 à 3.250 m² de verdure, sans compter les 9.000 m² du parc Fontainas… Enfin, l’objectif est aussi de redynamiser l'activité économique du centre comme cette initiative de 1000m2 du nom de Brussels Mobility Store installée à la place de la Grande Récré au sein de la galerie Anspach. 

Fabian Maingain échevin des affaires économiques de la ville de Bruxelles ajoute également que : « le projet du piétonnier va ’cristalliser’ toutes les initiatives économiques privée-publiques, architecturales et entrepreneuriales du grand Bruxelles ».  

D’après moi le centre-ville va réellement redevenir l’épicentre du pays et des 19 communes de Bruxelles. Chaque commune a essayé de créer son petit écosystème, a installé sa « tour », son shopping center, sa mini Grand Place. Chaque commune a fait concurrence à sa voisine, même les villes périphériques comme Waterloo, Overijse ont fait la même chose. Si pour les 3 prochaines années nous nous concentrons sur cette « Rambla du nord », nous réussirons à créer un écosystème urbain, ouvert, connecté où toutes les fonctions de la ville seront disponibles de l’école aux banques, en passant par les institutions internationales, les centres d’entreprises, les cafés et les pme. 

Il n’y a pas que les startupeurs qui travaillent 24/7 qui aiment prendre un café ou manger une pizza à 4h de l’après-midi du côté Grand Place ! 

Sur le même sujet
Avis d'expertMobilité
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200519-GG8AAK 2020-07-21 18:57:50

    En Wallonie et à Bruxelles, la deuxième vague va surpasser la première dans les hôpitaux

  2. Qu’est-ce qui a rendu possible le scénario catastrophe que la Belgique a connu au cours de la première vague de la pandémie de covid
?

    Maisons de repos: le plan pandémie dont personne ne se souvenait

  3. B9724675904Z.1_20200922174905_000+GJQGNMJ8E.1-0

    La saga ZenTech n’est pas terminée: l’État n’a toujours pas payé

La chronique
  • Le magazine Wilfried se lance en Flandre: «Belgophile, et alors?»

    Comprendre et ne pas juger, c’est la philosophie du magazine Wilfried. Mais la nouvelle originalité désormais de ce projet rédactionnel, c’est qu’il n’y a pas un mais deux Wilfried, l’un en français, l’autre en néerlandais pour un produit « half en half » comme le dit François Brabant, le rédacteur en chef de l’ » aile » francophone. Après «  Wilfried raconte la Belgique », voici donc «  Wilfried, de raconteur van België » avec 50 % environ de textes communs.

    Ce magazine a vu le jour en juin 2017, à l’initiative du journaliste François Brabant, connu notamment pour un livre qui a fait date sur le PS liégeois et ses talents de conteur de coulisses. Son idée : faire du format long, en interview et en reportage, par écrit et en photos, à raison de quatre éditions par an. Outre la grande qualité du contenu et du contenant, le magazine – qui doit son nom à Wilfried...

    Lire la suite

  • Notre santé jouée au poker: confiner ou pas, attendre ou pas?

    Qui sommes-nous pour pousser ou pas à un reconfinement ? La période inouïe que nous traversons incite à la modestie et à la prudence. Les responsables politiques n’ont par contre, eux, pas le choix : les chiffres actuels laissent penser que la première semaine de novembre, les images de malades empilés dans les couloirs des hôpitaux ou transférés en catastrophe vers d’autres pays proviendront de Belgique et en particulier de Wallonie et de Bruxelles. De chez nous !

    ...

    Lire la suite