Hoplr: le Facebook des voisins peine à conquérir la Wallonie

Hoplr: le Facebook des voisins peine à conquérir la Wallonie

Hoplr est souvent défini comme le Facebook des voisins, avec 250.000 familles dans quelque 900 quartiers. A raison ? On a posé trois questions à Gaële Poncelet, porte-parole du réseau social qui veut remettre l’humain au centre des interactions. 

Quelles différences y a-t-il entre Hoplr et Facebook ?  

Contrairement à Facebook, nous avons voulu humaniser et désanonymiser les réseaux sociaux. Ce réseau est très large et n’importe qui peut accéder à n’importe quoi. Sur Hoplr, on sait qu’on s’adresse uniquement aux habitants du quartier. C’est un réseau fermé et géographiquement limité, uniquement pour les habitants de cette zone, dont les adresses sont vérifiées. C’est la garantie de savoir à qui on parle.  

L’idée était de recréer de la bienveillance au niveau des quartiers, de promouvoir la cohésion sociale et les liens. Facebook a créé des liens avec des gens du monde entier, mais qu’on ne voit pas. Hoplr fait le contraire et fait en sorte que les citoyens repassent la porte et s’entraident, créent une synergie. Lors d’une enquête, on a ainsi vu que 30% des répondants ont rencontré leurs voisins grâce à Hoplr.  

Comment s’inscrit-on à Hoplr, comment sont créés les quartiers ?  

Hoplr est gratuit pour le citoyen. Les communes paient une licence pour accéder à une deuxième plateforme distincte. Ces autorités peuvent y diffuser des informations auprès des citoyens mais tout le reste leur est inaccessible.  

La première plateforme est uniquement pour le citoyen, c’est l’espace local entre eux. Verre entre voisins, activité vélo… ou quand il y a une discussion « touchy » sur un aspect de quartier, la discussion peut ainsi y être totalement libre. Un habitant peut aussi directement créer son quartier.  

Hoplr

Hoplr fonctionne bien en Flandre et à Bruxelles, moins en Wallonie. Y a-t-il des craintes ?

Le réseau fonctionne bien en Flandre, où il est né il y a quatre ans. Il est bien développé au niveau des citoyens, des communes, il y en a beaucoup plus aussi. A Bruxelles, et en Wallonie surtout, où on est arrivé il y a un peu plus d’un an, le processus est plus en retard. La Wallonie est moins prête à la digitalisation numérique, à la smart city. Certaines administrations commencent à peine à mettre en place une page Facebook par exemple.  

Attention, tout n’est pas noir pour autant, il y en a d’autres qui se rendent compte de l’importance de l’interaction et de la participation citoyenne. Et il n’y a aucun rapport avec la taille de la ville ou de la commune. La crainte, ce serait d’avoir beaucoup trop d’interpellations citoyennes, que ça ne soit pas gérable parce que ça marche « trop bien ». Un peu l’esprit Facebook, la peur du négatif. Or, la communauté Hoplr est différente, et l’expérience le montre bien, c’est toujours positif et constructif. 

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Platja d’Aro, près de Girona.

    Retour au confinement: la Belgique sur ses gardes

  2. Dans le monde entier, les scientifiques s’activent pour trouver le moyen de guérir ou prévenir le coronavirus.

    Immunité: comment l’organisme se défend contre le coronavirus

  3. Emmanuel Marill, directeur France et Belgique de l’entreprise américaine Airbnb, a licencié entre 20 et 25
% de ses effectifs.

    Les habitudes des Belges sur AirBNB: la campagne a la cote

La chronique
  • Lettre d’Europe: la pandémie s’éloigne, les questions climatiques restent

    Que la pandémie s’éloigne effectivement ou que les Européens s’habituent simplement à vivre avec elle, une chose est sûre : la lutte contre le changement climatique et ses conséquences dévastatrices sur nos vies reste notre plus grand défi.

    À Bruxelles, la Pologne va trouver sur la table des négociations le problème du CO2 car certains pays de l’Union européenne veulent que le Fonds pour une transition juste (avec, à la clé, 8 milliards d’euros pour la Pologne) soit accordé uniquement si Varsovie adhère à l’objectif européen de neutralité carbone fixé à 2050. Si, en décembre dernier, le gouvernement polonais est parvenu à retarder la décision, de nombreuses capitales européennes veulent aujourd’hui subordonner l’accord budgétaire à une décision claire de la Pologne sur la politique climatique communautaire.

    Cracovie la plus polluée

    Pourquoi, en Pologne, où près de la moitié de la...

    Lire la suite

  • Vacances, j’oublie tout? Euh non…

    À défaut de vaccin, voici donc une piqûre de rappel venue de Catalogne, mais aussi de Lombardie et de Vénétie : notre été 2020 n’est pas livré à l’insouciance mais sera en liberté surveillée. Avec plus que jamais dans les valises, outre les crèmes solaires, un indispensable sens des responsabilités pour ceux et celles qui décident de quitter leur domicile pour voyager en Belgique ou à l’étranger, mais aussi l’extrême vigilance des autorités publiques. Il faut en effet être assuré qu’un processus automatique et sans faille se déclenche...

    Lire la suite