Hoplr: le Facebook des voisins peine à conquérir la Wallonie

Hoplr: le Facebook des voisins peine à conquérir la Wallonie

Hoplr est souvent défini comme le Facebook des voisins, avec 250.000 familles dans quelque 900 quartiers. A raison ? On a posé trois questions à Gaële Poncelet, porte-parole du réseau social qui veut remettre l’humain au centre des interactions. 

Quelles différences y a-t-il entre Hoplr et Facebook ?  

Contrairement à Facebook, nous avons voulu humaniser et désanonymiser les réseaux sociaux. Ce réseau est très large et n’importe qui peut accéder à n’importe quoi. Sur Hoplr, on sait qu’on s’adresse uniquement aux habitants du quartier. C’est un réseau fermé et géographiquement limité, uniquement pour les habitants de cette zone, dont les adresses sont vérifiées. C’est la garantie de savoir à qui on parle.  

L’idée était de recréer de la bienveillance au niveau des quartiers, de promouvoir la cohésion sociale et les liens. Facebook a créé des liens avec des gens du monde entier, mais qu’on ne voit pas. Hoplr fait le contraire et fait en sorte que les citoyens repassent la porte et s’entraident, créent une synergie. Lors d’une enquête, on a ainsi vu que 30% des répondants ont rencontré leurs voisins grâce à Hoplr.  

Comment s’inscrit-on à Hoplr, comment sont créés les quartiers ?  

Hoplr est gratuit pour le citoyen. Les communes paient une licence pour accéder à une deuxième plateforme distincte. Ces autorités peuvent y diffuser des informations auprès des citoyens mais tout le reste leur est inaccessible.  

La première plateforme est uniquement pour le citoyen, c’est l’espace local entre eux. Verre entre voisins, activité vélo… ou quand il y a une discussion « touchy » sur un aspect de quartier, la discussion peut ainsi y être totalement libre. Un habitant peut aussi directement créer son quartier.  

Hoplr

Hoplr fonctionne bien en Flandre et à Bruxelles, moins en Wallonie. Y a-t-il des craintes ?

Le réseau fonctionne bien en Flandre, où il est né il y a quatre ans. Il est bien développé au niveau des citoyens, des communes, il y en a beaucoup plus aussi. A Bruxelles, et en Wallonie surtout, où on est arrivé il y a un peu plus d’un an, le processus est plus en retard. La Wallonie est moins prête à la digitalisation numérique, à la smart city. Certaines administrations commencent à peine à mettre en place une page Facebook par exemple.  

Attention, tout n’est pas noir pour autant, il y en a d’autres qui se rendent compte de l’importance de l’interaction et de la participation citoyenne. Et il n’y a aucun rapport avec la taille de la ville ou de la commune. La crainte, ce serait d’avoir beaucoup trop d’interpellations citoyennes, que ça ne soit pas gérable parce que ça marche « trop bien ». Un peu l’esprit Facebook, la peur du négatif. Or, la communauté Hoplr est différente, et l’expérience le montre bien, c’est toujours positif et constructif. 

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20210510-GMLDK3 2021-05-10 13_20_57

    Déconfinement: les coulisses du plan «été» du Comité de concertation

  2. Voici, entre autres, ce qu’on pourra voir à nouveau à partir du 9 juin, en intérieur, avec maximum 4 personnes par table, sauf membres d’un même foyer, et une distance de 1,5 mètre entre les tablées, tout cela entre 8 heures et 22 heures.

    Voici le calendrier du déconfinement, à partir du 9 juin

  3. Vax PhotoN

    Vaccins: vers des doses moins espacées

La chronique
  • La «Lettre de la City»: à Jersey, tempête sur un paradis fiscal

    Par Marc Roche

    Saint-Hélier, somme toute la très banale « capitale » de l’île anglo-normande de Jersey, respire la tranquillité et le bonheur. King Street aligne les mêmes enseignes commerciales que les artères marchandes des petites villes anglaises. Des dames aux cheveux blancs font les mots croisés du Jersey Evening Post dans l’un des nombreux salons de thé d’une bourgade où il ne se passe jamais rien.

    Et soudain, deux canonnières de la Royal Navy, des matelots en armes, une flottille de pêcheurs normands en colère, oriflammes, clameurs et fumigènes et, pour couronner le tout, un patrouilleur de la marine française. C’était le 6 mai à l’entrée du principal port de cette île de 186 km2 et de 90.000 habitants posée à quelques encablures de Cherbourg. Sursaut de la conscience nationale, ferveur patriotique, fantasmes de grandeur retrouvée, volonté de démontrer de quel métal les peuples britannique et français sont faits… la confrontation de vingt-quatre heures a été un peu de tout cela.

    Pourtant, le bras de fer franco-britannique n’avait rien,...

    Lire la suite

  • Un coronapass européen et que ça saute! C’est pas gagné...

    Dans une Union européenne où tout projet concret prend un temps fou, voilà qu’il est question de mettre au point pour l’été un pass permettant aux Européens de voyager d’un pays à l’autre. Et nous sommes… le 11 mai.

    Voilà donc qu’en quelques semaines, l’Union serait capable de définir les conditions d’octroi, de trancher sur la gratuité des tests, de cadrer le cas « Spoutnik », d’organiser la circulation des données et de mettre le document (digital et papier) en place ? Le tout dans...

    Lire la suite