Des guildes aux tribus, l’agilité selon Spotify

Des guildes aux tribus, l’agilité selon Spotify

 Musique, gloire et résultats mitigés 

Avec 40 % de parts de marché, le service de streaming au nom qui ne veut rien dire revendique 100 millions d’abonnements payants, devant Apple Music et ses 50 millions de fidèles. Son succès, la licorne nordique le doit à des algorithmes intelligents — bientôt des playlists « à l’ADN » — et à son vaste catalogue. Pourtant, malgré un premier bénéfice, Spotify n’est pas (encore) rentable et accumule les pertes.  

Pour les observateurs, la faute à un modèle économique dans lequel les montants versés aux ayants droit pèsent lourd, les « payants » rapportent peu (5,30 euros en 2017) et la part du gratuit reste trop élevée. Sur le plan humain, la musique est un peu différente : le groupe suédois joue une partition louée pour son incroyable agilité

Innovation managériale 

Avec plus de 3 000 employés, Spotify se distingue par son modèle d’organisation, en particulier au cœur du siège de Stockholm. Dans un contexte de croissance rapide à tous les niveaux — jusqu’à trois recrues par jour en 2016 —, la structure a choisi ses combats pour répondre aux défis. « Notre façon de travailler est unique, mais certainement pas parfaite », déclarait Katarina Berg, Directrice RH.  

« Le challenge ? Attirer les bons talents et maîtriser l’innovation, l’agilité et notre culture. » Loin des structures pyramidales, la licorne suédoise se déploie à l’horizontale, dans un format où chacun connaît son rôle : des managers-développeurs pour rester connectés au réel, mais surtout une subdivision en groupes (pour 60 % des employés), de l’escouade à la tribu, en passant par la guilde.

L'agilité selon Spotify

 
Une somme de mini start-up 

Les escouades sont des équipes d’au plus 12 employés, agissants comme une vraie start-up : méthodes agiles, comme scrum ou kanban, et surtout une pleine autonomie pour concevoir, développer, tester et lancer en production. Les tribus ? Un ensemble d’escouades (40 à 130 personnes) actives dans des domaines connexes.  

Plusieurs tribus forment une alliance, alors que les sections sont de petites familles regroupant des compétences similaires. Restent les guildes, à savoir une communauté plus organique et décloisonnée, qui permet de partager transversalement des connaissances, des outils ou des pratiques : les codeurs iOS, les spécialistes Java, etc. 

La culture, plutôt que la performance 

Plusieurs principes guident le modèle Spotify. Premier d’entre eux : le partage actif et collectif de la mission d’entreprise, entre autres grâce à la diffusion live des grands meetings. Le recrutement vise les talents en phase avec la culture, avant de se concentrer sur leurs compétences. Autre leitmotiv ? Expérimenter avec responsabilité, oser avec confiance et échouer vite pour en tirer les leçons.  

Le feedback et le coaching individuel sont cruciaux, au détriment de la gestion de la performance : ainsi les entretiens de développement concernent l’avenir à 70 %, un peu le présent, mais très peu le passé (10 %). Sans oublier, la valorisation du talent et une révision salariale annuelle. Un modèle qui n’aurait pas laissé indifférent un certain… Steve Jobs

 

Retrouvez-nous aussi sur la page Facebook de Génération Le Soir

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus Yves Van Laethem
: «
L’ECDC avait un rôle à jouer (…) mais l’Europe n’est pas une Europe de la santé
».

    Commission spéciale Covid: «L’Europe avait un rôle à jouer dans la gestion de la crise»

  2. A l’instar de ses confrères, le Champion s’est adapté à la nouvelle donne sanitaire.

    Les pubs anglais, victimes collatérales du coronavirus

  3. d-20200712-GGZL6G 2020-07-12 19:10:13

    Google devient diffuseur d’offres d’emploi

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: le barbu

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite