Êtes-vous plutôt leader ou manager ?

Êtes-vous plutôt leader ou manager ?

Beaucoup de flou entoure les termes de leader et de manager. Ils sont même souvent utilisés l’un pour l’autre. Pourtant, les deux fonctions sont radicalement différentes.

Deux formes de légitimité

Première distinction : leur légitimité. Le manager est officiellement chef de groupe. Son statut, octroyé par la direction, fait de lui un supérieur, alors que le leader, lui, dispose plus d’une autorité informelle. Une autorité que l’équipe qu’il supervise lui reconnaît, lui concède volontairement.

Résultat, le premier évolue dans une hiérarchie verticale classique alors que le second s’inscrit davantage dans une hiérarchie horizontale. “De temps en temps, ce sont les compétences de manager qui sont les plus importantes et parfois ce sont les compétences de leader qui le sont. On vit dans un monde où le côté management est la partie invisible de l’iceberg. ”, explique Vincent Giolito, chercheur à la Solvay Brussels School.

L’un gère, l’autre inspire

Le manager est le garant des objectifs, des délais et du budget à court et moyen terme. Sa mission est d’organiser le quotidien. Et pour ça, il prend des décisions en s’appuyant sur les procédures existantes. C’est à l’opposé du rôle du leader qui propose, lui, une vision unique et inspirante pour atteindre ces objectifs. Sa personnalité et ses initiatives stimulent l’innovation. “ Le leadership donne du sens, le management donne un cadre ”, résume Vincent Giolito.

Les deux fonctions sont intimement liées évidemment mais, depuis quelques années, le leadership a particulièrement la cote auprès des travailleurs. “ Le modèle d’il y a 20, c’était le modèle bureaucratique, le modèle des managers, poursuit le chercheur. On entrait dans une boîte qui donnait un salaire, des garanties. L’exigence de leadership est relativement récente, elle a émergé il y a une dizaine d’année. Maintenant on veut bosser pour quelqu’un qui veut changer le monde.


Richard Branson : “un leader doit être tourné vers l’humain”

Pourtant, l’un ne va pas sans l’autre

Les entreprises libérées, réputées sans hiérarchie verticale, ont d’ailleurs le vent en poupe. “ Je valide à 100% évidemment, insiste Vincent Giolito, même si l’expérience tend à montrer que les gens sont capables de travailler en équipe sans managers seulement sous certaines conditions et pour une période limitée.

Un salarié aurait ainsi besoin de rêver et d’être inspiré mais aussi d’être encadré. Et ça, seul un manager serait en mesure de le faire d'après le chercheur : “ le leadership ne vous donne pas les critères pour savoir qui augmenter à la fin de l’année, ou alors il vous donne des critères subjectifs, ce qui peut générer de l’insécurité. De plus, quand il y a un désaccord et qu’on n’arrive pas à le dépasser, on ne respecte pas les deadlines ni les objectifs, donc il faut quelqu’un qui décide avec une autorité formelle.

Le secret serait juste de trouver le bon équilibre, alliant l’efficacité d’un bon manager et la capacité à motiver d’un bon leader. Sachant qu’évidemment une seule et même personne peut cumuler les deux casquettes. C’est même l’idéal, surtout si vous êtes à la tête d’une petite société.

 

 

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite