Quelle stratégie Internet pour se lancer en 2019 ?

Quelle stratégie Internet pour se lancer en 2019 ?

À bientôt 19 ans, Adrien Russo a déjà revendu sa première entreprise de webmarketing et lance aujourd’hui Caralab, une agence de référencement naturel. Sa spécialité : des conseils aux entreprises et aux marques pour optimiser leur présence et leur réputation sur les moteurs de recherche.

Si vous pensiez que quelques mots-clés suffisaient à vous offrir les premiers rangs de Google, Bing et Qwant, suivez plutôt ces quelques recommandations.

Se passer d'un site web quand on lance son entreprise, c’est une bonne idée en 2019 ?

C’est possible. Je connais plusieurs très petites entreprises locales qui se lancent uniquement avec les réseaux sociaux et une fiche Google My Business (afin d'apparaître sur Google Maps notamment). Google porte un intérêt fort aux petites entreprises locales. Il faut l'exploiter, absolument. Si le budget est faible, cela peut être acceptable, mais je conseille plutôt à une entreprise qui démarre sur le web de créer un petit site vitrine, une visibilité sur les réseaux sociaux et une présence sur Google.

La boîte à outils d'Adrien Russo

Vous disiez récemment sur LinkedIn que 90 % des clics se font sur la première page du moteur. En 2019, c'est une simple histoire de mots-clés ?

Oui, je disais sur LinkedIn, avec ironie, que le "meilleur endroit pour cacher un corps, c'est la 2e page de Google". Je pense que la notion-même de mot-clé est dépassée. Aujourd'hui, on parle plutôt d'intention de recherche. Faut-il pour autant abandonner le mot-clé ? Non, l'insertion de keywords importants dans les "balises chaudes” reste nécessaire, mais ce sont aujourd'hui davantage des champs lexicaux et lexies qui permettent à Google de comprendre l'intention de recherche. Un exemple ? Si vous tapez "film avec jeune conducteur", Google va comprendre, peut-être plus vite que vous d’ailleurs, que vous cherchez probablement le film "Baby Driver". Conclusion : aujourd’hui, il faut optimiser et enrichir ses pages sémantiquement et se positionner sur une intention de recherche.

Quand on se lance, on veut un nom de domaine tout neuf alors qu'il existe des domaines expirés. Que choisir ?

Un “nom de domaine avec historique” aura été indexé dans le passé déjà. Ces domaines jouissent souvent d'une certaine popularité aux yeux de Google. Mais attention, si la marque est encore présente sur le marché, on peut être ensuite poursuivi pour cybersquatting. Je pense que pour un starter, il vaut mieux acheter du neuf et trouver un nom qui met la marque en exergue. On achète des noms de domaine expirés pour créer des contenus autour de la thématique ciblée, pas pour lancer un nouveau site de marque.

Vers quel type d’hébergeur se tourner ?

Pour un rédacteur débutant qui souhaite publier des contenus, WIX ou Google Site peuvent être pratiques, mais pour une entreprise qui souhaite se positionner sur internet avec sérieux, il vaut mieux avoir les mains libres. Notamment pour aller plus loin avec le webmarketing et travailler son positionnement sur un moteur de recherche. Là, un CMS hébergé et open source, comme Wordpress ou Drupal, s’impose. D’autant plus que la version communautaire est gratuite et bien plus extensible que la version payante, hébergée par leurs soins. Un conseil ? Gardez la main sur l’hébergement.

 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS AFTERMATH KING INFORMATOR (2)

    Négociations fédérales: la crise de trop

  2. Ce lundi, le Roi a refusé la démission des deux préformateurs, Egbert Lachaert (VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Quarante-huit heures pour sauver la Vivaldi...

    Négociations fédérales: les deux scénarios en cas d’échec de la Vivaldi

  3. Le refus d’inscription touche notamment le paramédical en raison de la difficulté d’organiser des stages pour tous.

    Enseignement supérieur: le refus d’inscription en haute école est illégal

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: le barbu

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite