Quelle stratégie Internet pour se lancer en 2019 ?

Quelle stratégie Internet pour se lancer en 2019 ?

À bientôt 19 ans, Adrien Russo a déjà revendu sa première entreprise de webmarketing et lance aujourd’hui Caralab, une agence de référencement naturel. Sa spécialité : des conseils aux entreprises et aux marques pour optimiser leur présence et leur réputation sur les moteurs de recherche.

Si vous pensiez que quelques mots-clés suffisaient à vous offrir les premiers rangs de Google, Bing et Qwant, suivez plutôt ces quelques recommandations.

Se passer d'un site web quand on lance son entreprise, c’est une bonne idée en 2019 ?

C’est possible. Je connais plusieurs très petites entreprises locales qui se lancent uniquement avec les réseaux sociaux et une fiche Google My Business (afin d'apparaître sur Google Maps notamment). Google porte un intérêt fort aux petites entreprises locales. Il faut l'exploiter, absolument. Si le budget est faible, cela peut être acceptable, mais je conseille plutôt à une entreprise qui démarre sur le web de créer un petit site vitrine, une visibilité sur les réseaux sociaux et une présence sur Google.

La boîte à outils d'Adrien Russo

Vous disiez récemment sur LinkedIn que 90 % des clics se font sur la première page du moteur. En 2019, c'est une simple histoire de mots-clés ?

Oui, je disais sur LinkedIn, avec ironie, que le "meilleur endroit pour cacher un corps, c'est la 2e page de Google". Je pense que la notion-même de mot-clé est dépassée. Aujourd'hui, on parle plutôt d'intention de recherche. Faut-il pour autant abandonner le mot-clé ? Non, l'insertion de keywords importants dans les "balises chaudes” reste nécessaire, mais ce sont aujourd'hui davantage des champs lexicaux et lexies qui permettent à Google de comprendre l'intention de recherche. Un exemple ? Si vous tapez "film avec jeune conducteur", Google va comprendre, peut-être plus vite que vous d’ailleurs, que vous cherchez probablement le film "Baby Driver". Conclusion : aujourd’hui, il faut optimiser et enrichir ses pages sémantiquement et se positionner sur une intention de recherche.

Quand on se lance, on veut un nom de domaine tout neuf alors qu'il existe des domaines expirés. Que choisir ?

Un “nom de domaine avec historique” aura été indexé dans le passé déjà. Ces domaines jouissent souvent d'une certaine popularité aux yeux de Google. Mais attention, si la marque est encore présente sur le marché, on peut être ensuite poursuivi pour cybersquatting. Je pense que pour un starter, il vaut mieux acheter du neuf et trouver un nom qui met la marque en exergue. On achète des noms de domaine expirés pour créer des contenus autour de la thématique ciblée, pas pour lancer un nouveau site de marque.

Vers quel type d’hébergeur se tourner ?

Pour un rédacteur débutant qui souhaite publier des contenus, WIX ou Google Site peuvent être pratiques, mais pour une entreprise qui souhaite se positionner sur internet avec sérieux, il vaut mieux avoir les mains libres. Notamment pour aller plus loin avec le webmarketing et travailler son positionnement sur un moteur de recherche. Là, un CMS hébergé et open source, comme Wordpress ou Drupal, s’impose. D’autant plus que la version communautaire est gratuite et bien plus extensible que la version payante, hébergée par leurs soins. Un conseil ? Gardez la main sur l’hébergement.

 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les théories du complot ont une fonction «anxiolytique»: elles nous rassurent et nous donnent l’illusion de maîtriser ce qui n’est pas maîtrisable.

    Coronavirus: les antivaccins occupent les réseaux sociaux plus que jamais

  2. Alexander De Croo

    Sport, maisons de repos, fêtes de fin d'année: ce qu'on peut faire et ne pas faire

  3. Sept centres Covisan ont été mis en place à Paris et trois en banlieue.

    Coronavirus: Paris, moins rouge que la verte province

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «La vulnérabilité hydrique ou la nécessité de repenser une continuité entre le logement et les espaces publics»

    Avez-vous jamais pensé au nombre de fois que vous avez utilisé de l’eau dans une journée ? À cette gourde que vous avez remplie avant de préparer votre sac ? À cette casserole d’eau mise à bouillir pour des pâtes ou du riz ? À cette vaisselle quotidienne ? À ces quatre ou cinq chasses d’eau tirées chaque jour ? À ce brossage de dents ? Au linge lavé en machine ? À cette douche prise pour vous sentir fraîche/frais et prête/prêt à vous lancer dans la rue ou plonger dans le sommeil ?

    Pour ces multiples usages, les Belges, qu’ils soient riches ou pauvres, consomment chez eux 95 litres d’eau en moyenne par jour et par personne. De cette petite centaine de litres, environ 75 % va à la trilogie « soin du corps, lavage du linge et utilisation des toilettes ». En volume, les usages de l’eau concernent donc avant tout l’intimité, la relation « de soi à soi ».

    La Belgique plutôt bien outillée mais…

    En Belgique, le...

    Lire la suite

  • Courageux. Responsable. Collectif: la situation sanitaire l’impose

    C’est très courageux et hyper responsable. Sans fausse note – apparente –, les dirigeants politiques ont pris les décisions que la réalité sanitaire imposait. Avec pour seul objectif la crise de la santé. Et sur un seul constat : nous sommes toujours en pleine tempête.

    Ce n’est pas une obsession, c’est l’évidence : tant que le virus sera là, rien ne peut reprendre, ni l’économie, ni la vie normale, ni la vie sociale. Parce que le virus, c’est la maladie et encore aujourd’hui à un taux...

    Lire la suite