Quelle stratégie Internet pour se lancer en 2019 ?

Quelle stratégie Internet pour se lancer en 2019 ?

À bientôt 19 ans, Adrien Russo a déjà revendu sa première entreprise de webmarketing et lance aujourd’hui Caralab, une agence de référencement naturel. Sa spécialité : des conseils aux entreprises et aux marques pour optimiser leur présence et leur réputation sur les moteurs de recherche.

Si vous pensiez que quelques mots-clés suffisaient à vous offrir les premiers rangs de Google, Bing et Qwant, suivez plutôt ces quelques recommandations.

Se passer d'un site web quand on lance son entreprise, c’est une bonne idée en 2019 ?

C’est possible. Je connais plusieurs très petites entreprises locales qui se lancent uniquement avec les réseaux sociaux et une fiche Google My Business (afin d'apparaître sur Google Maps notamment). Google porte un intérêt fort aux petites entreprises locales. Il faut l'exploiter, absolument. Si le budget est faible, cela peut être acceptable, mais je conseille plutôt à une entreprise qui démarre sur le web de créer un petit site vitrine, une visibilité sur les réseaux sociaux et une présence sur Google.

La boîte à outils d'Adrien Russo

Vous disiez récemment sur LinkedIn que 90 % des clics se font sur la première page du moteur. En 2019, c'est une simple histoire de mots-clés ?

Oui, je disais sur LinkedIn, avec ironie, que le "meilleur endroit pour cacher un corps, c'est la 2e page de Google". Je pense que la notion-même de mot-clé est dépassée. Aujourd'hui, on parle plutôt d'intention de recherche. Faut-il pour autant abandonner le mot-clé ? Non, l'insertion de keywords importants dans les "balises chaudes” reste nécessaire, mais ce sont aujourd'hui davantage des champs lexicaux et lexies qui permettent à Google de comprendre l'intention de recherche. Un exemple ? Si vous tapez "film avec jeune conducteur", Google va comprendre, peut-être plus vite que vous d’ailleurs, que vous cherchez probablement le film "Baby Driver". Conclusion : aujourd’hui, il faut optimiser et enrichir ses pages sémantiquement et se positionner sur une intention de recherche.

Quand on se lance, on veut un nom de domaine tout neuf alors qu'il existe des domaines expirés. Que choisir ?

Un “nom de domaine avec historique” aura été indexé dans le passé déjà. Ces domaines jouissent souvent d'une certaine popularité aux yeux de Google. Mais attention, si la marque est encore présente sur le marché, on peut être ensuite poursuivi pour cybersquatting. Je pense que pour un starter, il vaut mieux acheter du neuf et trouver un nom qui met la marque en exergue. On achète des noms de domaine expirés pour créer des contenus autour de la thématique ciblée, pas pour lancer un nouveau site de marque.

Vers quel type d’hébergeur se tourner ?

Pour un rédacteur débutant qui souhaite publier des contenus, WIX ou Google Site peuvent être pratiques, mais pour une entreprise qui souhaite se positionner sur internet avec sérieux, il vaut mieux avoir les mains libres. Notamment pour aller plus loin avec le webmarketing et travailler son positionnement sur un moteur de recherche. Là, un CMS hébergé et open source, comme Wordpress ou Drupal, s’impose. D’autant plus que la version communautaire est gratuite et bien plus extensible que la version payante, hébergée par leurs soins. Un conseil ? Gardez la main sur l’hébergement.

 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Frank Robben n’est pas membre du CSI mais assiste à toutes les réunions en sa qualité de «collaborateur de la BCSS» ayant préparé les dossiers.

    Vie privée: le CSI, gestionnaire de données santé en (tout) petit comité

  2. L’avant-projet de loi est proposé par Pierre-Yves Dermagne, Vice-Premier ministre et ministre de l’Economie et du Travail, avec ses collègues Tinne Van der Straeten, la ministre de l’Energie (Groen) et Eva De Bleeker, la secrétaire d’État à la Protection des consommateurs (OpenVLD).

    Energie: le gouvernement promet une facture (enfin) simplifiée

  3. Philippe Geluck.

    Le Chat Cartoon Museum suscite une nouvelle salve de réactions, positives cette fois

La chronique
  • #VisapourlaFlandre: du miel aux oreilles

    Après Georges-Louis Bouchez, Thomas Dermine ? « Cela fait très longtemps que vous avez eu des tops politiciens francophones deux semaines d’affilée sur votre plateau ! » : la satisfaction, un brin ironique, se marque sur le visage de Liesbeth Van Impe, la rédactrice en chef du Nieuwsblad qui ajoute : « Il semble moins évident pour eux aujourd’hui d’esquiver ou de dire « je ne viens pas ». Certains peuvent encore le faire – elle pointe la ministre de la Défense Ludivine Dedonder (PS) qui vient de se faire massacrer sur les réseaux sociaux pour une communication nationale en français – mais ils ont tous promis au début de la législature qu’ils s’exprimeraient à terme dans un néerlandais sans tache. C’est une très bonne évolution. » Liesbeth Van Impe prend alors à témoin Ivan De Vadder qui anime l’émission : « Vous vous êtes beaucoup plaint précédemment de ces refus francophones. Pour nous aussi, il était très difficile d’obtenir des interviews. Aujourd’hui, c’est plus facile. »

    Celui qui a suscité ce satisfecit est le...

    Lire la suite

  • Musée du Chat: d’un débat qui dérape à une revendication essentielle

    Depuis une dizaine de jours, suite à l’annonce de l’octroi du permis d’urbanisme au futur Chat Cartoon Museum imaginé par Philippe Geluck, le débat fait rage entre ceux qui soutiennent et ceux qui dénoncent le projet. Ces derniers ont été les premiers à ouvrir le feu avec, en quelques jours, plusieurs cartes blanches et lettres ouvertes, dont une pétition qui récoltait rapidement plusieurs milliers de signatures.

    Aujourd’hui, plusieurs cartes blanches de personnalités belges ou françaises prennent le...

    Lire la suite