Quelle stratégie Internet pour se lancer en 2019 ?

Quelle stratégie Internet pour se lancer en 2019 ?

À bientôt 19 ans, Adrien Russo a déjà revendu sa première entreprise de webmarketing et lance aujourd’hui Caralab, une agence de référencement naturel. Sa spécialité : des conseils aux entreprises et aux marques pour optimiser leur présence et leur réputation sur les moteurs de recherche.

Si vous pensiez que quelques mots-clés suffisaient à vous offrir les premiers rangs de Google, Bing et Qwant, suivez plutôt ces quelques recommandations.

Se passer d'un site web quand on lance son entreprise, c’est une bonne idée en 2019 ?

C’est possible. Je connais plusieurs très petites entreprises locales qui se lancent uniquement avec les réseaux sociaux et une fiche Google My Business (afin d'apparaître sur Google Maps notamment). Google porte un intérêt fort aux petites entreprises locales. Il faut l'exploiter, absolument. Si le budget est faible, cela peut être acceptable, mais je conseille plutôt à une entreprise qui démarre sur le web de créer un petit site vitrine, une visibilité sur les réseaux sociaux et une présence sur Google.

La boîte à outils d'Adrien Russo

Vous disiez récemment sur LinkedIn que 90 % des clics se font sur la première page du moteur. En 2019, c'est une simple histoire de mots-clés ?

Oui, je disais sur LinkedIn, avec ironie, que le "meilleur endroit pour cacher un corps, c'est la 2e page de Google". Je pense que la notion-même de mot-clé est dépassée. Aujourd'hui, on parle plutôt d'intention de recherche. Faut-il pour autant abandonner le mot-clé ? Non, l'insertion de keywords importants dans les "balises chaudes” reste nécessaire, mais ce sont aujourd'hui davantage des champs lexicaux et lexies qui permettent à Google de comprendre l'intention de recherche. Un exemple ? Si vous tapez "film avec jeune conducteur", Google va comprendre, peut-être plus vite que vous d’ailleurs, que vous cherchez probablement le film "Baby Driver". Conclusion : aujourd’hui, il faut optimiser et enrichir ses pages sémantiquement et se positionner sur une intention de recherche.

Quand on se lance, on veut un nom de domaine tout neuf alors qu'il existe des domaines expirés. Que choisir ?

Un “nom de domaine avec historique” aura été indexé dans le passé déjà. Ces domaines jouissent souvent d'une certaine popularité aux yeux de Google. Mais attention, si la marque est encore présente sur le marché, on peut être ensuite poursuivi pour cybersquatting. Je pense que pour un starter, il vaut mieux acheter du neuf et trouver un nom qui met la marque en exergue. On achète des noms de domaine expirés pour créer des contenus autour de la thématique ciblée, pas pour lancer un nouveau site de marque.

Vers quel type d’hébergeur se tourner ?

Pour un rédacteur débutant qui souhaite publier des contenus, WIX ou Google Site peuvent être pratiques, mais pour une entreprise qui souhaite se positionner sur internet avec sérieux, il vaut mieux avoir les mains libres. Notamment pour aller plus loin avec le webmarketing et travailler son positionnement sur un moteur de recherche. Là, un CMS hébergé et open source, comme Wordpress ou Drupal, s’impose. D’autant plus que la version communautaire est gratuite et bien plus extensible que la version payante, hébergée par leurs soins. Un conseil ? Gardez la main sur l’hébergement.

 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  3. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite