Non, ne jetez pas votre site web en 2020 !

Non, ne jetez pas votre site web en 2020 !

Vous vouliez peut-être profiter de l'an neuf pour vous passer de votre site web. Attention, cette opération n'est pas sans risque : 80% des internautes ont encore le réflexe de s'informer en ligne avant d'acheter un produit ou un service. Un site web reste une référence de crédibilité dans la plupart des secteurs, pour un coût de maintenance relativement modeste.  

Pourquoi ne pas s'en tenir à un compte Facebook ?  

Une page Facebook est aujourd'hui indispensable pour présenter ses produits et ses réalisations à ses clients potentiels. C'est également un outil de communication de proximité, grâce à Messenger. Toutefois, cette page reste tributaire des évolutions permanentes des algorithmes et des conditions générales du réseau.  

Conclusion : oui à Facebook, mais de préférence en complément à un site web, dont elle renforce à la fois la notoriété et le référencement. A condition bien sûr de l’alimenter régulièrement et d’en faire grandir la base des fans. La concurrence est rude : aujourd’hui, on ne compte pas moins de 40 millions de pages professionnelles actives sur le réseau. Pour être visible, un budget publicitaire sera donc nécessaire (Facebook Ads, LinkedIn Marketing Solutions en B2B)...  

Les impératifs pour un site web efficace  

S'il est tentant de se lancer dans l'aventure de la création d'un site web personnel (Wordpress, Drupal ou à la main), des services proposent désormais des modèles de sites web personnalisables en fonction de votre activité. C'est le cas de Wix, Weebly ou encore Squarespace. En moyenne, comptez 10 à 15 euros par mois pour maintenir votre site web actif sur l'une de ces plateformes.  

L'avantage ? Wix et Squarespace ont développé des outils de référencement beaucoup plus efficaces. Ils permettent également de créer une boutique en ligne très simplement, encaissement compris. Enfin, tout est dans le cloud, sauvegardes comprises. 

Pensez au référencement naturel  

Votre site web en ligne, il faut qu'il soit trouvé. Pour être bien positionné dans les résultats d'un moteur de recherche (Bing, Google), un travail de fond doit désormais être effectué. Il doit permettre aux algorithmes de comprendre son contenu et de le classer. C'est ce que l'on appelle le SEO (optimisation pour les moteurs de recherche). C'est un passage obligé pour être vu et trouver des clients, surtout si votre activité s'est dématérialisée, par exemple sur Amazon.  

Auditez le site web pour avancer 

Pour Adrien Russo, spécialiste en référencement : « il faut optimiser et enrichir ses pages sémantiquement et se positionner sur une intention de recherche ». Mais par où commencer ? Par un audit. Pour vérifier l'état de référencement de votre site web, des outils gratuits peuvent vous donner un premier aperçu.  

C'est le cas du site woorank.com, disponible en français. Une fois l'adresse de votre site web renseignée, le robot va dénicher les atouts, mais aussi les points faibles du contenu présent sur votre site web. Vous avez ensuite la possibilité de rectifier le tir ou de faire appel à des spécialistes et prestataires de services (rédacteur web, spécialiste en SEO).  

Rédigez du contenu pertinent 

Les moteurs de recherche favorisent les sites web dont l'architecture est claire et le contenu riche en valeur ajoutée. Dans vos pages, insérez des mots-clés et des expressions susceptibles d'être recherchées par les internautes et clients potentiels. Posez-vous par exemple la question de savoir ce que va rechercher un client potentiel sur internet susceptible d'être intéressé par ce que vous faites.  

Pensez à la publicité ciblée 

Votre trafic est faible au début ? C’est normal, le référencement est une question de temps. Vous pouvez créer des campagnes de publicité au début de votre activité (Bing Ads, Google Ads) pour générer un trafic ciblé, avec un budget modeste, vers votre contenu, vos services et vos produits. Identifiez les mots-clés les plus clairs et évidents. Exemple : “Vétérinaire à Namur” ou “Livraison de lunch à Bruxelles”.  

Ouvrez une page Google My Business 

Google porte un intérêt fort aux petites entreprises locales. Vous pouvez exploiter cet atout simplement, en créant une page Google My Business. Vous y renseignez qui vous êtes, ce que vous faites, votre adresse physique (si vous disposez d'un point de vente) et vos heures d'ouverture.  

Cette page sera naturellement liée à votre site web (dont elle renforcera encore un peu plus la notoriété). Autre avantage : elle vous renseigne directement dans Google Maps, avec des informations riches comme "ouvert jusqu'à 18h”. La page permet également de proposer des promotions directement depuis Google Maps.  

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. On pourra donc aller faire du ski en France... sans remontées mécaniques.

    Voyages durant les fêtes: la Commission européenne se montre clémente

  2. Le moratoire sur les crédits pourrait être prolongé de trois mois et donc courir jusqu’au 31 mars prochain.

    Une possible prolongation du moratoire sur les crédits en 2021

  3. ©Dominique Duchesnes.

    Ludivine Dedonder au «Soir»: «Une Europe forte au sein de l’Otan, c’est important»

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, saison 2, jour 28»: la corniche

    Vendredi soir, il s’est passé un truc incroyable.

    Et là, vraiment, on aurait voulu voir ça. Frédéric Dard en aurait fait un livre, il l’aurait appelé Grosse panique à la partie fine. Ou : Tiens-la bien, ta corniche.

    Pardon, pardon. C’est qu’on en rit depuis 48 heures. Même si, franchement, il n’y a pas de quoi se marrer, même si le mépris affiché par les participants de cette énième fête clandestine – pas des ados, pas des gamins – fait super froid dans le dos. Pardon, on ne peut pas s’empêcher.

    Comment ils font, les policiers, quand ils voient l’eurodéputé hongrois Jozsef Szajer s’échapper par la fenêtre en caleçon ? Comment ils arrivent à dresser leurs procès-verbaux calmement, à tendre à chacun la note des 250 euros, à rester stoïques dans ces situations à la Tex Avery, bourrées de Bugs Bunny hilares, de Daffy Duck qui râlent, de Droopy qui s’excusent en pleurnichant et de loups aux pupilles overdilatées avec une langue qui pend jusque-là ?...

    Lire la suite