Ces objets qui ont presque disparu avec l’explosion des smartphones

Ces objets qui ont presque disparu avec l’explosion des smartphones

#1 Le GPS 

Le GPS avait presque tué la carte routière, régnant pour quelques temps sur le royaume de la navigation. Mais c’était compter sans l’arrivée des smartphones et des applications comme Google Maps, Waze et autres HERE WeGo. Aujourd’hui, même les constructeurs automobiles intègrent la fonctionnalité à leurs systèmes de navigation.  

Fin 2018, Renault et Volvo ont coup sur coup mis fin à leur collaboration avec TomTom. Mais le géant néerlandais n’a pas dit son dernier mot. Peugeot et BMW ont d’ailleurs récemment décidé de faire confiance à son expertise en matière de cartographie. En prévision sûrement de l’arrivée de la voiture autonome.   

#2 L’appareil photo 

Quoi de plus facile que de dégainer son smartphone pour capturer nos instants de vie ? L’appareil photo, relancé il y a 20 ans grâce à l’arrivée du numérique, a bien du mal à résister à la qualité toujours plus grande des clichés pris avec nos téléphones. Au niveau international, la production d’appareils photo numériques a ainsi été divisée par 5 entre 2010 et 2017 d’après les chiffres de la CIPA.  

Et la Belgique ne fait pas exception à la règle, moins de 180.000 appareils ayant été vendus en 2017. Seul segment à résister un minimum à la déferlante : les appareils à objectifs interchangeables (hybrides et réflexes), toujours prisés par les amateurs avancés de photo et les professionnels. 

#3 Le caméscope 

Il y a 15 ou 20 ans, beaucoup de familles n’envisageaient pas de partir en vacances sans emporter leur caméscope. Là aussi, les choses ont bien changé, les smartphones offrant la possibilité de filmer en excellente qualité mais aussi de monter et de partager les images dans la foulée. L’an dernier, même les ventes de GoPro, les célèbres caméras d’action, ont stagné, même si la tendance a commencé à s’inverser cette année. L’abandon de la stratégie de montée en gamme semble porter ses fruits, en tout cas pour l’instant.    

#4 Le radio réveil 

D’après un sondage d’Opinion Way, c’est l’objet dont les Français se sont le plus séparé depuis qu’ils ont un smartphone. 39% d’entre eux y ont renoncé, même si certaines marques tentent de se renouveler en proposant de nouvelles fonctionnalités comme... la recharge de smartphones !  

#5 Le lecteur MP3 

Le smartphone vient aussi s’ajouter à la longue liste de supports audio, après les tourne-disques, les walkmans, les lecteurs CD et les lecteurs MP3. Il faut dire que le streaming continue de connaître une forte croissance. L’an dernier, il représentait 47% des revenus de l’industrie mondiale de la musique d’après l’Ifpi. Quelques 255 millions d’utilisateurs avaient un abonnement payant. 

La liste n’est pas exhaustive... 

Le smartphone a signé l’arrêt de mort de beaucoup d’autres objets. En tout cas, pour les plus jeunes générations. Parmi eux : les calculatrices, les scanners, les lampes de poches, les dictaphones, les traducteurs, ou encore les agendas. 

… et elle va encore s’allonger 

Dans les années à venir, les avancées technologiques vont se poursuivre à vitesse grand V. De nombreux objets de notre quotidien sont donc encore appelés à disparaître. On peut penser par exemple aux télécommandes, aux clés et même à l’argent liquide, déjà très peu utilisé aujourd’hui dans des pays comme la Chine. Et il y a fort à parier qu’on se séparera aussi un jour de nos... smartphones ! 

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  2. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

  3. d-20200528-GGCWQR 2020-05-28 15:41:35

    Ecoles: la réouverture des maternelles étalée sur la semaine

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite