L’upcycling, quand tout se réutilise et se recycle

L’upcycling, quand tout se réutilise et se recycle

Des chutes de vêtements, des déchets de construction, des encombrants… si ces rebuts sont normalement voués à la poubelle, les adeptes de l’upcycling leur redonnent une nouvelle vie.  

Réutiliser plutôt que jeter 

Trier et recycler, c’est bien. Tendre vers le zéro déchet aussi. L’upcycling va encore plus loin que le « simple » recyclage ou la simple réutilisation d’un produit jusqu’au bout de sa durée de vie. Dansupcycling, il y a « up », vers le haut. On recycle en effet vers le haut, en produisant des objets dont la qualité est supérieure.  

Ce concept et le terme sont inventés par Reiner Pilz, un ancien ingénieur reconverti dans l’aménagement intérieur, lors d’une interview en 1994 sur une directive européenne sur le recyclage. « J’appelle cela du downcycling (…). Nous avons besoin d’upcycling pour ajouter de la valeur à des produits usagers, pas leur en donner moins ». Si le downcycling en diminue la valeur, l’upcycling a pour but de l’augmenter.  

De la mode au design en passant par la décoration 

L’upcycling consiste donc à récupérer et à réutiliser tous les déchets possibles pour créer quelque chose de nouveau, de plus utile et de plus grande valeur. Créer des vêtements à partir de chutes de tissu de l’industrie textile comme l’une des start-up du Kanal Store, confectionner des meubles à partir de déchets de construction et même réutiliser des pièces de vélo pour en faire des objets de décoration.  

Tout est susceptible d’être réutilisé et de nombreuses associations, start-up et créateurs innovent pour redonner une nouvelle vie aux déchets dans une initiative écologique et d’économie circulaire. D’autres exemples ? Des bijoux et sacs à mains faits à partir de bâches de camions ou de jouets faits à partir de bouteilles en plastique.  

Une nouvelle tendance ouverte à tous 

Pas besoin d’être un créateur ou un designer pour être un adepte de l’upcycling, ni d’être un grand bricoleur ou un menuisier dans l’âme. Les palettes reconverties en table basse, les jeans retravaillés en porte-monnaie, les vieilles ampoules à incandescence en boules de Noël ou encore les théières qui deviennent des pots de fleurs sont déjà des manières faciles et rapides de faire de l’upcycling à la maison.  

Ceux voulant aller plus loin et en apprendre plus peuvent participer à l’un des nombreux ateliersupcycling organisés par diverses associations et ASBL. D’une manière ou d’une autre, les objets de notre quotidien peuvent être réutilisés et valorisés. Une démarche écologique mais aussi économique.  

Sur le même sujet
Mode de vie
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La saturation menace. L’afflux de malades du covid inquiète le milieu hospitalier.

    Coronavirus: la semaine de tous les dangers pour les hôpitaux

  2. d-20200515-GG6Z2H 2020-10-22 20:20:54

    Pourquoi les cours se feront à distance dans les écoles secondaires

  3. Un même comité rassemblant Etat fédéral, Communautés et Régions, mais au final des mesures divergentes.

    Quand le coronavirus montre le singulier visage du fédéralisme belge

La chronique
  • Chronique Détours wallons: «Une Wallonie sans fin»

    Bistrots et restos fermés, couvre-feu et peut-être nouveau confinement : pourquoi ne pas en profiter pour revoir Un jour sans fin, le film de Harold Ramis (1993) ? On y suit avec délectation les mésaventures d’un journaliste américain qui donne la météo sur une chaîne d’information. En déplacement sur le terrain, l’épatant Bill Murray revit sans cesse la même journée, à peine sorti de son lit. A devenir dingue.

    Cette impression d’une vie de journaliste qui repasse systématiquement les plats, c’est aussi la nôtre depuis quelques jours avec les nouvelles accusations qui visent la Wallonie, aujourd’hui comme hier et comme avant-hier, et qui en font l’éternel mauvais élève de la classe Belgique, le paria de la gestion publique et la championne de la désinvolture coupable. S’il fallait en faire un film, cela pourrait s’appeler Une Wallonie sans fin.

    Il est question cette fois de la crise sanitaire et des chiffres de l’épidémie de coronavirus qui sont occupés à exploser tous les plafonds au sud du pays. Un journal flamand...

    Lire la suite

  • C’est l’hôpital qu’il faut sauver

    « Je suis là pour soigner les gens et on le fera jusqu’à la dernière seringue, au dernier médecin, au dernier lit. » Le dernier lit ? On s’en approche. Le dernier médecin ? On risque d’y arriver tant les taux d’absentéisme sont élevés. Les chiffres sont affolants. Hôpitaux du groupe Jolimont : doublement du nombre de patients covid en une semaine. CHU de Liège : 47 patients admis pour la seule journée de samedi. Clinique Montlégia (Liège) : 70 % des 240 lits covid déjà occupés, un patient emmené à Furnes, à 200 km de chez lui, pour bénéficier de...

    Lire la suite