Emballages durables : leur heure arrive

Emballages durables : leur heure arrive

Voici cinq ans, Hélène Hoyois et Thibaut Gilkin, tous les deux fraichement diplômés, décident de lancer leur propre affaire. Elle, a étudié le graphisme numérique. Lui, est versé dans l'architecture. L'objet de leur start-up sera... agro-alimentaire ! Pas vraiment leurs spécialités. Mais peu importe. Ensemble, ils se définissent en effet comme «des touche-à-tout».

En fait, d'autres motivations se cachent derrière leur démarche. Ils ont un intérêt pour la gastronomie. Surtout, ils sont consternés par les déchets générés par nos modes d'alimentation. A commencer par les petits verres en plastique qui servent à présenter les fours lors des réceptions. Et voilà leur idée de départ : proposer des verrines écologiques qui puissent se manger. Le temps de mettre au point une recette à base de fécule de pomme de terre et d'eau et leurs feuilles comestibles débarquent sur le marché au début 2014 (en vente sur leur site et dans les magasins AVA). Traiteurs, restaurants et particuliers sont approchés. Les médias s'enthousiasment. Commercialement, assurer sur le long terme est toutefois plus complexe. Aujourd'hui, un second produit occupe l'agenda de nos deux entrepreneurs : des emballages écologiques qui soient capables de remplacer les barquettes en plastique. La formule diffère de celle des verrines. «Il y a toujours de la fécule et de l'eau, détaille Hélène Hoyois. Mais aussi des drêches, ces sous-produits issus du brassage des céréales lors de la fabrication de bières». Une recette a été arrêtée et un brevet déposé. Il reste à organiser la filière de production. Pour ce faire, le duo discute d'un partenariat avec un industriel wallon.

«Travailler pour l'environnement !»

«La commercialisation pourrait démarrer fin de cette année ou début de l'an prochain, poursuit la cofondatrice. Dans un premier temps, nous ciblerons les food trucks, les friteries, les festivals... Puis, viendra la grande distribution. Ces emballages seront eux aussi comestibles. Cependant, on insistera plutôt sur le fait qu'ils sont biodégradables et compostables». Un élément peut les aider. En mai dernier, la Commission européenne a proposé d'interdire certains plastiques (pailles, assiettes, couverts...) et de réduire l'usage d'autres (récipients alimentaires). «Ce genre de législation est un plus pour nous. Parce que cela va donner une place aux alternatives à tous ces plastiques. Et parce que cela va faire progresser la prise de conscience du public sur ces questions des déchets et de la durabilité. On sent d'ailleurs déjà que les choses bougent. Tout cela nous conforte dans notre démarche. Faire un geste pour l'environnement, c'est vraiment le coeur de notre démarche. C'est ce qui nous redonne de l'énergie quand les problèmes s'accumulent et quand une pointe de découragement arrive...»

 

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20200503-GG2DT2_high

    Certains Belges n’ont toujours pas reçu de masques

  2. d-20191022-3WU08Z 2020-02-14 13:30:22

    Evolution de la propagation du virus en Belgique: les hôpitaux se vident, surtout en Wallonie (infographies)

  3. d-20200528-GGCWQR 2020-05-28 15:41:35

    Ecoles: la réouverture des maternelles étalée sur la semaine

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite