Emballages durables : leur heure arrive

Emballages durables : leur heure arrive

Voici cinq ans, Hélène Hoyois et Thibaut Gilkin, tous les deux fraichement diplômés, décident de lancer leur propre affaire. Elle, a étudié le graphisme numérique. Lui, est versé dans l'architecture. L'objet de leur start-up sera... agro-alimentaire ! Pas vraiment leurs spécialités. Mais peu importe. Ensemble, ils se définissent en effet comme «des touche-à-tout».

En fait, d'autres motivations se cachent derrière leur démarche. Ils ont un intérêt pour la gastronomie. Surtout, ils sont consternés par les déchets générés par nos modes d'alimentation. A commencer par les petits verres en plastique qui servent à présenter les fours lors des réceptions. Et voilà leur idée de départ : proposer des verrines écologiques qui puissent se manger. Le temps de mettre au point une recette à base de fécule de pomme de terre et d'eau et leurs feuilles comestibles débarquent sur le marché au début 2014 (en vente sur leur site et dans les magasins AVA). Traiteurs, restaurants et particuliers sont approchés. Les médias s'enthousiasment. Commercialement, assurer sur le long terme est toutefois plus complexe. Aujourd'hui, un second produit occupe l'agenda de nos deux entrepreneurs : des emballages écologiques qui soient capables de remplacer les barquettes en plastique. La formule diffère de celle des verrines. «Il y a toujours de la fécule et de l'eau, détaille Hélène Hoyois. Mais aussi des drêches, ces sous-produits issus du brassage des céréales lors de la fabrication de bières». Une recette a été arrêtée et un brevet déposé. Il reste à organiser la filière de production. Pour ce faire, le duo discute d'un partenariat avec un industriel wallon.

«Travailler pour l'environnement !»

«La commercialisation pourrait démarrer fin de cette année ou début de l'an prochain, poursuit la cofondatrice. Dans un premier temps, nous ciblerons les food trucks, les friteries, les festivals... Puis, viendra la grande distribution. Ces emballages seront eux aussi comestibles. Cependant, on insistera plutôt sur le fait qu'ils sont biodégradables et compostables». Un élément peut les aider. En mai dernier, la Commission européenne a proposé d'interdire certains plastiques (pailles, assiettes, couverts...) et de réduire l'usage d'autres (récipients alimentaires). «Ce genre de législation est un plus pour nous. Parce que cela va donner une place aux alternatives à tous ces plastiques. Et parce que cela va faire progresser la prise de conscience du public sur ces questions des déchets et de la durabilité. On sent d'ailleurs déjà que les choses bougent. Tout cela nous conforte dans notre démarche. Faire un geste pour l'environnement, c'est vraiment le coeur de notre démarche. C'est ce qui nous redonne de l'énergie quand les problèmes s'accumulent et quand une pointe de découragement arrive...»

 

Sur le même sujet
Croissance
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ce lundi, le Roi a refusé la démission des deux préformateurs, Egbert Lachaert (VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Quarante-huit heures pour sauver la Vivaldi...

    Négociations fédérales: les deux scénarios en cas d’échec de la Vivaldi

  2. PHOTONEWS_10862985-063

    Comment le trafic de drogue s’est adapté à l'ère du coronavirus

  3. d-20200712-GGZL6G 2020-07-12 19:10:13

    Google devient diffuseur d’offres d’emploi

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: le barbu

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite