Le SMS, un outil de sécurité belge toujours aussi fiable

Le SMS, un outil de sécurité belge toujours aussi fiable

On estime à 45 millions d'euros par jour le montant des pertes imputées au vol d'identifiants dans le secteur bancaire aux États-Unis. Quant à notre pays, la Computer Crime Unit a constaté un bond de 14,8% des faits de criminalité informatique en 2018.  

Face à ce fléau, l'identification biométrique (iris, empreintes digitales, visage) progresse sur nos smartphones, mais une technologie bien plus abordable permet de diminuer les risques. Cette technologie porte un nom, 2FA (pour double authentification) : le mot de passe d'une part, le SMS de vérification (avec code) de l'autre. Taux de réussite ? 99,9%. 

Une solution made in Belgium 

L'opérateur wallon Nomado Telecom a mis cette solution en place après une recrudescence des inscriptions malveillantes. « Nous avons réagi et créé un système pour vérifier le mobile d’un nouveau compte », explique son fondateur, Olivier Vermeersch. Ce qui semble avoir mis fin aux inscriptions frauduleuses et aux multi-inscriptions... dès 2008. « Un fraudeur va réfléchir à deux fois avant de donner son mobile. C’est se mettre en danger. Un mobile est traçable. »  

L'offre permet de créer une solution de code de vérification par SMS en quelques minutes. Peu importe la localisation de l'utilisateur. « C'est extrêmement rassurant pour le gestionnaire d’une base de données, d’un site e-commerce ou d'un service en ligne qui se lance, en Belgique comme ailleurs. » 

Une solution de protection universelle (et économique) 

Mais comment expliquer une telle fiabilité dans la protection contre le piratage ? Pour Olivier Vermeersch, « le SMS n’est piratable que si un hacker rentre... dans le réseau de l’opérateur mobile ». Traduction : la messagerie reste une couche de sécurité fiable pour le particulier et la petite entreprise.  

L’intérêt face à Face ID ou Face Unlock de Google ? D'une part, ces systèmes ne sont pas tous infaillibles et, surtout, manquent d'universalité. Chaque technologie de protection dépend d'un fournisseur ou d'un équipementier. Idem pour itsme. L’application belge officielle d'identification aux services bancaires ou administratifs est par essence limitée à notre pays. Fiable certes, mais limitée dans l’espace. 

L’envoi d’un code par SMS en revanche ne dépend pas d'une application ou d'un pays. La couverture est quasi mondiale. Quant au coût, il est négligeable : quelques centimes par SMS de vérification et très peu d'infrastructure. 

Onze ans après, l'entreprise Nomado Telecom, fondée par Olivier Vermeersch, n'est d'ailleurs pas peu fière de son innovation : « nous comptons des startups de la Silicon Valley, mais aussi d'Estonie dans nos clients. On dit toujours qu'on est à la traîne en matière de know-how technologique. Pas d'accord ! » 

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HEALTH-CORONAVIRUS_ITALY-TELECOM ITALIA

    Coronavirus: l’Italie dépasse la barre des 10.000 morts

  2. CORONAVIRUS HOPITAL SAINT-PIERRE

    L’évolution de la propagation du coronavirus: la pression ne se relâche pas (infographies)

  3. Selon l’état du patient, le circuit est plus ou moins long. Les cas sévères sont pris en charge par l’unité «
Covid
».

    Coronavirus: dans les pas d’un patient «Covid» à l’hôpital Saint-Pierre (vidéos)

La chronique
  • Chroniques brésiliennes ou le Brésil sous Bolsonaro

    Cela fait 15 ans que je viens chaque année au Brésil pour y faire de la recherche à l’université, et j’y suis en ce moment. Depuis l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, bien des choses ont changé, dans les universités et dans la vie courante ; d’autres pas. Ce sont ces éléments d’atmosphère, glanés au fil des rencontres et des observations, que je veux relater dans cette chronique.

    Petit rappel sur l’élection de Bolsonaro

    Rappelons d’abord que, si Bolsonaro a été élu, c’est parce que l’ex-président Lula, qui avait une avance de plus de 20 points dans les sondages, a été empêché de se présenter aux élections. Le juge Sergio Moro l’a condamné à la prison sur base d’une « intime conviction » de fraude, le temps de l’empêcher de se...

    Lire la suite

  • La priorité reste de sauver les vies. Cette certitude-là est sans prix

    C’est un équilibre d’une difficulté inouïe à garder dans un monde qui tangue comme jamais et où la mort frappe intensément. Un équilibre multiple aussi à trouver entre la vie des gens et la survie de l’économie, entre les points de vue du nord et du sud, les positions de partis politiques fragilisés et nerveux, entre les différents pans de la société en alerte maximale.

    Ce vendredi, la ligne était extrêmement étroite pour la Première ministre Sophie Wilmès. Les critiques, questions, récriminations,...

    Lire la suite