Identité numérique : pouvez-vous vraiment la protéger ?

Identité numérique : pouvez-vous vraiment la protéger ?

Les données personnelles des internautes relatives à leur identité prolifèrent dans les serveurs. De plus en plus de services, médias et réseaux exigent une identification sûre. Avantages, inconvénients et risques : on fait le point avec Damien Bancal, journaliste expert en cybersécurité et Olivier Bogaert, commissaire à la Computer Crime Unit de la Police Fédérale.  

Notre « empreinte numérique » 

Notre identité en ligne ressemble finalement beaucoup à notre carte d’identité physique. Pour Olivier Bogaert, « C’est devenu la source de plein d’informations que nous partageons qui vont permettre de nous profiler de manière extrêmement précise. C’est aussi une manière de se comporter dont nous ne mesurons pas toujours la portée, à partager beaucoup d’informations, qui peuvent être stockées. »  

Il faut nuancer d’une part les données personnelles qui sont fournies lors de l’ouverture d’un compte ou d’un profil, et d’autre part les données techniques, celles des ordinateurs et smartphones, qui sont récoltées. Ces informations sont ensuite croisées et constituent la base de notre identité numérique.  

Très pratique, cette identité numérique est utilisée tous les jours et pour diverses actions : payer ses factures, jouer sur une console de jeu, consulter ses comptes, commander un plat préparé, rentrer sa déclaration fiscale, etc. Cependant, ces informations ne sont pas sous le contrôle direct des internautes et mobinautes, mais bien entre les mains des centres de stockages distants.  

Une identité qui peut nous échapper  

Avec toutes ces données stockées dans des milliers de serveurs un peu partout dans le monde, un risque de fuite existe toujours. C’est le point que souligne Damien Bancal : « même si l’on fait attention à protéger nos accès avec des mots de passe efficaces et une double authentification, il faut quand même rester vigilant aux données qui sont rentrées de plein gré. On ne peut pas non plus tout fournir à n’importe qui. Chacun de ces outils est aussi important que la clé qui ouvre la porte de sa maison. »  

Aujourd'hui en Belgique, de plus en plus de services administratifs sont compatibles avec l’application Itsme. Elle permet une authentification sûre et sécurisée depuis son smartphone et rend obsolète le traditionnel lecteur de carte. Deux ans après son lancement, la société revendique plus d’un million d’utilisateurs. Chaque mois, en moyenne, trois nouveaux partenaires adoptent Itsme.  

Une carte à jouer 

Pour l’instant, le RGPD (Règlement Général de Protection des Données) limite la casse. Mais pour Damien Bancal, « cela paraît évident que tout va déborder. La collecte d’informations devient perpétuelle, passe par des protocoles que l’on ne connait pas forcément et qui nous invitent à trop faire confiance trop vite. »  

Pourtant, il semble difficile aujourd'hui de pouvoir se déconnecter totalement. Il faut, quelque part, accepter que nos données puissent fuiter, être revendues ou juste collectées. La marge de manœuvre est limitée d’après nos deux interlocuteurs. Damien Bancal estime que « cela reste encore plus simple d’accepter que tout ce que l’on fait ou tape sur le net puisse un jour être ressorti à notre insu ». C’est le seul véritable contrôle que l’on peut avoir. Pour le reste, « il n’y a plus qu’à espérer l’éducation des adultes, et des générations à venir. » 

Sur le même sujet
Quotidien connecté
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20201116-GJXCV1 2021-02-11 12_26_23

    Coronavirus: dans les hôpitaux, la hausse brutale des entrées est une réalité

  2. L’annonce qui a suivi le Codeco rimait avec espoirs déçus.

    Comité de concertation: avec la peur d'une troisième vague, tout espoir est reporté

  3. Hospis

    Coronavirus: un pic à 204 admissions en un jour a calmé toutes les ardeurs

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Digestion troublée du «Festin de Babette», œuvre essentielle»

    Hier soir, j’ai regardé Le Festin de Babette, un film réalisé en 1987 par Gabriel Axel dans lequel Stéphane Audran incarne Babette, une Française s’étant réfugiée au Danemark dans le courant de l’année 1871. Cette année-là, en effet, Paris est le théâtre d’une répression féroce menée par le gouvernement d’Adolphe Thiers, qui massacre impitoyablement les révolutionnaires de la Commune autant que ses plus vagues sympathisants. Babette, dont le fils et le mari ont été fusillés par un général de l’armée française, s’échappe du bain de sang et trouve asile chez deux sœurs danoises, des vieilles filles profondément religieuses à la tête d’un culte luthérien hérité de leur défunt père. Ces dernières offrent à la Parisienne une position de cuisinière et, dans la foulée, lui apprennent à préparer les quelques plats frugaux attendus à leur table d’ascètes. Les années passent et Babette, bien installée dans la petite communauté danoise, ne paraît plus entretenir d’autres liens avec sa patrie d’origine...

    Lire la suite

  • Tout ça pour ça…

    La réalité est désagréable, la réalité est épouvantable, la réalité est difficilement supportable. On voyait le soleil par la fenêtre, on sentait le goût du dehors et nous voilà de retour à la case « hôpitaux menacés de saturation », avec tous les mots de la « coronavlangue » en prime : troisième vague, exponentielle, courage, prudence, sécurité. On pensait être au bout du chemin et pour la ixième fois, voilà la liberté repoussée à plus tard. Dans une semaine ?

    ...

    Lire la suite