Devenir manager n’est pas une promotion, c’est une compétence !

Devenir manager n’est pas une promotion, c’est une compétence !

Notre société est toujours plus complexe, tiraillée et instable. Le monde de l’entreprise n’échappe pas à la règle. L’entreprise devient régulièrement le lieu des joies, des déceptions ou des conflits. Il est parfois difficile pour celle-ci de conserver ses collaborateurs et d’ainsi maintenir son efficacité, sa connaissance et sa performance. Or, on estime qu’il manque plusieurs milliers de diplômés chaque année en Belgique et cette tendance tend à s’accentuer, faisant du recrutement un véritable parcours du combattant pour les entreprises.  

D’un contexte où les entreprises sélectionnaient les meilleurs parmi les postulants, nous sommes passés à une situation inverse dans laquelle les candidats sont ultra-sollicités, séduits et choisissent leur entreprise en fonction de leurs critères, sans hésiter à la quitter si celle-ci ne répond pas aux exigences. Cette évolution entretient et développe inexorablement une concurrence accrue entre les entreprises pour attirer les meilleurs profils, parfois au risque de devenir prisonnières de leurs propres initiatives. Ainsi, il est assez savoureux d’observer de nombreuses sociétés sur-jouant le bonheur à coup de Chief Happiness Officer, de tables de ping-pong et d’escape games. Sont-elles plus florissantes que les autres ? Leurs employés sont-ils plus épanouis et plus efficaces ? Parviennent-elles à inscrire l’engagement de leurs équipes dans la durée  ?  

A la lumière des douze premiers mois de notre société AION Consulting et des nombreuses rencontres effectuées dans ce cadre, il nous apparaît que les entreprises qui réussissent le mieux face à ces problématiques sont celles qui mettent en oeuvre d’autres types d’initiatives, plus lucides et pragmatiques.  

La formation comme facteur de motivation  

Nous pouvons d’abord citer la formation et la gestion de la connaissance. En effet, quelle satisfaction plus grande pour un employé que de sentir que l’entreprise mise sur lui ? La formation continue des employés est un enjeu capital dans la société pleine de bouleversements dans laquelle nous vivons. Le digital investit tous les secteurs d’activités, tous les types de métiers et il sera bientôt absolument vital pour les travailleurs d’être capables de comprendre les nouvelles technologies, sans pour autant tous être codeurs. Autrement dit, investissons l’ensemble de nos budgets « bonheur » dans la formation et la culture générale ! L’impact que cela peut avoir sur l’engagement et la satisfaction d’un collaborateur est inestimable.  

Il est d’ailleurs intéressant de constater l’évolution des offres de formation dans l’enseignement supérieur. Chaque année, les établissements techniques innovent et lancent de nouvelles spécialisations liées à l’entrepreneuriat ou à la gestion, alors que de nombreuses universités et écoles à orientation commerciale forment leurs étudiants aux technologies de l’IT et de l’ingénierie. Ce rapprochement tend à confirmer une tendance claire : les meilleurs profils de demain seront ceux capables d’être autonomes, polyvalents et donc d’intervenir sur leur sujet de prédilection tout en prenant en compte leur contexte et leur environnement. Accompagner les travailleurs actuels et encourager les prochaines générations dans cette évolution fondamentale est déjà une manière d’éviter de futures situations de tension, d’incompréhension et de stress.  

Management 4.0  

Evidemment, recruter des profils autonomes, les former et leur donner le contexte pour s’épanouir n’est pas chose facile. D’autant plus si nous nous mettons nous-mêmes des bâtons dans les roues. Comme évoqué par Nicolas Bouzou et Julia de Funès dans leur livre La comédie (in)humaine, le monde du travail doit cesser de considérer les fonctions managériales comme des promotions mais comme des compétences. Pourquoi se priver d’un excellent technicien en le promouvant manager d’une équipe s’il n’en a ni les qualités, ni l’envie ? Nous devons arrêter de penser pour les autres et de considérer que tout le monde rêve forcément de devenir manager. Pour investir dans la connaissance, il convient parfois simplement de conserver notre bon sens et de positionner les employés sur les fonctions où ils sont les meilleurs.  

Un dernier point paraît essentiel pour une entreprise qui souhaite cultiver l’engagement de ses collaborateurs et encourager leur développement personnel : miser sur l’intelligence émotionnelle. De nos jours, rares sont les fonctions qui ne nécessitent pas d’être en contacts réguliers avec des collègues, fournisseurs ou clients. La capacité de comprendre et contrôler ses émotions, et d’accepter celles d’autrui devient donc un atout non négligeable. Plutôt que de rechercher des experts de la dernière version de notre CRM, recrutons des personnes capables de gérer leur stress, d’être ouverts d’esprit et de parfois mettre leur égo de côté !  

Si l’on synthétise ces différentes réflexions, l’entreprise performante serait donc le lieu de la formation continue, de la polyvalence, de l’autonomie, de la libre-pensée et de l’intelligence émotionnelle. Plutôt attirant, non ? 

Sur le même sujet
Management
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20201116-GJXCV1 2021-02-11 12_26_23

    Coronavirus: dans les hôpitaux, la hausse brutale des entrées est une réalité

  2. L’annonce qui a suivi le Codeco rimait avec espoirs déçus.

    Comité de concertation: avec la peur d'une troisième vague, tout espoir est reporté

  3. Hospis

    Coronavirus: un pic à 204 admissions en un jour a calmé toutes les ardeurs

La chronique
  • La chronique de Carta Academica: «Digestion troublée du «Festin de Babette», œuvre essentielle»

    Hier soir, j’ai regardé Le Festin de Babette, un film réalisé en 1987 par Gabriel Axel dans lequel Stéphane Audran incarne Babette, une Française s’étant réfugiée au Danemark dans le courant de l’année 1871. Cette année-là, en effet, Paris est le théâtre d’une répression féroce menée par le gouvernement d’Adolphe Thiers, qui massacre impitoyablement les révolutionnaires de la Commune autant que ses plus vagues sympathisants. Babette, dont le fils et le mari ont été fusillés par un général de l’armée française, s’échappe du bain de sang et trouve asile chez deux sœurs danoises, des vieilles filles profondément religieuses à la tête d’un culte luthérien hérité de leur défunt père. Ces dernières offrent à la Parisienne une position de cuisinière et, dans la foulée, lui apprennent à préparer les quelques plats frugaux attendus à leur table d’ascètes. Les années passent et Babette, bien installée dans la petite communauté danoise, ne paraît plus entretenir d’autres liens avec sa patrie d’origine...

    Lire la suite

  • Tout ça pour ça…

    La réalité est désagréable, la réalité est épouvantable, la réalité est difficilement supportable. On voyait le soleil par la fenêtre, on sentait le goût du dehors et nous voilà de retour à la case « hôpitaux menacés de saturation », avec tous les mots de la « coronavlangue » en prime : troisième vague, exponentielle, courage, prudence, sécurité. On pensait être au bout du chemin et pour la ixième fois, voilà la liberté repoussée à plus tard. Dans une semaine ?

    ...

    Lire la suite