Shak & Kai, des vêtements 100% recyclés, recyclables et belges !

Shak & Kai, des vêtements 100% recyclés, recyclables et belges !

Savez-vous qu’il faut 2.900 litres d’eau et 350 grammes de pesticides et produits chimiques toxiques pour confectionner un seul t-shirt en coton conventionnel ? C’est de ce constat qu’est parti Morgann Dawance pour créer sa start-up : « je suis tombé par hasard sur l’impact de l’industrie fashion, la deuxième plus polluante au monde ».  

Cet ingénieur de gestion est d’abord surpris car déjà engagé à différents niveaux. « Même le t-shirt tout simple en coton que je porte détraque la planète. Je me suis renseigné sur le sujet, et c’est comme ça que ça a germé, jusqu’à créer la marque Shak & Kai ».  

Du plastique recyclé dans les vêtements, du plastique ramassé sur les plages 

Des chutes de coton d’un côté, des bouteilles en plastique recyclées de l’autre. Et pour chaque vêtement vendu, un demi-kilo de plastique ramassé sur les plages grâce à une ONG partenaire. La marque belge crée ainsi un vêtement dans une économie circulaire, écologique et européenne. Le fil vient d’Espagne, la confection se fait au Portugal, les t-shirts sont ensuite amenés en Belgique par camion.  

« Nous avons choisi au plus proche pour offrir un prix correct et concilier autant le transport que les conditions de travail. Nous sommes allés sur place nous assurer que toutes les mains impliquées sont traitées de la meilleure manière possible », explique le cofondateur et CEO. Et l’approche écologique se traduit dans les moindres détails. « Les vêtements arrivent en gros lots dans du plastique biodégradable. On les emballe dans du papier de soie, dans des cartons recyclés ou recyclables. Il y a le moins de déchets possibles, dans toute notre chaîne. » Le détail ultime ? Même l’autocollant et la colle sont biodégradables.   

Un crowdfunding qui dépasse les attentes 

Reste évidemment la demande. En mai dernier, une campagne de crowdfunding est lancée. L’objectif ? Récolter 8.000 euros pour financer la première production. Le résultat ? Près de 25.000 euros récoltés en 2 jours. 500 vêtements ont ainsi été pré-vendus. Depuis, une boutique en ligne a ouvert en octobre pour développer les ventes et la visibilité. Le prix des t-shirts ? 45 euros. Un prix ‘relativement accessible’, pas forcément pour tous, surtout en comparant les prix pratiqués par les grandes marques comme H&M ou Zara.  

« On s’arrête souvent au prix affiché. Mais un t-shirt moins cher n’est pas forcément avantageux. Un vêtement acheté à 6 euros tiendra peut-être quelques mois avant de changer de couleur ou de forme. Les vêtements éco-responsables sont créés pour durer dans le temps. C’est un aspect que les gens ont du mal à accepter. On voit le prix mais il faut aller plus loin, ce n’est pas le même type de produit. Et nous proposons même de recycler nos propres vêtements », conclut Morgann Dawance. 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-19990529-WJK7AQ_high

    Il était une fois Ennio Morricone, le Maestro du cinéma

  2. Platja d’Aro, près de Girona.

    Retour au confinement: la Belgique sur ses gardes

  3. Dans le monde entier, les scientifiques s’activent pour trouver le moyen de guérir ou prévenir le coronavirus.

    Immunité: comment l’organisme se défend contre le coronavirus

La chronique
  • La politique française est formidable

    La France est un pays formidable.

    Pour y introniser un Premier ministre, il faut généralement un vote majoritaire du Parlement, comme dans n’importe quel pays démocratique. Mais pour le virer, inutile de consulter ce même Parlement. Fait du prince. En l’occurrence, du président. On a même vu un Premier ministre, qui s’appelait Chaban-Delmas, qui a été viré le lendemain du jour où le Parlement lui avait voté majoritairement la confiance.

    Il est vrai que Turgot, Necker, Calonne – c’était sous Louis XVI – furent dégagés de la même manière. C’était une monarchie. Au fond, ça l’est toujours. Sauf qu’on ne dit plus « monarchie », mais « institutions de la Ve République ! ». Et c’est sacré.

    Un Martien qui atterrirait en France (il faut bien remplacer les touristes qui ne viennent plus par d’autres) et s’enquerrait de la situation politique, entendrait obsessionnellement parler de la grande poussée électorale des écologistes qui détiennent, désormais, la plupart des grandes villes du pays (...

    Lire la suite

  • Vacances, j’oublie tout? Euh non…

    À défaut de vaccin, voici donc une piqûre de rappel venue de Catalogne, mais aussi de Lombardie et de Vénétie : notre été 2020 n’est pas livré à l’insouciance mais sera en liberté surveillée. Avec plus que jamais dans les valises, outre les crèmes solaires, un indispensable sens des responsabilités pour ceux et celles qui décident de quitter leur domicile pour voyager en Belgique ou à l’étranger, mais aussi l’extrême vigilance des autorités publiques. Il faut en effet être assuré qu’un processus automatique et sans faille se déclenche...

    Lire la suite