Shak & Kai, des vêtements 100% recyclés, recyclables et belges !

Shak & Kai, des vêtements 100% recyclés, recyclables et belges !

Savez-vous qu’il faut 2.900 litres d’eau et 350 grammes de pesticides et produits chimiques toxiques pour confectionner un seul t-shirt en coton conventionnel ? C’est de ce constat qu’est parti Morgann Dawance pour créer sa start-up : « je suis tombé par hasard sur l’impact de l’industrie fashion, la deuxième plus polluante au monde ».  

Cet ingénieur de gestion est d’abord surpris car déjà engagé à différents niveaux. « Même le t-shirt tout simple en coton que je porte détraque la planète. Je me suis renseigné sur le sujet, et c’est comme ça que ça a germé, jusqu’à créer la marque Shak & Kai ».  

Du plastique recyclé dans les vêtements, du plastique ramassé sur les plages 

Des chutes de coton d’un côté, des bouteilles en plastique recyclées de l’autre. Et pour chaque vêtement vendu, un demi-kilo de plastique ramassé sur les plages grâce à une ONG partenaire. La marque belge crée ainsi un vêtement dans une économie circulaire, écologique et européenne. Le fil vient d’Espagne, la confection se fait au Portugal, les t-shirts sont ensuite amenés en Belgique par camion.  

« Nous avons choisi au plus proche pour offrir un prix correct et concilier autant le transport que les conditions de travail. Nous sommes allés sur place nous assurer que toutes les mains impliquées sont traitées de la meilleure manière possible », explique le cofondateur et CEO. Et l’approche écologique se traduit dans les moindres détails. « Les vêtements arrivent en gros lots dans du plastique biodégradable. On les emballe dans du papier de soie, dans des cartons recyclés ou recyclables. Il y a le moins de déchets possibles, dans toute notre chaîne. » Le détail ultime ? Même l’autocollant et la colle sont biodégradables.   

Un crowdfunding qui dépasse les attentes 

Reste évidemment la demande. En mai dernier, une campagne de crowdfunding est lancée. L’objectif ? Récolter 8.000 euros pour financer la première production. Le résultat ? Près de 25.000 euros récoltés en 2 jours. 500 vêtements ont ainsi été pré-vendus. Depuis, une boutique en ligne a ouvert en octobre pour développer les ventes et la visibilité. Le prix des t-shirts ? 45 euros. Un prix ‘relativement accessible’, pas forcément pour tous, surtout en comparant les prix pratiqués par les grandes marques comme H&M ou Zara.  

« On s’arrête souvent au prix affiché. Mais un t-shirt moins cher n’est pas forcément avantageux. Un vêtement acheté à 6 euros tiendra peut-être quelques mois avant de changer de couleur ou de forme. Les vêtements éco-responsables sont créés pour durer dans le temps. C’est un aspect que les gens ont du mal à accepter. On voit le prix mais il faut aller plus loin, ce n’est pas le même type de produit. Et nous proposons même de recycler nos propres vêtements », conclut Morgann Dawance. 

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ce 10 avril, le président iranien Rohani s’était félicité de l’avancement du programme d’enrichissement des centrifugeuses à Natanz. C’était quelques heures avant l’explosion sur la base nucléaire...

    Proche-Orient: un attentat sur la base de Natanz en Iran relance les tensions avec Israël

  2. d-20201215-GKCXJ8 2020-12-15 15_13_09

    Carte blanche: «La taxe kilométrique à Bruxelles tient la route»

  3. A la fois bricoleur, réparateur, artisan et recycleur, Geoffrey Abbas a fondé la coopérative Namufacture et ouvert une boutique dans le centre-ville de la capitale wallonne.

    La Namufacture valorise des déchets pour décorer votre intérieur

La chronique
  • La chronique «Alternatives»: La nuance, cette provocation

    Le titre du livre est provocateur dans sa modération : Le courage de la nuance.

    A une époque où toutes les radicalités font prime, où même les murmures doivent être de rage et les soupirs d’exaspération, on ne saurait être plus à contre-pied. C’est-à-dire, au fond, plus subversif.

    Quand il devient banal d’envoyer des grenades, c’est l’appel à la nuance qui explose comme une bombe. L’auteur, Jean Birnbaum (le patron, accessoirement, du supplément « Livres » du quotidien Le Monde) ose donc la seule provocation qui soit susceptible, aujourd’hui, de faire scandale : l’appel à s’émanciper des binarismes de plomb qui transforment notre espace intello-médiatique en une arène de guerre civile.

    Hurler, non ! Nuancer. Se libérer des carcans. Interpeller ses propres certitudes. Renvoyer dos à dos Eric Zemmour et Edwy Plenel. Etre capable d’ouvrir des fenêtres qui permettent de sortir de l’auto-enfermement.

    Birnbaum nous offre trois modèles...

    Lire la suite

  • Covid: regarder la réalité en face, arrêter la course aux illusions

    C’est un texte important que nous publions ce lundi, par son contenu et ses signataires. Nathan Clumeck, Marius Gilbert et Leila Belkhir sont trois scientifiques respectés dans cette crise. Depuis le début de la pandémie, ils se sont singularisés par leur volonté de dire aux citoyens ce qui était, sans hurler au loup, sans charlatanisme et en veillant à ne servir aucun discours ou enjeu politique.

    Le texte qu’ils se sont décidé à écrire et à signer ce week-end a été mûrement réfléchi. Ils savent que...

    Lire la suite