Shak & Kai, des vêtements 100% recyclés, recyclables et belges !

Shak & Kai, des vêtements 100% recyclés, recyclables et belges !

Savez-vous qu’il faut 2.900 litres d’eau et 350 grammes de pesticides et produits chimiques toxiques pour confectionner un seul t-shirt en coton conventionnel ? C’est de ce constat qu’est parti Morgann Dawance pour créer sa start-up : « je suis tombé par hasard sur l’impact de l’industrie fashion, la deuxième plus polluante au monde ».  

Cet ingénieur de gestion est d’abord surpris car déjà engagé à différents niveaux. « Même le t-shirt tout simple en coton que je porte détraque la planète. Je me suis renseigné sur le sujet, et c’est comme ça que ça a germé, jusqu’à créer la marque Shak & Kai ».  

Du plastique recyclé dans les vêtements, du plastique ramassé sur les plages 

Des chutes de coton d’un côté, des bouteilles en plastique recyclées de l’autre. Et pour chaque vêtement vendu, un demi-kilo de plastique ramassé sur les plages grâce à une ONG partenaire. La marque belge crée ainsi un vêtement dans une économie circulaire, écologique et européenne. Le fil vient d’Espagne, la confection se fait au Portugal, les t-shirts sont ensuite amenés en Belgique par camion.  

« Nous avons choisi au plus proche pour offrir un prix correct et concilier autant le transport que les conditions de travail. Nous sommes allés sur place nous assurer que toutes les mains impliquées sont traitées de la meilleure manière possible », explique le cofondateur et CEO. Et l’approche écologique se traduit dans les moindres détails. « Les vêtements arrivent en gros lots dans du plastique biodégradable. On les emballe dans du papier de soie, dans des cartons recyclés ou recyclables. Il y a le moins de déchets possibles, dans toute notre chaîne. » Le détail ultime ? Même l’autocollant et la colle sont biodégradables.   

Un crowdfunding qui dépasse les attentes 

Reste évidemment la demande. En mai dernier, une campagne de crowdfunding est lancée. L’objectif ? Récolter 8.000 euros pour financer la première production. Le résultat ? Près de 25.000 euros récoltés en 2 jours. 500 vêtements ont ainsi été pré-vendus. Depuis, une boutique en ligne a ouvert en octobre pour développer les ventes et la visibilité. Le prix des t-shirts ? 45 euros. Un prix ‘relativement accessible’, pas forcément pour tous, surtout en comparant les prix pratiqués par les grandes marques comme H&M ou Zara.  

« On s’arrête souvent au prix affiché. Mais un t-shirt moins cher n’est pas forcément avantageux. Un vêtement acheté à 6 euros tiendra peut-être quelques mois avant de changer de couleur ou de forme. Les vêtements éco-responsables sont créés pour durer dans le temps. C’est un aspect que les gens ont du mal à accepter. On voit le prix mais il faut aller plus loin, ce n’est pas le même type de produit. Et nous proposons même de recycler nos propres vêtements », conclut Morgann Dawance. 

Sur le même sujet
Starter
 
À découvrir sur Le Soir +
  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bart De Wever et Paul Magnette feront rapport au Roi ce samedi.

    Négociations fédérales: 4 heures avec les verts, 42 minutes avec les bleus

  2. C’est la vice-présidente de la commission, Kathleen Depoorter, qui a mené les débats.

    Faux départ pour la commission spéciale Covid-19 à la Chambre

  3. L’opération «
je dépose ma veste de cuisinier
» menée par l’horeca sur la Grand-Place de Bruxelles
: un moment marquant du confinement.

    L’Etat, une énorme tirelire pour la relance

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Premier faux pas pour la commission Covid

    En plein mois d’août, le président de la « commission spéciale en charge d’examiner la gestion de l’épidémie de Covid-19 par la Belgique » a décidé de réunir ses troupes pour entamer les travaux, avec un premier échange de vues avec les experts. Une séance de plus de trois heures qu’on peut qualifier de raté au démarrage.

    Réunion improvisée

    Le péché originel, c’était la convocation de cette réunion...

    Lire la suite