Bien plus qu’un atelier mécanique

Edition numérique des abonnés

Rien ne prédestinait Amaury Van Caneghem à devenir directeur de centre Auto 5. Avec une formation de base en Horeca et un parcours professionnel qui l’a mené dans la grande distribution, le commercial et les ressources humaines, il explique avec le sourire : « pour moi, une voiture c’était quatre roues et un volant, rien de plus ». Au début de l’année 2019, il a pourtant intégré Auto 5 qui cherchait un directeur de centre. « Je n’avais aucune expérience dans le domaine mais les connaissances, ça s’acquiert ».

Toutes les clés d’un management moderne

Lors de son entrée dans le groupe, - Auto5 appartient au groupe français Norauto-, Amaury a été formé pendant plusieurs semaines dans un centre dont il a rapidement pris la direction. « Après un mois et demi à apprendre les ficelles du métier avec un directeur chevronné comme parrain, en quelque sorte, j’ai dirigé le centre de Leeuw-Saint-Pierre et puis après 9 mois dans l’entreprise je suis devenu directeur de centre à Drogenbos, le plus grand Auto 5 du pays ». Aujourd’hui, Amaury anime au quotidien une équipe de 23 personnes réparties pour une moitié dans l’atelier et l’autre moitié en magasin.

Pour en arriver là, Amaury a également suivi un parcours de formation en interne sur la mécanique automobile. « J’ai appris à changer une batterie, je connais tout du système de freinage, je suis capable de répondre aux questions techniques des clients. Quand c’est trop spécialisé, je me tourne vers l’adjoint atelier». Pour Amaury, en manager moderne, il est important d’être au contact des équipes. « 20% de mon travail consiste à gérer les ressources humaines, le marketing ou la logistique du centre. Les 80% du temps restant, je suis dans l’atelier ou dans le magasin avec les collègues au contact des clients ».

 

Une activité retail au vrai sens du terme

Une des qualités indispensables pour devenir directeur de centre chez Auto5, c’est le sens du service au client. « On ne rentre pas dans un magasin Auto5 pour flâner. Quand un client vient chez nous, c’est qu’il a un problème ou un besoin très précis. 9 fois sur 10 quand on demande à un client s’il a besoin d’aide, il répond par l’affirmative. Il y a une attente très forte et c’est gratifiant d’y répondre ». Encore une fois, « le relationnel est très important. On ne fait pas que de la carrosserie ou de la mécanique, mais avant tout du commercial. L’accueil en magasin est crucial. Le client est notre objectif premier. Un client satisfait est un client qui revient » .

L’occasion pour Amaury de motiver de futurs collègues titulaires d’un bachelier en management ou en commerce à le rejoindre : « Il n’y a pas de question d’âge, d’expériences ou de connaissances. Il suffit d’être motivé et de se montrer intéressé par ce qu’on fait. Bien sûr, si on aime les voitures, c’est un plus évidemment pour relever le challenge de devenir directeur d’un centre Auto5 ! »

 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Trop tôt pour faire la fête? «Tout comme le Premier ministre et le ministre de la Santé , je vois que, depuis cinq semaines, la situation épidémiologique est stable.»

    Le commissaire corona: «Avec les boîtes de nuit, je veux une dynamique positive, pas un Etat intransigeant»

  2. Daniel Cohn-Bendit.

    Daniel Cohn-Bendit: «L’Allemagne veut être gouvernée au centre»

  3. Xavier Van Dam ne s’est montré plus ou moins collaborant que quand il s’est agi de parler de sa vie.

    Assises de Namur: Xavier Van Dam refuse d’évoquer la mort de Wivinne Marion

La chronique
  • La chronique «Alternatives»: quand l’extrémisme devient la normalité

    Imaginez cela : en prélude aux élections législatives belges, une chaîne de télévision en Belgique organise deux heures et demie de débat entre un néo-bolchevique et un néofasciste, à l’exclusion de toutes les tendances plus modérées du spectre politique. Le scandale serait considérable et les protestations tonitruantes.

    Or nous venons, en France, de vivre un tel événement sans, qu’apparemment, cela ne choque qui que ce soit. Eric Zemmour y affrontait Jean-Luc Mélenchon. L’un qui est structurellement candidat à la présidence de la République, l’autre qui l’est potentiellement. L’un qui se réclame de Charles Maurras, l’autre de Léon Trotski. La modernité en marche. L’un, Mélenchon, qui s’insurge contre le système dont il est devenu un pilier, l’autre qui stigmatise une pensée unique dont il est en train de devenir l’un des omniprésents représentants.

    Car le cas Zemmour est proprement inouï : le polémiste est partout, sur toutes les radios, sur toutes les télévisions, dans tous les journaux, on ne voit, on n’entend que lui, on ne...

    Lire la suite

  • Aujourd’hui peut-être, ou alors demain…

    Procession d’Echternach ou chemin de croix ? La gestion de la pandémie aura en tout cas tout eu depuis le début, du parcours du combattant et d’une très longue épreuve de patience. La nouvelle est tombée ce lundi, mais on le pressentait déjà depuis quelques jours : il n’y aura pas de CST – Covid Safe Ticket – étendu dès ce premier octobre à Bruxelles. De quoi s’arracher les cheveux pour des théâtres et salles de spectacle qui avaient déjà prévenu leurs spectateurs par mail de l’application de nouvelles réglementations...

    Lire la suite