Quand votre savoir-être vous aide à trouver un job

Quand votre savoir-être vous aide à trouver un job

La capacité à reconnaître et à gérer ses propres émotions ainsi que celles des autres, l’intelligence émotionnelle comme on l’appelle, est de plus en plus importante dans le monde du travail. Chez les managers, mais aussi chez les employés. Une étude de Robert Half vient à nouveau le confirmer. 

Pour 6 recruteurs sur 10, le quotient émotionnel (QE) serait aujourd’hui tout aussi important que le quotient... intellectuel ! Et pour cause, si l’intelligence artificielle surpasse déjà le cerveau humain dans de nombreux domaines techniques, l’empathie, l’écoute ou encore l’ouverture d’esprit, elles, restent (pour l’instant en tout cas) l’apanage de l’Homme. Il est donc le seul à pouvoir favoriser la collaboration et la synergie au sein d’une équipe. 

Un atout pour votre carrière  

« Un QE élevé est essentiel à chaque étape d’une carrière, car il concerne la capacité à entretenir des relations et à se mettre à la place des autres », précise Iris Houtaar,  Associate Director chez Robert Half. Résultat, les trois-quarts des interrogés sont formels : un collaborateur doué d’une solide intelligence émotionnelle se montre plus efficace dans la collaboration, est plus motivé, et se révèle meilleur manager ou leader.  

Pour 1 sondé sur 3, d’ici trois ans, les compétences communicationnelles sont d’ailleurs appelées à devenir un enjeu majeur dans la gestion des talents. Ce seront même les compétences principales recherchées chez un CEO. 

Rien ne vaut la pratique 

Attendez-vous donc, lors de votre prochain entretien d’embauche, à être testé sur ces soft skills. D’après Iris Houtaar, chez Robert Half, l’exercice prend par exemple la forme d’un questionnaire : « nous demandons au candidat comment il réagirait dans telle ou telle situation. Les références et les tests de personnalité en disent long également sur le QE d’un candidat. » 

Rassurez-vous cependant, si ces caractéristiques ne sont pas innées chez vous, tout n’est pas perdu. Selon le spécialiste du recrutement, il n’est jamais trop tard pour s’améliorer. L’intelligence émotionnelle, ça se pratique ! 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MANIFSFLEURS

    La jeunesse birmane ose affronter la vieille garde autoritaire en Birmanie

  2. d-20210228-GLH90L 2021-02-28 15_08_22

    Le passé délinquant de l’agresseur du photographe à Reims

  3. 10913768-019

    Nicolas Sarkozy, le crépuscule d’un fauve

La chronique
  • Edouard Balladur, la Boverie et les vieux: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Edouard Balladur

    L’ancien Premier ministre français est fidèle à son image : il aura passé sa vie au second plan, derrière Pompidou puis derrière Chirac. Cette semaine, c’est encore Nicolas Sarkozy qui lui a fait de l’ombre dans les médias. Son acquittement pour des bidouillages financiers dans les années nonante est passé au second plan par rapport à la condamnation de l’ancien président. A 92 ans, on ne changera plus « Ballamou ».

    Quentin Dujardin

    Le musicien qui avait défié l’autorité en se produisant dans une église quasiment vide ne comparaîtra pas devant un tribunal et on est bien content pour lui. La justice...

    Lire la suite

  • La dictature du chiffre. Et de l’opinion…

    Les autorités de ce pays auraient-elles décidé de nous faire mourir en bonne santé ? On en viendrait à le croire à entendre de plus en plus de chercheurs en sciences humaines qui ne se privent d’affirmer que les effets secondaires toxiques des mesures prescrites pour enrayer la pandémie sont en train de prendre le pas sur leurs vertus prophylactiques : en termes de précarité et de santé mentale par exemple, singulièrement chez les jeunes.

    Fondamentalement, ils reprochent aux politiques d’...

    Lire la suite