Où sont les femmes dans les startups ?

Où sont les femmes dans les startups ?

En Belgique 13,7% des fondateurs de start-up seulement sont des femmes, contre 15% au niveau européen. Pourquoi ? Les raisons sont multiples.

La femme oubliée, voire supprimée, de l’histoire technologique

Les femmes ont toujours été présentes dans la tech. « Quand on voit l’histoire technologique, il y a une femme derrière les prémisses du WiFi ou le programme Apollo », explique Loubna Azhgoud, coordinatrice de Women in Business au 1819, le service d’information régional pour les entrepre-neurs. Pourtant, personne n’en parle. « Ce sont des choses peu enseignées, on doit pouvoir apprendre aux jeunes que l’histoire de la technologie est aussi une histoire de femmes ». Selon la coordinatrice, le monde de la tech s’est masculinisé dans les années 80 et le marketing, dominé par les hommes, a gommé l’histoire de ces femmes. La meilleure preuve ? « Les modèles, ce sont les Steve Jobs, les Mark Zuckerberg. Qui sont les femmes ? »

Un manque de modèles féminins inspirants

Cette question, Women in Tech a voulu y répondre dans une enquête au sein de son réseau. Le résultat ? Marie Curie est citée comme première rôle-modèle par 30% des répondantes, devant She-ryl Sandberg (CEO Facebook) et Dominique Leroy (CEO Proximus). Qu’une femme née au XIXe siècle soit citée en premier est assez interpellant. « Ce que nous souhaitons, c’est de promouvoir des mo-dèles existants. Des femmes que l’on peut croiser dans le tram », ajoute-t-elle. « Nous avons ainsi créé des vidéos, partagées sur les réseaux sociaux, d’entrepreneurs tech bruxelloises et prouver que la tech est à ouverte à tous, aux femmes et aux hommes ». Dans l’inconscient collectif, les femmes se-raient ainsi encore souvent prédestinées à être mères de famille et sacrifier leur carrière, à un mo-ment ou un autre.

Rééquilibrer le monde de demain

Promouvoir la place des femmes ne veut pas forcément dire abattre celle des hommes. « Nous avons un objectif de mixité, nous ne sommes pas contre les hommes », précise Loubna Azghoud. Il faut sur-tout agir maintenant, pour équilibrer l’avenir. « Sinon, nous risquons d’être dans un monde qui va nous dépasser, géré par une petite partie de la population. Tout le monde doit prendre sa part, pour pouvoir créer un monde meilleur et universel ». La coordinatrice se dit elle-même un peu utopiste. « Peut-être oui, mais je vois un monde construit ensemble, entre hommes et femmes de différentes cultures, et gommer ainsi certaines erreurs du passé ».

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Platja d’Aro, près de Girona.

    Retour au confinement: la Belgique sur ses gardes

  2. Dans le monde entier, les scientifiques s’activent pour trouver le moyen de guérir ou prévenir le coronavirus.

    Immunité: comment l’organisme se défend contre le coronavirus

  3. Emmanuel Marill, directeur France et Belgique de l’entreprise américaine Airbnb, a licencié entre 20 et 25
% de ses effectifs.

    Les habitudes des Belges sur AirBNB: la campagne a la cote

La chronique
  • Lettre d’Europe: la pandémie s’éloigne, les questions climatiques restent

    Que la pandémie s’éloigne effectivement ou que les Européens s’habituent simplement à vivre avec elle, une chose est sûre : la lutte contre le changement climatique et ses conséquences dévastatrices sur nos vies reste notre plus grand défi.

    À Bruxelles, la Pologne va trouver sur la table des négociations le problème du CO2 car certains pays de l’Union européenne veulent que le Fonds pour une transition juste (avec, à la clé, 8 milliards d’euros pour la Pologne) soit accordé uniquement si Varsovie adhère à l’objectif européen de neutralité carbone fixé à 2050. Si, en décembre dernier, le gouvernement polonais est parvenu à retarder la décision, de nombreuses capitales européennes veulent aujourd’hui subordonner l’accord budgétaire à une décision claire de la Pologne sur la politique climatique communautaire.

    Cracovie la plus polluée

    Pourquoi, en Pologne, où près de la moitié de la...

    Lire la suite

  • Vacances, j’oublie tout? Euh non…

    À défaut de vaccin, voici donc une piqûre de rappel venue de Catalogne, mais aussi de Lombardie et de Vénétie : notre été 2020 n’est pas livré à l’insouciance mais sera en liberté surveillée. Avec plus que jamais dans les valises, outre les crèmes solaires, un indispensable sens des responsabilités pour ceux et celles qui décident de quitter leur domicile pour voyager en Belgique ou à l’étranger, mais aussi l’extrême vigilance des autorités publiques. Il faut en effet être assuré qu’un processus automatique et sans faille se déclenche...

    Lire la suite