Où sont les femmes dans les startups ?

Où sont les femmes dans les startups ?

En Belgique 13,7% des fondateurs de start-up seulement sont des femmes, contre 15% au niveau européen. Pourquoi ? Les raisons sont multiples.

La femme oubliée, voire supprimée, de l’histoire technologique

Les femmes ont toujours été présentes dans la tech. « Quand on voit l’histoire technologique, il y a une femme derrière les prémisses du WiFi ou le programme Apollo », explique Loubna Azhgoud, coordinatrice de Women in Business au 1819, le service d’information régional pour les entrepre-neurs. Pourtant, personne n’en parle. « Ce sont des choses peu enseignées, on doit pouvoir apprendre aux jeunes que l’histoire de la technologie est aussi une histoire de femmes ». Selon la coordinatrice, le monde de la tech s’est masculinisé dans les années 80 et le marketing, dominé par les hommes, a gommé l’histoire de ces femmes. La meilleure preuve ? « Les modèles, ce sont les Steve Jobs, les Mark Zuckerberg. Qui sont les femmes ? »

Un manque de modèles féminins inspirants

Cette question, Women in Tech a voulu y répondre dans une enquête au sein de son réseau. Le résultat ? Marie Curie est citée comme première rôle-modèle par 30% des répondantes, devant She-ryl Sandberg (CEO Facebook) et Dominique Leroy (CEO Proximus). Qu’une femme née au XIXe siècle soit citée en premier est assez interpellant. « Ce que nous souhaitons, c’est de promouvoir des mo-dèles existants. Des femmes que l’on peut croiser dans le tram », ajoute-t-elle. « Nous avons ainsi créé des vidéos, partagées sur les réseaux sociaux, d’entrepreneurs tech bruxelloises et prouver que la tech est à ouverte à tous, aux femmes et aux hommes ». Dans l’inconscient collectif, les femmes se-raient ainsi encore souvent prédestinées à être mères de famille et sacrifier leur carrière, à un mo-ment ou un autre.

Rééquilibrer le monde de demain

Promouvoir la place des femmes ne veut pas forcément dire abattre celle des hommes. « Nous avons un objectif de mixité, nous ne sommes pas contre les hommes », précise Loubna Azghoud. Il faut sur-tout agir maintenant, pour équilibrer l’avenir. « Sinon, nous risquons d’être dans un monde qui va nous dépasser, géré par une petite partie de la population. Tout le monde doit prendre sa part, pour pouvoir créer un monde meilleur et universel ». La coordinatrice se dit elle-même un peu utopiste. « Peut-être oui, mais je vois un monde construit ensemble, entre hommes et femmes de différentes cultures, et gommer ainsi certaines erreurs du passé ».

Sur le même sujet
Starter
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ce 10 avril, le président iranien Rohani s’était félicité de l’avancement du programme d’enrichissement des centrifugeuses à Natanz. C’était quelques heures avant l’explosion sur la base nucléaire...

    Proche-Orient: un attentat sur la base de Natanz en Iran relance les tensions avec Israël

  2. d-20201215-GKCXJ8 2020-12-15 15_13_09

    Carte blanche: «La taxe kilométrique à Bruxelles tient la route»

  3. A la fois bricoleur, réparateur, artisan et recycleur, Geoffrey Abbas a fondé la coopérative Namufacture et ouvert une boutique dans le centre-ville de la capitale wallonne.

    La Namufacture valorise des déchets pour décorer votre intérieur

La chronique
  • La chronique «Alternatives»: La nuance, cette provocation

    Le titre du livre est provocateur dans sa modération : Le courage de la nuance.

    A une époque où toutes les radicalités font prime, où même les murmures doivent être de rage et les soupirs d’exaspération, on ne saurait être plus à contre-pied. C’est-à-dire, au fond, plus subversif.

    Quand il devient banal d’envoyer des grenades, c’est l’appel à la nuance qui explose comme une bombe. L’auteur, Jean Birnbaum (le patron, accessoirement, du supplément « Livres » du quotidien Le Monde) ose donc la seule provocation qui soit susceptible, aujourd’hui, de faire scandale : l’appel à s’émanciper des binarismes de plomb qui transforment notre espace intello-médiatique en une arène de guerre civile.

    Hurler, non ! Nuancer. Se libérer des carcans. Interpeller ses propres certitudes. Renvoyer dos à dos Eric Zemmour et Edwy Plenel. Etre capable d’ouvrir des fenêtres qui permettent de sortir de l’auto-enfermement.

    Birnbaum nous offre trois modèles...

    Lire la suite

  • Covid: regarder la réalité en face, arrêter la course aux illusions

    C’est un texte important que nous publions ce lundi, par son contenu et ses signataires. Nathan Clumeck, Marius Gilbert et Leila Belkhir sont trois scientifiques respectés dans cette crise. Depuis le début de la pandémie, ils se sont singularisés par leur volonté de dire aux citoyens ce qui était, sans hurler au loup, sans charlatanisme et en veillant à ne servir aucun discours ou enjeu politique.

    Le texte qu’ils se sont décidé à écrire et à signer ce week-end a été mûrement réfléchi. Ils savent que...

    Lire la suite