Faire une sieste au travail permet d'augmenter la productivité

Faire une sieste au travail permet d'augmenter la productivité

D’une manière générale, en quoi est-ce important de faire une sieste ?  

Cela permet de recharger les batteries à certains moments de la journée et d’améliorer les performances pour l’après-midi ou le reste de la journée. On sera plus performant au niveau physique, cognitif et intellectuel. Le besoin de sieste est naturel, c’est un creux de la vigilance et cela arrive chez tout le monde. Pour ceux qui ont un rythme de vie « normal », cela se déroule entre 12h et 15h et est contrôlé par notre horloge biologique. Dans notre situation actuelle, avec un grand nombre de stimulations comme la télé, les smartphones… les gens dorment moins par nuit, entre 1h et 1h30 de moins, et se mettent en dette de sommeil. Une sieste l’après-midi ou durant le week-end peut donc compenser la dette accumulée pendant la semaine.  

Et dans le milieu professionnel, cela serait un avantage de dormir ? 

Le principe est le même oui au niveau des performances. Les capacités de concentration pourront à nouveau augmenter et cela va donner un coup de boost au niveau de nos performances intellectuelles. On sera plus productif, plus efficace… c’est clairement une situation de win-win, tant pour le travailleur que pour l’employeur. On parle évidemment de manière générale, certains auront plus besoin de faire une sieste au travail que d’autres.  

A quoi ressemble la sieste idéale au travail ?  

Elle dure une vingtaine de minutes, en comptant 5 à 10 minutes pour s’endormir. Dix minutes de sommeil pour ce qu’on appelle une « power nap », une sieste efficace. Car si elle dure longtemps, on risque de tomber dans un sommeil plus profond et d’avoir une inertie du sommeil. Ces moments où on est dans le gaz, où on est entre les deux. Il faut éviter cela.  

C’est pourtant un sujet encore tabou, même s’il y a des améliorations.  

Il y a une image assez négative de la sieste au travail dans nos sociétés. En Europe, et en tout cas en Belgique, cela est considéré comme une pratique de fainéants. Alors que c’est un besoin normal et qu’on sera justement moins vigilant au travail si on ne dort pas. C’est un coup de pouce donné à notre corps de dormir, on le respecte mieux. L’efficacité n’en sera que meilleure ensuite, on diminue le risque d’erreurs… et on augmente la productivité.  

Comment pourrait-on convaincre les entreprises de le faire ? 

On pourrait déjà mettre la sieste sur le temps de midi. Le travailleur prendrait quelques minutes de plus sur sa pause. L’employeur n’est pas perdant dans ce cas et il serait donc plus enclin à le proposer aux collaborateurs qui le souhaitent, et dans les bonnes conditions. Un endroit isolé, à l’abri de la lumière et du bruit. Une salle de réunion aménagée avec des fauteuils semi-allongés suffit déjà. 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Lors de la première vague, le pic s’était arrêté à 101 patients covid (38 aux soins intensifs, 63 en unités covid). Ce vendredi, à 9
h du matin, l’hôpital en accueillait 126.

    «C’est un peu comme replonger dans un bain d’eau froide»: les soignants ont peur de se noyer dans la deuxième vague

  2. photo_dieWelt

    La dangereuse dépendance de l’Europe en matière de médicaments

  3. POLITICS CONSULTATION COMMITTEE

    Couvre-feu, limitation dans les commerces, enseignement, sport…: les nouvelles mesures en Wallonie

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi, jour 89»: la taupe

    L’autre jour, il s’est passé un truc incroyable.

    En l’espace de 24 heures, deux personnes nous ont sorti la même phrase : « Tu ne vas quand même pas t’enterrer comme une taupe ? » L’une des deux poussant légèrement plus loin : « Tu sais, ma tante vit comme une taupe dans son terrier et elle a attrapé le covid via le courrier et les pubs dans sa boîte aux lettres. »

    D’abord, on ne dit pas terrier, mais taupinière. Ensuite, qu’on leur a répondu, bien sûr que si, je vais m’enterrer, et bien profond avec ça. Je vais creuser mes 20 mètres de galerie en une journée – c’est ma moyenne – à la verticale, loin de tout, loin de la surface, avec mes mains en corne en forme de petites pelles et mes douze doigts griffus.

    Je n’y verrai sans doute pas grand-chose, mais j’aiguiserai mon ouïe avec mes oreilles sans pavillon, pour bien entendre quand on annoncera que tout va bien, que l’air est pur et qu’on...

    Lire la suite

  • Mais bon sang, c’est quoi ce pays!

    On devrait dire : « Chapeau, vous avez enfin compris la gravité de la situation. » Alors que la Wallonie est au top des régions les plus dangereuses d’Europe, que les chiffres de contaminations continuent à exploser, que les experts tirent à boulets rouges sur la faiblesse des mesures prises, que le système hospitalier est en train de craquer et que les Belges succombent sous le coup du virus, il fallait évidemment passer à ce reconfinement partiel, annoncé par le ministre-président wallon Elio Di Rupo....

    Lire la suite