Faire une sieste au travail permet d'augmenter la productivité

Faire une sieste au travail permet d'augmenter la productivité

D’une manière générale, en quoi est-ce important de faire une sieste ?  

Cela permet de recharger les batteries à certains moments de la journée et d’améliorer les performances pour l’après-midi ou le reste de la journée. On sera plus performant au niveau physique, cognitif et intellectuel. Le besoin de sieste est naturel, c’est un creux de la vigilance et cela arrive chez tout le monde. Pour ceux qui ont un rythme de vie « normal », cela se déroule entre 12h et 15h et est contrôlé par notre horloge biologique. Dans notre situation actuelle, avec un grand nombre de stimulations comme la télé, les smartphones… les gens dorment moins par nuit, entre 1h et 1h30 de moins, et se mettent en dette de sommeil. Une sieste l’après-midi ou durant le week-end peut donc compenser la dette accumulée pendant la semaine.  

Et dans le milieu professionnel, cela serait un avantage de dormir ? 

Le principe est le même oui au niveau des performances. Les capacités de concentration pourront à nouveau augmenter et cela va donner un coup de boost au niveau de nos performances intellectuelles. On sera plus productif, plus efficace… c’est clairement une situation de win-win, tant pour le travailleur que pour l’employeur. On parle évidemment de manière générale, certains auront plus besoin de faire une sieste au travail que d’autres.  

A quoi ressemble la sieste idéale au travail ?  

Elle dure une vingtaine de minutes, en comptant 5 à 10 minutes pour s’endormir. Dix minutes de sommeil pour ce qu’on appelle une « power nap », une sieste efficace. Car si elle dure longtemps, on risque de tomber dans un sommeil plus profond et d’avoir une inertie du sommeil. Ces moments où on est dans le gaz, où on est entre les deux. Il faut éviter cela.  

C’est pourtant un sujet encore tabou, même s’il y a des améliorations.  

Il y a une image assez négative de la sieste au travail dans nos sociétés. En Europe, et en tout cas en Belgique, cela est considéré comme une pratique de fainéants. Alors que c’est un besoin normal et qu’on sera justement moins vigilant au travail si on ne dort pas. C’est un coup de pouce donné à notre corps de dormir, on le respecte mieux. L’efficacité n’en sera que meilleure ensuite, on diminue le risque d’erreurs… et on augmente la productivité.  

Comment pourrait-on convaincre les entreprises de le faire ? 

On pourrait déjà mettre la sieste sur le temps de midi. Le travailleur prendrait quelques minutes de plus sur sa pause. L’employeur n’est pas perdant dans ce cas et il serait donc plus enclin à le proposer aux collaborateurs qui le souhaitent, et dans les bonnes conditions. Un endroit isolé, à l’abri de la lumière et du bruit. Une salle de réunion aménagée avec des fauteuils semi-allongés suffit déjà. 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. 700 personnalités prônent une taxe sur les transactions financières, un recours aux moyens de la BCE et des banques et assurances pour financer la relance.

    «On peut financer la relance sans argent des Etats»

  3. Il y a quelques jours, le Bois de la Cambre a été partiellement rouvert au trafic des voitures.

    Après la solidarité, le partage?

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • Un baromètre pour regarder la crise économique dans les yeux

    La double peine, c’est ce que nous inflige le Covid-19 : les morts d’abord, les destructions d’emploi en vue. Deux terribles factures qui s’enchaînent : à peine venons-nous de quitter le pic du nombre de décès, des contaminations et de la crise sanitaire que nous plongeons dans le pire de la crise économique.

    Si nos systèmes de santé ont été confrontés à une pandémie sans précédent inattendue, impréparée et inédite, notre système économique, lui, fait face au défi le plus lourd depuis la Seconde...

    Lire la suite