Faire une sieste au travail permet d'augmenter la productivité

Faire une sieste au travail permet d'augmenter la productivité

D’une manière générale, en quoi est-ce important de faire une sieste ?  

Cela permet de recharger les batteries à certains moments de la journée et d’améliorer les performances pour l’après-midi ou le reste de la journée. On sera plus performant au niveau physique, cognitif et intellectuel. Le besoin de sieste est naturel, c’est un creux de la vigilance et cela arrive chez tout le monde. Pour ceux qui ont un rythme de vie « normal », cela se déroule entre 12h et 15h et est contrôlé par notre horloge biologique. Dans notre situation actuelle, avec un grand nombre de stimulations comme la télé, les smartphones… les gens dorment moins par nuit, entre 1h et 1h30 de moins, et se mettent en dette de sommeil. Une sieste l’après-midi ou durant le week-end peut donc compenser la dette accumulée pendant la semaine.  

Et dans le milieu professionnel, cela serait un avantage de dormir ? 

Le principe est le même oui au niveau des performances. Les capacités de concentration pourront à nouveau augmenter et cela va donner un coup de boost au niveau de nos performances intellectuelles. On sera plus productif, plus efficace… c’est clairement une situation de win-win, tant pour le travailleur que pour l’employeur. On parle évidemment de manière générale, certains auront plus besoin de faire une sieste au travail que d’autres.  

A quoi ressemble la sieste idéale au travail ?  

Elle dure une vingtaine de minutes, en comptant 5 à 10 minutes pour s’endormir. Dix minutes de sommeil pour ce qu’on appelle une « power nap », une sieste efficace. Car si elle dure longtemps, on risque de tomber dans un sommeil plus profond et d’avoir une inertie du sommeil. Ces moments où on est dans le gaz, où on est entre les deux. Il faut éviter cela.  

C’est pourtant un sujet encore tabou, même s’il y a des améliorations.  

Il y a une image assez négative de la sieste au travail dans nos sociétés. En Europe, et en tout cas en Belgique, cela est considéré comme une pratique de fainéants. Alors que c’est un besoin normal et qu’on sera justement moins vigilant au travail si on ne dort pas. C’est un coup de pouce donné à notre corps de dormir, on le respecte mieux. L’efficacité n’en sera que meilleure ensuite, on diminue le risque d’erreurs… et on augmente la productivité.  

Comment pourrait-on convaincre les entreprises de le faire ? 

On pourrait déjà mettre la sieste sur le temps de midi. Le travailleur prendrait quelques minutes de plus sur sa pause. L’employeur n’est pas perdant dans ce cas et il serait donc plus enclin à le proposer aux collaborateurs qui le souhaitent, et dans les bonnes conditions. Un endroit isolé, à l’abri de la lumière et du bruit. Une salle de réunion aménagée avec des fauteuils semi-allongés suffit déjà. 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ce lundi, le Roi a refusé la démission des deux préformateurs, Egbert Lachaert (VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Quarante-huit heures pour sauver la Vivaldi...

    Négociations fédérales: les deux scénarios en cas d’échec de la Vivaldi

  2. PHOTONEWS_10862985-063

    Comment le trafic de drogue s’est adapté à l'ère du coronavirus

  3. d-20200712-GGZL6G 2020-07-12 19:10:13

    Google devient diffuseur d’offres d’emploi, un mouvement désintéressé?

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 61: le barbu

    Le 5 septembre, il s’est passé un truc incroyable.

    C’était la journée mondiale de la barbe. Une vraie fête de Vikings, avec des rituels sympas un peu partout dans le monde. Un match de boxe, dans le sud de l’Espagne, entre un barbu et un imberbe et dont le barbu (armé d’une pique) ressort toujours vainqueur. Ou une fête, à Dönskborg, en Suède, où les non-barbus sont bannis du village et doivent se réfugier dans la forêt voisine pendant 24 heures. Cool.

    On avait envie de leur rendre hommage, du coup, à tous ces boucs et ces barbiches, ces colliers, ces barbes de trois jours, de bûcherons et de hipsters. La Van Dyke, inspirée de celle d’Antoon van Dyck, le peintre flamand. L’impériale, popularisée par Napoléon III. La Souvorov qui nous vient d’Alexandre Vassilievitch Souvorov, militaire russe et fin stratège du XVIIIe. On l’obtient en laissant pousser les favoris et la moustache pour ne raser que le menton. C’est celle du légendaire Lemmy des Motorhead, presque...

    Lire la suite