Faire une sieste au travail permet d'augmenter la productivité

Faire une sieste au travail permet d'augmenter la productivité

D’une manière générale, en quoi est-ce important de faire une sieste ?  

Cela permet de recharger les batteries à certains moments de la journée et d’améliorer les performances pour l’après-midi ou le reste de la journée. On sera plus performant au niveau physique, cognitif et intellectuel. Le besoin de sieste est naturel, c’est un creux de la vigilance et cela arrive chez tout le monde. Pour ceux qui ont un rythme de vie « normal », cela se déroule entre 12h et 15h et est contrôlé par notre horloge biologique. Dans notre situation actuelle, avec un grand nombre de stimulations comme la télé, les smartphones… les gens dorment moins par nuit, entre 1h et 1h30 de moins, et se mettent en dette de sommeil. Une sieste l’après-midi ou durant le week-end peut donc compenser la dette accumulée pendant la semaine.  

Et dans le milieu professionnel, cela serait un avantage de dormir ? 

Le principe est le même oui au niveau des performances. Les capacités de concentration pourront à nouveau augmenter et cela va donner un coup de boost au niveau de nos performances intellectuelles. On sera plus productif, plus efficace… c’est clairement une situation de win-win, tant pour le travailleur que pour l’employeur. On parle évidemment de manière générale, certains auront plus besoin de faire une sieste au travail que d’autres.  

A quoi ressemble la sieste idéale au travail ?  

Elle dure une vingtaine de minutes, en comptant 5 à 10 minutes pour s’endormir. Dix minutes de sommeil pour ce qu’on appelle une « power nap », une sieste efficace. Car si elle dure longtemps, on risque de tomber dans un sommeil plus profond et d’avoir une inertie du sommeil. Ces moments où on est dans le gaz, où on est entre les deux. Il faut éviter cela.  

C’est pourtant un sujet encore tabou, même s’il y a des améliorations.  

Il y a une image assez négative de la sieste au travail dans nos sociétés. En Europe, et en tout cas en Belgique, cela est considéré comme une pratique de fainéants. Alors que c’est un besoin normal et qu’on sera justement moins vigilant au travail si on ne dort pas. C’est un coup de pouce donné à notre corps de dormir, on le respecte mieux. L’efficacité n’en sera que meilleure ensuite, on diminue le risque d’erreurs… et on augmente la productivité.  

Comment pourrait-on convaincre les entreprises de le faire ? 

On pourrait déjà mettre la sieste sur le temps de midi. Le travailleur prendrait quelques minutes de plus sur sa pause. L’employeur n’est pas perdant dans ce cas et il serait donc plus enclin à le proposer aux collaborateurs qui le souhaitent, et dans les bonnes conditions. Un endroit isolé, à l’abri de la lumière et du bruit. Une salle de réunion aménagée avec des fauteuils semi-allongés suffit déjà. 

Sur le même sujet
HR
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bénédicte Linard, la ministre de la Culture, a expliqué qu’elle proposerait six projets d’«événements tests».

    Coronavirus: les «événements tests», une perspective culturelle toute relative

  2. Colossal, ce chantier portant sur 12.000m² s’étalera jusqu’en 2023 au moins.

    Sous les couches de peinture, la Bourse d’antan revient à la vie

  3. La ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden peut respirer: son avant-projet de loi n’a pas été éreinté par le Conseil d’Etat.

    Le Conseil d’Etat ne démolit pas l’avant-projet de loi pandémie

La chronique
  • Les terrasses, les Liégeois et le roi Philippe: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Les terrasses

    Elles pourront donc rouvrir le 8 mai et certaines d’entre elles anticiperont pour la Fête du Travail. Les terrasses… Nos autorités songent sans doute à ces espaces cosy, fauteuils et couvertures pour les frileux, tasse de thé et cocktail sans alcool. Nous, on songe surtout au Carré à Liège, à la place du « Vieux » à Namur, au Marché-aux-Herbes de Mons et à Flagey bien sûr. Et ça, ce sera « le joyeux bordel », dirait Maxime Prévot.

    Jérémie

    On avait le choix mardi soir entre PSG-Bayern et la finale de The Voice. Et vous savez quoi ? La musique l’a emporté sur le foot. Avec Jérémie, la Belgique tient un sacré talent, mélange de Harry Belafonte du plat pays et d’Al Jarreau noir jaune rouge. Et pour le foot, rien n’est perdu : entre deux refrains, Jérémie défend aussi les buts de Walhain, a-t-...

    Lire la suite

  • Comment faire rentrer le désir de rébellion dans sa boîte?

    Far west ? Au sens figuré, c’est « le nom que l’on donne à un endroit où règne la loi du plus fort ». Géographiquement, le Far West est lié au sol nord-américain, mais la peur est que, le 1er mai prochain, il prenne ses quartiers à Liège-la-rebelle et pas que…

    Le souci n’est ainsi plus seulement le virus et ses variants assassins mais le risque d’une autre contagion, celle de la « désobéissance civile », ce mouvement via lequel des citoyens transgressent délibérément, de...

    Lire la suite