Votre GSM peut vous aider à être plus productif !

Votre GSM peut vous aider à être plus productif !

Selon l’Economist Intelligence Unit (2016), le smartphone dope la productivité de 16%. En clair : le travailleur peut consacrer 6,4 heures par semaine à d’autres tâches. Soit 41 jours par an. Voici 4 applications qui vous aident à atteindre cet objectif. 

Une application pour faire des listes 

Revenons aux fondamentaux. Pour mesurer la masse de travail et évaluer le temps que cela prendra, faire une/des liste(s) est un bon point de départ. La méthode papier-crayon a certes déjà fait ses preuves. Mais certains distraits perdent leurs précieux post-it, alors que d’autres préfèrent simplement avoir toutes les informations dans leur téléphone.  

Des dizaines d’applications existent. Todolist est l’une des plus utilisées. Elle permet d’établir des listes de choses à faire, de les planifier et de les classer en fonction de leur priorité. The Verge, un site américain qui traite d’actualité technologique, l’a élue « outil le plus utile pour gérer ses tâches ».  

Une application pour la gestion des tâches en équipe 

L’application Monday.com permet de gérer des tâches en équipe, d’identifier qui s’en occupe, de définir une deadline et d’afficher la progression de leur réalisation. D’autres informations personnalisées peuvent être ajoutées et transmises à l’équipe (degré de priorité, tags, chiffres…).  

L’application permet également de communiquer entre membres d’une même équipe. Selon Monday.com, 78% de leurs clients affirment avoir augmenté leur productivité. Productivité qui a un coût, puisqu’aucune formule proposée n’est gratuite. Les prix sont adaptés en fonction du nombre de personnes inscrites sur un même compte. 

Une application pour ne pas se déconcentrer

Avec l'apparition du coworking et des open spaces, se concentrer sur une tâche peut être de plus en plus compliqué. L’application Noisli permet de se couper du bruit ambiant grâce à des sons de pluie, de vent, d’oiseaux, de forêt… L’application est dotée d’une fonction minuterie pour, par exemple, appliquer la Méthode Pomodoro.  

  1. Choisir une tâche à accomplir 
  2. Programmer la minuterie sur 25 minutes 
  3. Faire une pause de 5 minutes 
  4. Après quatre périodes de 25 minutes de travail, faire une pause plus longue (de 15 à 20 minutes) 

Une application pour rester motivé 

Pour certains, ne pas se laisser tenter par les notifications constantes relève de l’exploit. D’autant plus lorsqu’il s’agit d’effectuer une tâche pour laquelle la motivation n’est pas au rendez-vous et où la moindre distraction est la bienvenue. L’application Forest permet aux utilisateurs de « planter un arbre lorsqu’ils souhaitent mettre de côté leur téléphone pendant une période bien précise. Au lieu de bloquer leur téléphone, Forest laisse les utilisateurs prendre la décision de tuer leur jeune pousse. Avec un arbre qui grandit correctement, le sentiment de réussite et de responsabilité amène les utilisateurs à rester, d’eux-mêmes, loin de leur smartphone », expliquait un des fondateurs au site Detox Digitale. L’application fonctionne avec une accumulation de points. Lorsque vous atteignez les 2.500 points, un véritable arbre est planté par l’association Trees for the Future. 

Sur le même sujet
Organisation
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Marc Van Ranst et Marius Gilbert.

    Déconfinement: les experts optimistes mais vigilants après le Comité de concertation

  2. Interception de roquettes palestiniennes par le bouclier antimissiles israélien, mardi au-dessus d’Ashkelon.

    Tensions à Jérusalem: pourquoi le conflit s’est déplacé à Gaza

  3. Le Pukkelpop.

    Codeco culture: un soulagement tempéré par de nombreuses zones de flou

La chronique
  • La «Lettre de la City»: à Jersey, tempête sur un paradis fiscal

    Par Marc Roche

    Saint-Hélier, somme toute la très banale « capitale » de l’île anglo-normande de Jersey, respire la tranquillité et le bonheur. King Street aligne les mêmes enseignes commerciales que les artères marchandes des petites villes anglaises. Des dames aux cheveux blancs font les mots croisés du Jersey Evening Post dans l’un des nombreux salons de thé d’une bourgade où il ne se passe jamais rien.

    Et soudain, deux canonnières de la Royal Navy, des matelots en armes, une flottille de pêcheurs normands en colère, oriflammes, clameurs et fumigènes et, pour couronner le tout, un patrouilleur de la marine française. C’était le 6 mai à l’entrée du principal port de cette île de 186 km2 et de 90.000 habitants posée à quelques encablures de Cherbourg. Sursaut de la conscience nationale, ferveur patriotique, fantasmes de grandeur retrouvée, volonté de démontrer de quel métal les peuples britannique et français sont faits… la confrontation de vingt-quatre heures a été un peu de tout cela.

    Pourtant, le bras de fer franco-britannique n’avait rien,...

    Lire la suite

  • Un coronapass européen et que ça saute! C’est pas gagné...

    Dans une Union européenne où tout projet concret prend un temps fou, voilà qu’il est question de mettre au point pour l’été un pass permettant aux Européens de voyager d’un pays à l’autre. Et nous sommes… le 11 mai.

    Voilà donc qu’en quelques semaines, l’Union serait capable de définir les conditions d’octroi, de trancher sur la gratuité des tests, de cadrer le cas « Spoutnik », d’organiser la circulation des données et de mettre le document (digital et papier) en place ? Le tout dans...

    Lire la suite