Directeur de centre Auto5 : un management moderne à dimension humaine avant tout

Directeur de centre Auto5 : un management moderne à dimension humaine avant tout

Vous ne connaissez rien à l’automobile ? Pierre, non plus. Pourtant Pierre Defosse, 36 ans, est depuis un an et demi directeur de centre chez Auto5. Mieux, il dirige même deux centres en région liégeoise, à Rocourt et à Herstal. Et il n’est pas peu fier que ses deux enseignes soient « dans le top de la région ».

Pierre dispose d’un bachelier en marketing et a de l’expérience dans le domaine des télécoms et de l’informatique. « J’ai occupé à peu près tous les postes possibles mais mon objectif de carrière était de devenir directeur alors quand l’opportunité s’est présentée chez Auto5, j’ai tenté ma chance », se souvient Pierre. Au-delà de la fonction, c’est surtout le défi proposé qui était tentant. « Auto5 laisse beaucoup de liberté à ses directeurs, il y a une ouverture d’esprit et une envie d’avoir du sang neuf qui permet d’arriver avec de nouvelles idées ».

Créer une page Facebook

Et des nouvelles idées, Pierre en a déjà amené et imposé quelques-unes en 18 mois. « Par exemple, j’ai commencé par changer le système d’évaluation dans mon centre. Il y avait beaucoup de règles depuis des années, j’ai décidé d’un peu assouplir tout ça ». Pierre a également été le premier qui a lancé « une page Facebook pour le centre Auto5 de Herstal. Personne ne l’avait jamais fait, je l’animais moi-même mais cela a plu à la direction et l’idée a été étendue ». Car chez Auto5, les directeurs de centre sont de véritables acteurs du changement au sein de l’entreprise. « On prend des petites initiatives dans nos centres mais si elles sont bonnes, elles sont reprises partout. Ce qui est vraiment bien, c’est qu’on nous laisse l’opportunité de faire, d’essayer des choses ».

Auto5 - article 3

Faire évoluer les autres

Au-delà du travail en magasin au contact des équipes, Pierre voit son rôle de directeur de centre comme un véritable manager moderne. « Tout d’abord, il faut montrer l’exemple, mettre la main à la pâte. Je ne suis dans mon bureau que 1h30 à 2h par jour, le reste du temps, je suis au contact des gens », explique Pierre. « Mon but, c’est de voir évoluer les gens qui travaillent avec moi. Il n’y a rien de plus gratifiant. Là, deux personnes qui travaillaient avec moi vont devenir directeurs de centre et un vendeur va devenir chef d’atelier ». Les perspectives d’évolution sont donc bien réelles chez Auto5 qui reste malgré tout, « une grande famille ».

Le prochain défi management de Pierre ? « On a une clientèle de plus en plus féminine. Environ 40% de la clientèle chez Auto5, ce sont des femmes. J’aimerais beaucoup voir une femme manager d’un centre ». Alors si l’aventure vous tente, que vous êtes motivé(e), que vous avez un bachelier à orientation commerciale et que l’humain est au cœur de vos préoccupations dans la gestion quotidienne, n’attendez pas pour relever le challenge de devenir directeur ou directrice d’un centre Auto5.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le variant britannique du virus, notamment, inquiète les experts.

    Coronavirus: fermer les frontières, une fausse bonne idée?

  2. TRUMPGOLF

    Le golf mondial tourne le dos à Donald Trump, un «tricheur notoire»

  3. «Portrait de la jeune fille en feu», de Céline Sciamma, Prix du scénario à Cannes en 2019 mais grand oublié des César (il reçoit le César de la meilleure photo sur 9 nominations) est un des deux films français à avoir franchi la barre du million de spectateurs dans le monde avec «J’accuse», de Polanski.

    2020, année noire pour le cinéma français

La chronique
  • Les frites, Lady Gaga et Philippe: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Les variants

    Nos experts chéris n’ont plus que ce mot-là à la bouche : les variants. On n’évoque presque plus le virus, mais bien ses petits frères, vagues cousins ou lointains jumeaux qui envahissent la planète. Sur la photo de famille, il y a la branche sud-africaine et la brésilienne. Mais surtout la souche anglaise avec sa drôle de coiffure jaune en pétard, si vous voyez ce qu’on veut dire. Et dire que le Brexit devait nous éloigner du Royaume-Uni.

    Les frites

    Cette semaine, les gastronomes ont eu droit aux étoiles du Michelin et au classement des meilleures friteries du pays. Pas le choix : nos priorités iront forcément aux secondes durant quelques semaines encore. Nous avons donc l’honneur de vous apprendre que les frites de « Chez Gilbert » occupent la tête du classement national. On les déguste à Bois-de-Villers....

    Lire la suite

  • Apprendre à vivre malgré, pas sans le virus

    Très difficile. Pour tout le monde. La lutte contre le coronavirus est décidément réservée à des athlètes de compétition. Depuis des mois en effet, c’est comme si on reculait la ligne d’arrivée à chaque fois que nous commençons à l’envisager. Ce fut d’abord la deuxième vague à la fin de l’été, alors qu’on pensait reprendre une vie quasi normale. Ce fut ensuite ce décembre maudit où les réveillons ont été reportés aux calendes grecques. Et ce sont aujourd’hui les « variants » venus de Grande-Bretagne, d’Afrique du Sud et surtout...

    Lire la suite