Directeur de centre Auto5 : un management moderne à dimension humaine avant tout

Directeur de centre Auto5 : un management moderne à dimension humaine avant tout

Vous ne connaissez rien à l’automobile ? Pierre, non plus. Pourtant Pierre Defosse, 36 ans, est depuis un an et demi directeur de centre chez Auto5. Mieux, il dirige même deux centres en région liégeoise, à Rocourt et à Herstal. Et il n’est pas peu fier que ses deux enseignes soient « dans le top de la région ».

Pierre dispose d’un bachelier en marketing et a de l’expérience dans le domaine des télécoms et de l’informatique. « J’ai occupé à peu près tous les postes possibles mais mon objectif de carrière était de devenir directeur alors quand l’opportunité s’est présentée chez Auto5, j’ai tenté ma chance », se souvient Pierre. Au-delà de la fonction, c’est surtout le défi proposé qui était tentant. « Auto5 laisse beaucoup de liberté à ses directeurs, il y a une ouverture d’esprit et une envie d’avoir du sang neuf qui permet d’arriver avec de nouvelles idées ».

Créer une page Facebook

Et des nouvelles idées, Pierre en a déjà amené et imposé quelques-unes en 18 mois. « Par exemple, j’ai commencé par changer le système d’évaluation dans mon centre. Il y avait beaucoup de règles depuis des années, j’ai décidé d’un peu assouplir tout ça ». Pierre a également été le premier qui a lancé « une page Facebook pour le centre Auto5 de Herstal. Personne ne l’avait jamais fait, je l’animais moi-même mais cela a plu à la direction et l’idée a été étendue ». Car chez Auto5, les directeurs de centre sont de véritables acteurs du changement au sein de l’entreprise. « On prend des petites initiatives dans nos centres mais si elles sont bonnes, elles sont reprises partout. Ce qui est vraiment bien, c’est qu’on nous laisse l’opportunité de faire, d’essayer des choses ».

Auto5 - article 3

Faire évoluer les autres

Au-delà du travail en magasin au contact des équipes, Pierre voit son rôle de directeur de centre comme un véritable manager moderne. « Tout d’abord, il faut montrer l’exemple, mettre la main à la pâte. Je ne suis dans mon bureau que 1h30 à 2h par jour, le reste du temps, je suis au contact des gens », explique Pierre. « Mon but, c’est de voir évoluer les gens qui travaillent avec moi. Il n’y a rien de plus gratifiant. Là, deux personnes qui travaillaient avec moi vont devenir directeurs de centre et un vendeur va devenir chef d’atelier ». Les perspectives d’évolution sont donc bien réelles chez Auto5 qui reste malgré tout, « une grande famille ».

Le prochain défi management de Pierre ? « On a une clientèle de plus en plus féminine. Environ 40% de la clientèle chez Auto5, ce sont des femmes. J’aimerais beaucoup voir une femme manager d’un centre ». Alors si l’aventure vous tente, que vous êtes motivé(e), que vous avez un bachelier à orientation commerciale et que l’humain est au cœur de vos préoccupations dans la gestion quotidienne, n’attendez pas pour relever le challenge de devenir directeur ou directrice d’un centre Auto5.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ostende a accueilli beaucoup de monde ce week-end. Des mesures sont déjà prises pour passer un bon week-end du 15 août.

    Forte affluence et bagarre: comment la Côte s’est barricadée en 24 heures

  2. Le site archéologique est déserté par les visiteurs étrangers.

    Pompéi somnole en attendant les touristes disparus

  3. SOCCER JPL DAY 01 KV MECHELEN VS RSC ANDERLECHT

    Les bulletins des Mauves à Malines: Doku a pris sa revanche, Zulj n’a pas saisi sa chance

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: du rififi au Quai Conti

    Nous sommes en 1629. Neuf personnalités parisiennes, actives dans le domaine des lettres, ont pris l’habitude de se rencontrer chaque semaine au domicile d’un des leurs, Valentin Conrart. Le cardinal de Richelieu, alerté par son secrétaire, l’abbé de Boisrobert, s’intéresse à ces intellectuels qu’il prend sous sa protection. Il décide de donner à ce groupe le statut d’une compagnie littéraire dépendant de l’autorité royale, d’après le modèle qui a prévalu à Florence en 1582 pour la création de la fameuse Accademia della Crusca.

    Une académie procrastinatrice

    Les statuts de la Compagnie sont finalisés dès 1634 et officialisés le 29 janvier 1635 par des lettres patentes de Louis XIII. L’article 24 précise...

    Lire la suite

  • Par BAUDOUIN LOOS

    L’effroyable drame du 4 août met les Libanais face à leurs responsabilités

    Comment les Libanais se relèveront-ils de l’incroyable déflagration qui a ravagé leur capitale le 4 août à 18 h 07 ? Aux violents tourments de ce pays naguère surnommé « la petite Suisse du Moyen-Orient » – la guerre civile (1975-1990), les interventions israéliennes (1978, 1982, 2005), l’occupation syrienne (1976-2005), l’irruption de plus d’un million de réfugiés syriens (2012-2020) – succède soudain une double et monstrueuse explosion causée mardi par 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées par négligence et...

    Lire la suite