Directeur de centre Auto5 : un management moderne à dimension humaine avant tout

Directeur de centre Auto5 : un management moderne à dimension humaine avant tout

Vous ne connaissez rien à l’automobile ? Pierre, non plus. Pourtant Pierre Defosse, 36 ans, est depuis un an et demi directeur de centre chez Auto5. Mieux, il dirige même deux centres en région liégeoise, à Rocourt et à Herstal. Et il n’est pas peu fier que ses deux enseignes soient « dans le top de la région ».

Pierre dispose d’un bachelier en marketing et a de l’expérience dans le domaine des télécoms et de l’informatique. « J’ai occupé à peu près tous les postes possibles mais mon objectif de carrière était de devenir directeur alors quand l’opportunité s’est présentée chez Auto5, j’ai tenté ma chance », se souvient Pierre. Au-delà de la fonction, c’est surtout le défi proposé qui était tentant. « Auto5 laisse beaucoup de liberté à ses directeurs, il y a une ouverture d’esprit et une envie d’avoir du sang neuf qui permet d’arriver avec de nouvelles idées ».

Créer une page Facebook

Et des nouvelles idées, Pierre en a déjà amené et imposé quelques-unes en 18 mois. « Par exemple, j’ai commencé par changer le système d’évaluation dans mon centre. Il y avait beaucoup de règles depuis des années, j’ai décidé d’un peu assouplir tout ça ». Pierre a également été le premier qui a lancé « une page Facebook pour le centre Auto5 de Herstal. Personne ne l’avait jamais fait, je l’animais moi-même mais cela a plu à la direction et l’idée a été étendue ». Car chez Auto5, les directeurs de centre sont de véritables acteurs du changement au sein de l’entreprise. « On prend des petites initiatives dans nos centres mais si elles sont bonnes, elles sont reprises partout. Ce qui est vraiment bien, c’est qu’on nous laisse l’opportunité de faire, d’essayer des choses ».

Auto5 - article 3

Faire évoluer les autres

Au-delà du travail en magasin au contact des équipes, Pierre voit son rôle de directeur de centre comme un véritable manager moderne. « Tout d’abord, il faut montrer l’exemple, mettre la main à la pâte. Je ne suis dans mon bureau que 1h30 à 2h par jour, le reste du temps, je suis au contact des gens », explique Pierre. « Mon but, c’est de voir évoluer les gens qui travaillent avec moi. Il n’y a rien de plus gratifiant. Là, deux personnes qui travaillaient avec moi vont devenir directeurs de centre et un vendeur va devenir chef d’atelier ». Les perspectives d’évolution sont donc bien réelles chez Auto5 qui reste malgré tout, « une grande famille ».

Le prochain défi management de Pierre ? « On a une clientèle de plus en plus féminine. Environ 40% de la clientèle chez Auto5, ce sont des femmes. J’aimerais beaucoup voir une femme manager d’un centre ». Alors si l’aventure vous tente, que vous êtes motivé(e), que vous avez un bachelier à orientation commerciale et que l’humain est au cœur de vos préoccupations dans la gestion quotidienne, n’attendez pas pour relever le challenge de devenir directeur ou directrice d’un centre Auto5.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Selon des normes  internationales non négociables, un pilote doit réaliser au moins trois atterrissages réels par période de 90 jours pour pouvoir voler.

    Pilotes, hôtesses, avions: tout doit être prêt à redécoller après des mois au ralenti

  2. Bénédicte Linard, la ministre de la Culture, a expliqué qu’elle proposerait six projets d’«événements tests».

    Coronavirus: les «événements tests», une perspective culturelle toute relative

  3. Selon des normes internationales non négociables, un pilote doit réaliser au moins trois atterrissages réels par période de 90 jours pour pouvoir voler.

    Pilotes, hôtesses, avions: tout doit être prêt à redécoller après des mois au ralenti

La chronique
  • Les terrasses, les Liégeois et le roi Philippe: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Les terrasses

    Elles pourront donc rouvrir le 8 mai et certaines d’entre elles anticiperont pour la Fête du Travail. Les terrasses… Nos autorités songent sans doute à ces espaces cosy, fauteuils et couvertures pour les frileux, tasse de thé et cocktail sans alcool. Nous, on songe surtout au Carré à Liège, à la place du « Vieux » à Namur, au Marché-aux-Herbes de Mons et à Flagey bien sûr. Et ça, ce sera « le joyeux bordel », dirait Maxime Prévot.

    Jérémie

    On avait le choix mardi soir entre PSG-Bayern et la finale de The Voice. Et vous savez quoi ? La musique l’a emporté sur le foot. Avec Jérémie, la Belgique tient un sacré talent, mélange de Harry Belafonte du plat pays et d’Al Jarreau noir jaune rouge. Et pour le foot, rien n’est perdu : entre deux refrains, Jérémie défend aussi les buts de Walhain, a-t-...

    Lire la suite

  • Comment faire rentrer le désir de rébellion dans sa boîte?

    Far west ? Au sens figuré, c’est « le nom que l’on donne à un endroit où règne la loi du plus fort ». Géographiquement, le Far West est lié au sol nord-américain, mais la peur est que, le 1er mai prochain, il prenne ses quartiers à Liège-la-rebelle et pas que…

    Le souci n’est ainsi plus seulement le virus et ses variants assassins mais le risque d’une autre contagion, celle de la « désobéissance civile », ce mouvement via lequel des citoyens transgressent délibérément, de...

    Lire la suite